« Back in the USA », 2ème partie: Obama, le président qui dure encore, et encore, et encore…

  Par Dave Hodges, le 17 mai 2013

Mark Twain avait dit naguère de l’histoire qu’elle ne se répétait pas forcément, en notant bien toutefois qu’elle a fortement tendance à faire des rimes.

Richard Nixon ne parvint pas à survivre à un coup direct contre son administration, avec le scandale du Watergate. A contrario, Obama fait face à cinq scandales qui éclipsent le Watergate en termes de criminalité, d’abus de pouvoir, de détournement d’office et carrément de trahison. Les dommages infligés au peuple des USA par le syndicat criminel qui occupe la Maison Blanche sont, dans l’histoire, sans comparaison. Pourtant, Obama va passer au travers et cet article va décrire comment Obama est une version de ce siècle du célèbre expert de l’évasion, Harry Houdini.

Dans la première partie de cette série, j’ai revu en détail comment divers chercheurs avaient déterminé qu’il ne suffit que de 10% de la population qui tienne passionnément à un idéal pour que celui-ci atteigne une masse critique et devienne viral. J’ai aussi décrit comment la prise de conscience que ce pays est géré par un syndicat du crime s’installe et que nous avons sans doute dépassé le seuil des 10% comme démontré par le fait que les USA sont révoltés par (1) Benghazi-Gate; (2) IRS-Gate; (3) AP Spy-Gate; (4) la chasse aux lanceurs d’alerte; et il y a même (5) le scandale Fast and Furious qui refait un tour devant les stands. Les médias alternatifs sont si efficaces qu’ils forcent les médias classiques à sauter du navire d’Obama et clamer qu’ils ne le soutiennent plus (par exemple Chris Matthews, de MSNBC).

Même le grand équilibriste Glenn Beck commence à sortir des mots comme « impeachment » (destitution, ndt) en parlant d’Obama. Et ceci vient d’un homme qui ne se décide pas quand à son appartenance aux médias classiques ou aux médias alternatifs. Souvenez-vous, selon Beck, le 11 septembre est précisément ce que l’administration Bush en a dit, une action d’al-Qaeda. Il s’agit du même al-Qaeda que nous combattons en Afghanistan tout en le soutenant en Syrie dans nos efforts pour en sortir Assad.

Quel que soit le pedigree de plusieurs journalistes qui chuchotent la nouvelle que nous sommes témoins des derniers jours de l’administration Obama, le président lui-même semble incroyablement calme.

Obama est calme parce qu’il sait qu’il va survivre au plus grand déferlement de dévoilement de scandales simultanés de l’histoire de notre pays. Il n’y a jamais eu d’instant dans notre histoire où un président ait été assiégé par tant de matière dévoilée visant à sa destitution. Si le Watergate avait forcé Nixon à démissionner, Obama aurait dû être écrasé par le poids comparatif de ses scandales et aurait déjà dû quitter la Maison Blanche. Pourquoi ceci ne s’est-il pas produit?

Il y a peu de chances que le résident mafieux actuel de la Maison Blanche quitte son poste prématurément. En fait, je pense qu’il est probable qu’Obama ne quitte pas le Bureau Ovale en 2016 non plus.

Si nous étions en 1974, je conseillerais à Obama de faire ses valises et aussi de supplier Joe Biden de lui accorder une amnistie pour ses actes criminels comprenant celui d’avoir facilité le meurtre de l’ambassadeur Stevens. Il n’y a pas d’erreur, Obama passera à travers ces crises. Par contre Eric Holder (ministre de la justice US, ndt), et peut-être aussi la directrice du DHS (ministère de la sécurité intérieure, ndt) Janet Napolitano, ne les traverseront peut-être pas.

Sans aucun doute, Obama offrira la tête d’Eric Holder comme holocauste et il ne sera plus là d’ici Labor Day (1er lundi de septembre, ndt), sinon beaucoup plus tôt et cela laissera du temps à Obama pour mettre en action ses stratégies d’endgame (grand final, ndt) qui effaceront les loups type Watergate qui cherchent à démolir sa porte d’entrée.

Le départ de Holder donnera lieu à des célébrations dans les médias alternatifs et leurs suiveurs et nous nous mettrons à danser dans les rues. Nous aussi senti l’odeur du sang et réclamerons davantage de départs. Mais personne ne touchera jamais à la tête du président malgré le fait que nous serons tous bientôt en train de crier pour le scalp d’Obama. Cela ne se passera tout simplement pas.

Il y a un événement de nature à changer la donne qui stoppera net, soudainement et irréversiblement, l’élan pris par les médias alternatifs en termes d’exposition et de retrait de cette administration du pouvoir.

Au cours des huit derniers mois, j’ai répété le mantra qu’une grande partie de ce qui alimente ce gouvernement aujourd’hui est la sauvegarde du pétrodollar pour le compte de la Réserve Fédérale (Fed). J’ai aussi détaillé la vente par l’Iran de son pétrole à la Russie, à la Chine et à l’Inde en échange d’or, menaçant ainsi la prééminence du pétrodollar, par laquelle d’autres pays du monde doivent d’abord acheter des dollars à la Fed pour le « privilège » d’acheter du pétrole. Ce processus fournit la seule garantie dont dispose notre dollar.

L’Iran, la Chine, la Russie et l’Inde déstabilisent la domination de notre monnaie. Avant que vous ne fêtiez le fait que la Fed aille bientôt, et de façon bien méritée, se faire passer à la moulinette, prenez le temps de vous rendre compte que vous avez un travail auquel vous rendre tous les lundi matin du fait de cet arrangement biaisé, et que tout cela prendre fin si le régime iranien ne peut pas être renversé.

Avez-vous déjà deviné comment Obama va se tirer de ces scandales écrasants et assumer le pouvoir dans ce pays d’une manière seulement réservée à des despotes comme Staline? La route de la survie immédiate d’Obama passe par Damas.

En surface, la Syrie semble si insignifiante sur l’échiquier mondial. Pourtant, la clé de l’invasion de l’Iran et de la mainmise sur leurs champs pétroliers est de contrôler la Syrie en premier lieu parce que l’occupation de la Syrie est un « échec et mat » insurmontable contre l’intervention de troupes russes au sol.

Si les USA prennent le pas sur la révolution syrienne que nous avons initiée avec nos forces par procuration d’al-Qaeda, ils auront gagné un avantage tactique énorme au Moyen-Orient. L’installation de batteries de missiles à courte et moyenne portée en Syrie servirait de dissuasion et de mécanisme de blocage pour la capacité d’intervention de troupes russes en Iran.

 Si la Russie laisse les USA contrôler la Syrie, elle perd toutes chances d’empêcher une prise par la force de l’Iran par les USA et l’OTAN. La Russie et la Chine se sont lourdement portées sur l’or. Si l’Iran est empêché de vendre son pétrole contre de l’or, la Chine, la Russie et l’Inde auront gaspillé une part énorme de leurs PNB respectifs en acquérant de l’or. Et l’acquisition de cet or n’aura servi à rien si les USA parviennent à rétablir la domination du pétrodollar comme monnaie de réserve mondiale par une invasion réussie de l’Iran.

Pendant un temps, il avait semblé que la Russie n’avait pas les tripes pour la troisième guerre mondiale et qu’ils allaient nous laisser renverser Assad sans coup férir. J’ai été choqué en contemplant la Russie semblant concéder à un renversement imminent de la Syrie par des forces menées par les USA. Toutefois, de récents événements russes rendent clair que la troisième guerre mondiale est à l’horizon.

Un rapport ayant d’ores et déjà largement circulé émanant du ministère des affaires étrangères russe (MFA) décrivait une réunion qui venait de s’achever entre le ministre russe des affaires étrangères Sergey Lavrov et le secrétaire d’état US (son homologue, ndt) John Kerry. Le rapport indique que le président Poutine a ordonné aux forces militaires russes de passer immédiatement du statut opérationnel de « Guerre Locale » à « Guerre Régionale« , et d’être « parées » à passer au niveau « Guerre à Grande Échelle » si les USA ou l’Union Européenne devaient s’ingérer dans la guerre civile syrienne. Je présume que cette ordonnance s’étend également à une intervention de l’OTAN menée par les USA.

Une définition correcte des termes est cruciale. Une Guerre Régionale parle clairement du Moyen-Orient tout entier. Selon les Missions et Objectifs des Forces Armées Russes, une Guerre à Grande Échelle correspond à:

Une guerre entre coalitions de nations ou entre grandes puissances mondiales. Elle peut être précipitée par l’escalade d’un conflit armé, d’une guerre locale ou régionale par le biais de l’implication effective d’un nombre suffisant de nations de régions différentes de la planète. Dans une guerre à grande échelle, les parties conflit poursuivraient des objectifs militaires et politiques extrêmes. Elle exigerait de la part des nations participantes la mobilisation de toutes leurs ressources matérielles et de courage moral disponibles.

Mes sources militaires et du renseignement me disaient l’année dernière que l’Alaska et Taïwan étaient à risque d’une invasion russe en rapport à ce conflit que représente le Pôle Nord, si nous intervenions directement soit en Iran. Le Pôle Nord? Les glaciers en fonte proches du Pôle Nord ont mis à jour les plus vastes réserves de pétrole du monde ainsi que des quantités encore inconnues d’or et d’autres métaux précieux. Ceci est une autre histoire pour un autre moment, à part illustrer que les Russes parlent guerre mondiale si nous renversons Assad et envahissons l’Iran.

Ceci veut dire que la troisième guerre mondiale est proche et cette réalité est mise en évidence par le fait que les Russes dessinent clairement une ligne dans le sable et c’est pourquoi Obama ne se préoccupe pas de pensées de destitution. La chose qui va distraire l’attention du pays des cinq « Watergates » en cours sera le commencement de la troisième guerre mondiale.

Si qui que ce soit doute de la véracité de ces affirmations demandez-vous seulement si les forces obscures derrière la Réserve Fédérale vont abandonner toute leur opulence et leur influence sans même essayer de se battre? Cela vaut-il le risque de déclencher la troisième guerre mondiale? Si vous êtes gouverneur du conseil de la Réserve Fédérale, et que votre sécurité vous a été assurée par votre escamotage vers les zones souterraines sous Denver International Airport quand l’enfer proverbial se sera déchaîné, continueriez-vous de l’avant? Bien sûr que oui. Et si vous étiez Obama et étiez confronté à une destitution ainsi qu’à une longue peine de prison pour votre responsabilité dans cinq scandales de type Watergate, poursuivriez-vous cet agenda? Assurément. Étant donné le changement récent et dramatique dans les médias classiques contrôlés par les mondialistes, Obama est clairement sous pression et ses options se rétrécissent avec chaque jour qui passe.

Qui est propriétaire des médias classiques? Qui est propriétaire du système de la Réserve Fédérale? Qui détient les plus grandes parts dans l’industrie militaire? À qui appartient le pétrole? À qui appartient le dollar? Lorsque l’on se rend compte qu’il s’agit de la même petite cabale de personnes dont Patrick Wood parlait il y a trois décennies dans son livre écrit en commun avec Anthony Sutton, « Trilaterals over Washington« , vous avez votre réponse. Une guerre bénéficiera à tous les intérêts commerciaux mentionnés ci-dessus ainsi qu’à préserver le statut de domination du pétrodollar. Et Obama se fait chatouiller par des médias il y a peu à sa botte parce qu’ils lui pressent la main pour agir militairement au Moyen-Orient. Obama ne veut pas de la troisième guerre mondiale, mais il se fait manœuvrer dans un coin par les médias contrôlés par le corporatisme et agira en fonction de ses propres intérêts égoïstes.

Il n’est pas tiré par les cheveux de penser qu’Obama se fasse aussi lancer un os comme récompense de sa soumission au Nouvel Ordre Mondial. L’os? Pourquoi pas une promotion de président au titre de dictateur permanent une fois la loi martiale instaurée?

Le temps file vite pour le pétrodollar et Obama doit être forcé à agir maintenant. La destitution et l’incarcération ou la troisième guerre mondiale? C’est le choix devant Obama. Et bien sûr, Obama va-t-il renforcer son pouvoir juste avant de déclencher cette guerre à finir toutes les guerres? Il y mélangera la plus grosse opération sous faux drapeau et la mettra sur le dos de la Syrie ou de l’Iran, et ensuite imposera la loi martiale. À partir de là, à quoi ressembleront les USA? La législation, en sommeil pour le moment, nous donne un aperçu précis de ce à quoi ressemblera la vie dans une Amérique transformée. Rappelez-vous, Obama avait promis de transformer les USA de façon fondamentale. Il est très proche d’atteindre son but et c’est pourquoi il ne s’inquiète pas des cinq scandales à la Watergate qui sont maintenant exposés dans les médias classiques comme dans les médias alternatifs.

La troisième partie de cette série examinera ce à quoi la vie va bientôt ressembler aux USA d’après le scénario décrit dans cet article.

Première partie: http://globalepresse.com/2013/05/20/back-in-the-usa-1ere-partie-le-dormeur-se-reveille/

Source: http://www.thecommonsenseshow.com/2013/05/17/why-obama-will-survive-the-equivalent-of-five-watergate-scandals/



Catégories :International

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 réponses

  1. Merci pour toutes ces info difiantes et passionnantes Merci pour votre lutte et pour votre combat pour la vrit, pour la ralit Avec tout mon soutien et toute ma gratitude Enfin de l’info!

  2. gadafi lui aussi il a voulu appliquer la méthode pétrole contre de l’or c’est pour ça que l’otan c dépêcher pour l’attaquer

Rétroliens

  1. "Back in the USA", 3ème partie: Obama en capitaine Achab, le peuple en Moby Dick « GLOBAL RELAY NETWORK
  2. Crise finale du capitalisme ou 3e Guerre Mondiale ? Françaises, Français, réveillez-vous ! - Conspirazion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :