Les Amazighs de Libye et la désobéissance civile : plus rien ne sera comme avant

amazigh-libya

 

La Libye vit en ce moment dans la tourmente politique qui peut avoir des conséquences indésirables pour l’avenir et la stabilité du peuple libyen dans son ensemble. Ceci est causé par l’état de l’impasse imposée par l’intransigeance des partis politiques hostiles à l’idée de pluralisme, de diversité et d’égalité au sein de la société libyenne. Tout indique que l’Amazighité, et sans le dire, est la composante la plus visée par cette ce fait accompli que ces politicards haineux veulent imposer à la Libye de l’après Kedhafi.

Pourtant personne ne peut nier aujourd’hui que les Amazighs, qu’on veut à tout prix éloigner de la décision politique et de la rédaction de la prochaine constitution, étaient les premiers à faire tomber l’une des dictatures les plus féroces au monde et ce pendant 42 années (1969-2011). Inutile de rappeler qu’ils étaient les premiers à atteindre le palais Bab Elaziziya au moment où les autres composantes de la population Libyenne étaient sur le point de se rendre.

L’histoire de la région d’Afrique du Nord nous renseignent sur énormément de faits ou de modèles semblables au sort des Amazighs présentement en Libye. N’est-ce pas les Amazighs ont toujours été au-devant de la scène et aux premiers rangs dans les combats livrés à travers les temps, et que les autres attendaient derrière en opportunistes pour ensuite s’accaparer du butin et de la gouvernance. Ceci en utilisant toutes les variétés de l’hypocrisie, de la méchanceté et de la tromperie et la rupture des clauses préalables. Les Amazighs se verraient par la suite devenir, malgré eux, des soldats protégeant leurs maitres tout en servant leurs intérêts. L’une des stations importantes de l’histoire malheureuse des Amazighs est la conquête d’une grande partie du territoire de la péninsule Ibérique, l’Andalousie, pour devenir ensuite seulement des soldats exécutant les ordres de leur chefs Omeyades tout en gardant leurs palais. J’invite les lecteurs à méditer sur l’histoire de Tarik At Ziyad et Musa Ibn Nusseyr.

Uns autre station historique concerne les Amazghs du Maroc, qui une fois combattus avec courage le colon français, se sont mis à l’écart avec une nativité déconcertante pour laisser place aux autres qui allaient dicter l’orbite idéologique de leur future royaume. Lequel rendu indépendant des français mais donné sur un plateau d’argent aux Arabo-Andalous, qui avaient pour seule mission de renforcer l’arabo-islamisme tout en effaçant toute trace Amazigh du peuple marocain.

La troisième station concerne les Amazighs d’Algérie, plus particulièrement les Kabyles et les Chawis, qui ont suivis leurs nombreux et valeureux leaders (Amirouche, Abane, Krim, Benboulaid, Zirout, Haous, Didouche, …) en quête de l’indépendance acquise avec brio. Mais au final pour se retrouver en 1962 entre les gueules des loups Boumedienne, Boumedienne et Benbella pour ne citer que ces trois B, lesquels ont peint l’Algérie aux couleurs arabo-islamo-baathistes pour reprendre du regretté Matoub Lounes.

Faut-il signaler que ce qu’étaient les soldats Amazighs au service de leurs maitres Arabes au moyen âge, du temps de l’Andalousie, sont devenus dans les temps modernes les Ministres et premiers ministres Amazighs du Maroc et d’Algérie au service de leurs maitres arabes-Andalous-islamo-baathistes, à l’instar des Belaid Abdesslam, Benkiran, Ouyahia, Benflis, Dris Jettou, Khalida Toumi, Amara Benyounes, …

Tout indique qu’en Libye actuelle, la manouvre qui consiste à placer récemment un Amazigh de Zwara, Nuri Busehmin, à la tête du Congrès National Général, le parlement Libyen, suit la même trajectoire que celle suivi par l’ex-premier ministre Kabyle Ahmed Ouyahia, utilisé par son maitre Bouteflika pour mettre fin au mouvement citoyen des Archs en 2004. Dans le même ordre de ruse Arabo-Islamique, le président intérimaire de la Libye, Nuri Busehmin, n’est-il pas envoyé pour faire passer la prochaine constitution libyenne sans tamazight comme langue officielle. Au vue de l’accélération des derniers évènements en Libye, tout le laisse croire.

Jusqu’à quand nous, les Amazighs, prendrons notre destin entre nos mains. Espérant que les Amazighs de Libye montreront le chemin de la liberté et mettrons ainsi fin à cet esclavagisme arabo-islamo-andalous-baathiste qui n’a que trop durer. Personnellement j’y crois, si nous seront tous derrière nos frères Amazighs de Libye.

 

Belkacem Aider



Catégories :International, Politique

Tags:, , , ,

1 réponse

  1. Article interessant mais trop approximatif pour les raisons suivantes:

    1-les habitants de l’afrique du nord sont dans leur immense majorite sont des amazighs (en terme de race et d’ethnie). Ce n’est certainement pas parceque les gens parlent arabe qu’ils sont de facto arabes. on s’exprime bien en francais mais cela ne fait pas de nous des francais. je vous invite a vous pencher sur les etudes de Bernard Lugan concernant le sujet. je vous invite aussi a lire « les identites meurtrieres » de Amine Maalouf pour saisir la difference entre appartenance et identite. Certes l’appartenance arabo-musulmane est la due au fait historique, mais elle ne constitue qu’une infime partie de notre identite Amazigh, Africaine et Mediterannenne. Donc d’emblee on peut comprendre qu’on est entre Amazigh.
    2-Concernant les Amazigh qui ont servi leurs soit disant maitres Arabes, ben permettez moi de vous rappeler que Boumedienne etait un Chawi, donc Amazigh lui aussi ainsi que le majorite des personnes qui ont gouverner l’Algerie independante ( Chadli, Boudiaf, Zeroual, et je ne cite meme pas les gens qui ont occupe de hauts postes de responsablite au sein de l’appareil d’Etat: Kasdi Merbah, Betchine, Toufik etc…), alors encore une fois epargnez nous la these du Amazigh qui a servi sont maitre Arabe.
    3-il y a un mensonge historique concernant les 3 B que vous citez. Rendons a Cesar ce qui lui appartient et rappelons que les 3 B sont: Boussouf, Bentobbal et Krim Belkacem…tout les 3 des Amazighs.
    4-Concernant la ruse utilisee par Moussa Ibn Nosseir a l’egard de Tarik Ibn Ziad, ben apres coup on peut facilement dire que ca ne lui a pas servi a grand chose, l’histoire n’aura retenu que le Nom de Tarik Ibn Ziad et toute la gloire lui est revenu.
    5-La ou je vous rejoins entierement, c’est lorsque vous vous posez la question serieuse du jusqu’a quand les Amazigh vont continuer a ne pas prendre leur destin entre leur mains, et la est le vrai sujet. l’histoire nous a demontre que les Amazighs ont toujours oeuvrer pour s’aneantir entre eux, ce qui les a rendu toujours vulnerables et a incite d’autres puissance a vouloir les asservir. Rappelons nous les les petits fils de Massinissa ont ete assassines par Jugurtha et ses hommes, rappelons nous que les Amazighs n’ont jamais pu se constituer autant que nation a cause de leurs querelles de leadership (lire l’histoire des royaumes des Zenata, Bani Koutama et j’en passe). Donc prenons conscience que le probleme est en nous et que nous devons le regler entre nous.

    Merci pour votre lecture.

    Tarik, un Amazigh qui n’a pas de maitre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :