Poutine : L’Occident combat au Mali les mêmes forces qu’il soutient en Syrie

Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov

Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov

Par Razan/R.B. & L.A., le 12 juin 2013

Le président russe, Vladimir Poutine, a réitéré la position de principe de son pays vis-à-vis de la crise en Syrie pour assurer au peuple syrien qu’il décidera de l’avenir du pouvoir chez lui.

Dans un entretien avec le réseau des chaînes satellitaires russes RT, le président Poutine a affirmé que l’Occident combat au Mali les mêmes forces qu’il soutient en Syrie, « ce qui confirme la politique de double critère adoptée par l’Occident », a-t-il précisé.

Le président Poutine a indiqué que le Front al-Nosra, composante principale dans l’opposition armée syrienne est classé par les Etats-Unis sur la liste des organisations terroristes.

Le président Poutine a fait savoir que la Russie s’inquiète de l’avenir de toutes les confessions ethniques en Syrie, et veut le rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans le pays.

Il a mis en garde contre l’adoption vis-à-vis de la situation en Syrie, des mêmes positions prises sur la Libye.

Lavrov impute à l’opposition syrienne la responsabilité du retard de la tenue de la conférence internationale sur la Syrie

Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov, a affirmé que l’opposition syrienne est responsable du retard de la tenue de la conférence internationale sur la Syrie prévue à Genève.

Dans une interview avec la chaîne de télévision états-unienne CBS/, reproduite par le site « Russia Today », M. Lavrov a indiqué que les responsables US reconnaissent non seulement que la « coalition syrienne » n’est pas prête à mener des négociations, mais qu’elle ne peut pas décider de celui qui va la représenter.

M. Lavrov a regretté cette position de « l’opposition », notamment parce qu’il existe des groupes qui prennent une position constructive qui n’ont pas quitté la Syrie, et qui ont passé toutes ces années avec le peuple syrien.

Il a exprimé aussi la condamnation de son pays de toute violation de la loi humanitaire internationale.

D’autre part, il a invité les responsables occidentaux « collègues de la Russie » à choisir entre un véritable résultat de nature à régler la crise en Syrie, et la tenue à leurs propos lancés au début de la crise, précisant que ceux-ci avaient exprimé dans des propos privés leur compréhension totale de la situation, mais qu’ils sont embarrassés de leurs déclarations précédentes, notamment sur le départ du président Bachar al-Assad.

Questionné sur la fourniture des armes russes à la Syrie, Lavrov a affirmé que la Russie fournit des armes défensives conformément aux contrats signés entre les deux pays et que ces armes et les systèmes de défense anti-aérienne ne peuvent pas inciter aux crimes de guerre, ajoutant que la loi internationale n’interdit pas l’exportation d’armes à un état souverain.

Répondant à une question sur les propos autour du soutien russe au président al-Assad, Lavrov a affirmé que la Russie ne soutient aucune personnalité en Syrie, et que ces propos sont utilisés pour l’intérêt de la désinformation et la réalisation de certains buts géopolitiques, rappelant que le président al-Assad était le meilleur ami de la France, de la grande Bretagne et d’autres capitales.

Bogdanov : Nécessité de respecter le principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays

L’envoyé spécial du président russe pour le Proche-Orient, le vice-ministre des affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, a affirmé que la conférence internationale prévue sur la Syrie ne fait pas partie de la réunion du groupe d’action tenue l’année dernière à Genève.

Dans un entretien accordé aujourd’hui au journal libanais Al-Nahar, Bogdanov a déclaré que les Syriens n’ont pas pris part à la réunion du groupe d’action, tandis que la prochaine conférence avait pour but de mener un dialogue syrien, en présence de près de 20 pays.

Bogdanov a réitéré l’invitation de l’Iran à participer à la conférence, ainsi que l’Arabie Saoudite.

Il a estimé que l’échec de la conférence internationale sur la Syrie signifierait la destruction complète de la Syrie, affirmant que cette idée est totalement inacceptable.

De même, Bogdanov a souligné que c’est au peuple syrien seul de décider de l’avenir de sa direction.

Bogdanov a indiqué que les parties s’étaient mises d’accord sur le règlement pacifique de la crise en Syrie pour parvenir ensuite à la conférence internationale dans le but d’appliquer complètement la Déclaration de Genève.

En outre, l’envoyé russe a également noté que la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays est l’un des principes de la Charte des Nations Unies, c’est pourquoi il faut la respecter.

La Russie et l’Argentine réitèrent leur refus de la militarisation de la crise en Syrie

La Russie et l’Argentine ont réitéré hier leur refus catégorique de la militarisation de la crise en Syrie, exprimant leur inquiétude à l’égard de l’escalade de la violence qui fait aggraver la situation en Syrie.

Lors de leur rencontre à Buenos Aires, le ministre russe des Affaires étrangères et son homologue argentin Hector Timerman, ont exprimé leur refus de l’envoi d’armes aux groupes armés irréguliers pour qu’ils les utilisent contre l’armée et le peuple syriens.

Ils ont appelé à un règlement pacifique et politique de la crise en Syrie par l’arrêt immédiat de tout acte de violence et l’engagement d’un dialogue global entre toutes les composantes du peuple syrien.

La Russie condamne le crime « abominable » commis par les groupes terroristes armés contre un enfant d’Alep

Le ministère russe des Affaires Etrangères a condamné vivement le crime « abominable » perpétré par les groupes terroristes armés contre un enfant de 15 ans devant ses parents à Alep, sous prétexte qu’il eut été « incroyant ».

« Nous avons reçu cette nouvelle avec un vif mécontentement, et nous sommes inquiets devant la nature de ce crime que les gangs avaient fait paraître comme « crime pour motif religieux », a indiqué le ministère dans un communiqué publié aujourd’hui, qui a affirmé que de tels crimes n’aboutissent qu’à l’escalade de la situation en Syrie et dans la région toute entière.

Le communiqué appelle toutes les parties en Syrie à respecter les Droits de l’Homme et les principes de la loi humanitaire internationale et ceux qui soutiennent les personnes armées à se servir de leur influence pour arrêter les crimes humanitaires perpétrés par les groupes terroristes armés, dont l’enlèvement des gens, la torture et le massacre des civils.

Le communiqué fait noter que ce crime « injustifiable » réaffirme la nécessité de parvenir à un règlement politique de la crise en Syrie et de mettre fin à la violence contre les Syriens.

Notons que les groupes terroristes armés ont commis un nouveau crime qui s’inscrit au registre des crimes contre le peuple syrien en exécutant un enfant de 15 ans devant sa famille dans le quartier de Chaar à Alep, après l’avoir accusé d’apostasie.

Source: http://www.algeria-isp.com/actualites/politique-syrie/201306-A16035/outine-occident-combat-mali-les-memes-forces-soutient-syrie.html



Catégories :International

Tags:, , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :