Tepco est débordé à Fukushima Daiichi

fukushima

Manifestement, Tepco est débordé. Non seulement il doit toujours gérer l’arrivée de centaines de tonnes d’eau contaminée par jour, les fuites multiples et variées des réservoirs souterrains ou aériens et la contamination de la nappe phréatique et de l’océan qui sont de plus en plus radioactifs, mais il doit en plus trouver une solution à une découverte faite le 18 juillet 2013 par un ouvrier sous-traitant chargé de nettoyer les débris du niveau technique du réacteur n°3 : de la vapeur s’échappe du bâtiment en continu. Pour minimiser ce fait très gênant, Tepco l’explique en prétendant que de l’eau de pluie s’est infiltrée et s’évapore à cause de la chaleur.

En fait, Tepco fait semblant de ne pas savoir, comme d’habitude. Il faut revenir en mars 2011 pour comprendre ce qui se passe. Une vidéo aérienne prise le 27 mars 2011 montre très clairement que le confinement du réacteur 3 était atteint après l’explosion du 14 mars 2011. Voyez cette vidéo  : de la vapeur s’échappe du centre du bâtiment en ruine, côté nord. On distingue bien la fosse de rangement de matériel, et la vapeur qui s’échappe à sa droite.

Or aujourd’hui, Tepco essaie de cacher, de manière ridicule, qu’il y a une fuite à ce même endroit, alors qu’ils savent très bien que la vapeur provient de l’enceinte de confinement.

On a souvent vu de la vapeur s’échapper des bâtiments depuis que Tepco et le gouvernement ont déclaré les réacteurs à froid en décembre 2011 (Se reporter aux vidéos collectées dans cette page : Arrêt à froid avec panaches). Donc on sait bien que les coriums sont capricieux. Non seulement on ne sait pas où ils sont, mais en plus ils peuvent de temps en temps générer des recriticités (redémarrages localisés et chroniques de fissions), donc de la chaleur, d’où le bore préparé par Tepco pour calmer le monstre.

Donc pour résumer, Tepco nous fait un sketch sur une fuite connue depuis deux ans et demi en nous expliquant que ce n’est que de la pluie qui s’évapore alors que c’est le scénario du pire : il n’existe plus de confinement, la vapeur radioactive sort de l’enceinte de confinement comme d’une vieille cocotte minute ayant perdu son joint.

Maintenant, on peut se demander pourquoi Tepco (et le gouvernement qui est actionnaire majoritaire) joue à ce petit jeu. Est-ce pour détourner l’attention de la contamination record de l’océan ? ou est-ce pour annoncer petit à petit, l’air de rien, que le Japon ne pourra pas gérer et payer tout seul cette catastrophe continuelle qui affecte le monde depuis 2 ans et demi ?


Source : http://fukushima.over-blog.fr/



Catégories :Planète

3 réponses

  1. En ce 2 aout, ayons une pensée émue et sincère pour les futurs sacrifiés de l’industrie nucléaire civile. Car sous couvert d’une recherche international concernant le démantèlement de Fukushima, on assiste en réalité à un appel aux secours international…

    http://www.nipponconnection.fr/creation-dune-unite-dediee-au-demantelement-de-fukushima/

    En attendant, elle courre, elle courre l’eau vive, pardon, l’eau lourde…

    http://www.nipponconnection.fr/tepco-doit-lutter-contre-les-infiltrations-deau-contaminee/

  2. Merci pour cet article, vous ne pouvez pas savoir à quel point vous me faites plaisir. Je me passionne pour cet « incident » nucléaire depuis deux ans, et je constate que la situation sur place est de pire en pire.

    Je ne saurai trop vous conseiller – si vous ne le connaissez pas encore – de vous connecter à l’excellent site de Laurent Horvath: http://www.2000watts.org/
    Vous y trouverez un dossier de suivi de la catastrophe. Avec une touche d’humour, ce qui ne gâche rien. Vous y trouverez aussi des articles publiés ça et là, toujours sur le même sujet.

    Pour en revenir aux fuites diverses et variées, les plus importantes, pour l’instant, se situent sous la centrale, centrale où se trouve encore le coeur fondu. Je ne vous dis pas se qui risquerait de se passer si de l’eau venait à rencontrer – par hasard et inopinément – les barres de combustibles. C’est ce que le gouvernement russe s’était employé à éviter, en sacrifiant des miliers de travailleurs polonais afin de construire un tunnel. Donc, sur ce sujet, on assiste à une guerre de langues de bois, que même les politiques français n’ont jamais atteints.
    http://www.2000watts.org/index.php/energytrend/nucleaire/accident-nucleaire-japon/943-fukushima-de-leau-radioactive-dans-le-pacifique.html
    « Selon les prélèvements effectués le 8 juillet 2013, l’eau souterraine en un point situé à environ 25 mètres de l’océan contenait 9’000 becquerels de césium 134 par litre et 18’000 becquerels de césium 137, contre respectivement 99 becquerels/l et 210 becquerels/l trois jours auparavant. Le facteur de multiplication dans ce court laps de temps est de 91 fois dans le premier cas et 86 dans le second.
    «Nous ne sommes pas pour le moment en mesure de dire si l’eau contaminée s’écoule ou non dans la mer», a déclaré Tepco à la presse. »

    http://www.wikistrike.com/article-un-poisson-hautement-radioactif-peche-a-des-kilometres-de-fukushima-119029727.html
    « Un bar pêché au large de la préfecture d’Ibaraki, à quelques dizaines de kilomètres de Fukushima, a révélé un niveau de radioactivité jusqu’à présent inédit pour un poisson de cette espèce, dix fois supérieur à la limite autorisée au Japon, a indiqué la préfecture concernée. »

    Je pense, moi, que je suis en mesure de dire que, oui, effectivement l’eau contaminée s’écoule dans le Pacifique.

    Il faut quand même regarder la vérité en face, aucun pays, aucune entreprise du type EDF, n’est en mesure de faire face à ce genre de catastrophe. Et je ne parle pas du démentèlement des centrales en fin de vie. EDF n’a pas assez de liquidités pour ne serait-ce démenteler une centrale…Alors une cinquantaine…
    L’envahissement, par Greenpeace, de la centrale du Tricastin, n’était pas anodine, en effet, cette centrale, située dans le couloir rhodanien – donc suceptible de contaminer le Rhone et toutes les terres qu’il irrigue jusqu’à son embouchure en cas d’ « incident » – à une particularité: 80% de sa production électrique part…à l’usine d’Aréva, située juste derrière la centrale et qui utilise pas mal d’uranium. Si la centrale explose, perso, je déménage.

    Savez-vous, aussi, que les dômes des centrales nucléaires résistent à la chute d’un avion? Si, si, c’est vrai, celà fait parti du cahier des charges. Ha, oui, j’oubliais de préciser, résiste à la chute d’un avion…mais de tourisme. Du genre monomoteur de tourisme. Dans le cas ou un dingue décidait de balancer un gros porteur dessus…

    Salutations…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :