La vérité très indésirable sur la chimiothérapie

Patrick Swayze, après sa chimiothérapie

Patrick Swayze, après sa chimiothérapie

Par Sylvie Simon, le 5 juillet 2013

Cela fait des années que la chimiothérapie est dénigrée par de très nombreux cancérologues français et états-uniens et non des moindres, qui ont osé exprimer leur doute quand aux guérisons obtenues par les voies classiques.

Hardin B. Jones, alors professeur de physique médicale et de physiologie à Berkeley, avait déjà communiqué en 1956 à la presse les résultats alarmants d’une étude sur le cancer qu’il venait de mener durant vingt-trois ans auprès de cancéreux et qui l’avait conduit à conclure que les patients non traités ne mouraient guère plus vite que ceux qui recevaient la chimiothérapie, bien au contraire.

« Les patients qui ont refusé tout traitement ont vécu en moyenne douze ans et demi. Ceux qui se sont soumis à l’intervention chirurgicale et aux autres traitements traditionnels ont vécu en moyenne trois ans seulement [1]. »

Et le Dr. Jone soulevait aussi la question des sommes fabuleuses engendrées par le « Cancer business ». Les conclusions déstabilisantes du Dr.Jones n’ont jamais été réfutées. (Walter Last, The Ecologist, vol. 28, n°2, mars-avril 1998)

Le 4 octobre 1985, le professeur Georges Mathé confirmait à L’Express:

« Il y a de plus en plus de cancers parce que le dépistage est beaucoup plus précoce, mais on ne les maîtrise pas aussi bien qu’on le dit, malgré la chimiothérapie qui est surtout prônée par les chimio-thérapeutes et les laboratoires [ce qu’il appelait la « cancer-connexion », nda], et pour cause: ils en vivent. Si j’avais une tumeur, je n’irais pas dans un centre anticancéreux » (Le Monde, 4 mai 1998)

À son tour, le Dr. Martin Shapiro écrivait dans un article « Chimiothérapie: Huile de perlimpinpin? »:

« Certains cancérologues informent leurs patients du manque de preuves que ce traitement soit utile, d’autres sont sans doute égarés par l’optimisme des parutions scientifiques sur la chimiothérapie. D’autres encore répondent à une stimulation économique. Les praticiens peuvent gagner davantage en pratiquant la chimiothérapie qu’en prodiguant consolation et apaisement aux patients mourants et à leurs familles. » (Los Angeles Times, 1 septembre 1987)

Cet avis est largement partagé par les docteurs E. Pommeteau et M. d’Argent qui estiment que la chimiothérapie « n’est qu’un procédé de destruction de cellules malignes comme la chirurgie ou la radiothérapie. Elle ne résout pas le problème capital des réactions de l’hôte qui devrait être, en dernier ressort, les seules à rechercher pour arrêter la poussée cancéreuse. » (Leçons de cancérologie pratique)

Pour sa part, le Pr. Henri Joyeux, cancérologue à Montpeiller, a déclaré à maintes reprises que « ce sont des intérêts financiers gigantesques qui permettent d’expliquer que la vérité scientifique soit encore aujourd’hui trop souvent occultée: 85% des chimiothérapies sont contestables, voire inutiles. »

Pour eux, comme pour bien d’autres médecins, les seuls cas de guérison avec cette thérapeutique sont des cas qui peuvent guérir spontanément, c’est-à-dire dans lesquels l’hôte peut organiser ses propres défenses. Il est difficile d’être plus clair: la chimiothérapie ne sert à rien! Et pour la progression des cas de guérisons, le Dr. Jean-Claude Salomon, directeur de recherche au CNRS, cancérologue, estime que le pourcentage de survie à cinq ans après le diagnostic initial s’est accru pour la seule raison que l’on sait faire des diagnostics plus précoces, mais que s’il n’est pas accompagné d’une baisse de la mortalité, l’augmentation du pourcentage de survie à cinq ans n’est pas un indice de progrès.

« Le diagnostic précoce n’a souvent pour effet que d’allonger la durée de la maladie avec son cortège d’angoisse. Cela contredit bien des affirmations concernant les prétendues avancées thérapeutiques. » (« Qui décide de notre santé. Le citoyen face aux experts« , Bernard Cassou et Michel Schiff, 1998)

Le Dr. Salomon précise qu’on comptabilise sans distinction les vrais cancers et des tumeurs qui n’auraient sans doute jamais provoqué de maladie cancéreuse, ce qui contribue à augmenter artificiellement le pourcentage des cancers « guéris ». Cela augmente aussi, évidemment, celui des cancers « déclarés ».

Encore un fait confirmé par le Dr. Thomas Dao, qui fut directeur du département de chirurgie mammaire au Roswell Park Cancer Institute de Buffalo de 1957 à 1988: « Malgré l’usage répandu de la chimiothérapie, le taux de mrotalité par cancer du sein n’a pas changé ces 70 dernières années. » Ainsi que par John Cairns, professeur de microbiologie à l’Université d’Harvard, qui a publié en 1985 une critique dans la revue Scientific American: « À part quelques rares cancers, il est impossible de déceler une quelconque amélioration par la chimiothérapie dan la mortalité des cancers les plus importants. Il n’a jamais été établi que n’importe quel cancer peut être guéri par la chimiothérapie. »

Nouvelle confirmation du Dr. Albert Braverman, hématologue et cancérologue new-yorkais, dans The Lancet:

« De nombreux cancérologues recommandent la chimiothérapie pour pratiquement toutes les tumeurs, avec un optimisme non découragé par un échec quasi immanquable […] aucun néoplasme disséminé, incurable en 1975, n’est guérissable aujourd’hui. » (« La cancérologie dans les années 1990« , vol. 337, 1991, p. 901)

Quand au Dr. Charles Moerthal, cancérologue de la Mayo Clinic, il admet que:

« Nos protocoles les plus efficaces sont plein de risques et d’effets secondaires; et après que tous les patients que nous avons traités aient payé ce prix, seule une petite fraction est récompensée par une période transitoire de régression incomplète de la tumeur. »

Alan Nixon, ancien président de l’American Chemical Society, est encore plus radical:

« En tant que chimiste, entraîné à interpréter des publications, il m’est difficile de comprendre comment les médecins peuvent ignorer l’évidence que la chimiothérapie fait beaucoup, beaucoup plus de mal que de bien. »

Ralph Moss est un scientifique non médecin qui étudie le cancer depuis des lustres. Il écrit des articles sur le sujet dans de prestigieux journaux, tels que The Lancet, le Journal of the National Cancer Institute, le Journal of the American Medical Association, The New Scientist, et a publié un ouvrage intitulé « The Cancer Industry » [2]:

« Finalement, il n’existe aucune preuve que la chimiothérapie prolonge la vie dans la majorité des cas, et c’est un grand mensonge d’affirmer qu’il existe une corrélation entre la diminution d’une tumeur et l’allongement de la vie du patient. »

Il avoue qu’il croyait autrefois en la chimiothérapie, mais que l’expérience lui a démontré son erreur:

« Le traitement conventionnel du cancer est tellement toxique et inhumain que je le crains davantage que mourir d’un cancer. Nous savons que cette thérapie ne marche pas – si elle marchait vous ne craindriez pas davantage le cancer qu’une pneumonie. […] Cependant, la plupart des traitements alternatifs, quelles que soient les preuves de leur efficacité, sont interdits, ce qui oblige les patients à se diriger vers l’échec car ils n’ont pas d’alternative »

Le Dr. Maurice Fox, professeur émérite de biologie au MIT (Massachussets Institute of Technology) [3] a constaté, comme nombre de ses pairs, que les cancéreux qui refusaient les soins médicaux avaient un taux de mortalité inférieur à ceux qui les acceptaient.

Le Centre du Cancer de l’Université McGill au Canada a envoyé un questionnaire à 118 médecins spécialisés dans le cancer des poumons afin de déterminer le degré de confiance qu’ils accordaient aux produits que les scientifiques de l’Université étaient en train d’évaluer. On leur demandait d’imaginer qu’ils avaient un cancer et de dire quel médicament ils choisiraient parmi six en cours d’essais. Il y eut 79 réponses des médecins, parmi lesquelles 64, soit 81% n’accepteraient pas de participer aux essais de la chimiothérapie à base de Cisplatine qu’ils étaient en train de tester et 58 autres médecins parmi les mêmes 79, soit 73%, estimaient que les essais en question étaient inacceptables, étant donnée l’inefficacité des produits et leur degré élevé de toxicité [4].

De son côté, le Dr. Ulrich Abel, épidémiologiste allemand du Centre du Cancer de Heidelberg-Mannheim, a passé en revue tous les documents publiés sur la chimiothérapie par plus de 350 centres médicaux à travers le monde. Après avoir analysé, pendant plusieurs années, des milliers de publications, il a découvert que le taux global de réussite de la chimiothérapie à travers le monde était « lamentable », seulement 3%, et qu’il n’existe tout simplement aucune preuve scientifique indiquant que la chimiothérapie pouvait « prolonger de façon sensible la vie de patients souffrant des cancers organiques les plus courants. » Il qualifie la chimiothérapie de « terrain vague scientifique » et affirme qu’au moins 80% de la chimiothérapie administrée à travers le monde est inutile et s’apparente aux « habits neufs de l’empereur », alors que ni le docteur ni le patient ne souhaitent renoncer à la chimiothérapie. Le Dr. Abel a conclu:

« Nombre de cancérologues tiennent pour acquis que la chimiothérapie prolonge la vie des patients. C’est une opinion fondée sur une illusion qui n’est étayée par aucune étude clinique [5]. »

Cette étude n’a jamais été commentée par les grands médias et a été complètement enterrée. On comprend pourquoi.

En résumé, la chimiothérapie est très toxique et ne peut faire la différence entre les cellules saines et les cellules cancéreuses. Elle détruit peu à peu le système immunitaire qui ne peut plus protéger le corps humain des maladies ordinaires. Quelques 67% des gens qui meurent pendant le traitement de leur cancer le doivent à des infections opportunistes qui n’ont pas été combattues par le système immunitaire.

L’étude la plus récente et significative a été publiée par le journal Clinical Oncology [6] et menée par trois oncologues australiens renommés, le Pr. Graeme Morgan du Royal North Shore Hospital de Sydney, le Pr. Robyn Ward [7] de l’Université du New South Wales-St. Vincent’s Hospital et le Dr. Michael Barton, membre de la Collaboration for Cancer Outcomes Research and Evaluation du Liverpool Health Service à Sydney.

Leur travail minutieux est basé sur l’analyse des résultats de toutes les études contrôlées en double aveugle menées en Australie et aux USA, concernant la période de survie de 5 ans mise au crédit de la chimiothérapie chez les adultes durant la période de janvier 1990 à janvier 2004, soit un total de 72694 patients en Australie et de 154971 aux USA, tous traités par chimiothérapie. Cette vaste étude démontre qu’on ne peut plus prétendre, comme de coutume, qu’il ne s’agit que de quelques patients, ce qui permet aux systèmes en place de les balayer avec mépris du revers de la main. Les auteurs ont délibérément opté pour une estimation optimiste des bénéfices, mais malgré cette précaution, leur publication prouve que la chimiothérapie ne contribue qu’à un peu plus de 2% à la survie des patients après 5 ans, soit 2,3% en Australie, et 2,1% aux USA.

« Certains praticiens restent pourtant optimistes et espèrent que la chimiothérapie cytotoxique [8] prolongera la vie des cancéreux », ont déclaré les auteurs dans leur introduction. Ils demandent à juste raison, comment il se fait qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années, continue à obtenir un tel succès dans les statistiques des ventes. Il est vrai qu’on peut leur répondre que les patients peu curieux ou simplement affolés n’ont aucun choix: on ne leur propose rien d’autre.

Massoud Mirshahi, chercheur à l’Université Pierre et Marie Curie et son équipe ont découvert en 2009 que de nouvelles cellules du micro-environnement tumoral seraient impliquées dans la résistance à la chimiothérapie des cellules cancéreuses et les récidives avec l’apparition de métastases. Ces cellules ont été appelées « Hospicells », car elles servent de niches qui ont la propriété de fixer un grand nombre de cellules cancéreuses et de les protéger de l’action de la chimiothérapie. Les « Hospicells » proviennent de la différenciation des cellules souches de moelle osseuse, et sont présentes dans les épanchements chez les malades atteints de cancer (liquide d’ascite, épanchements pleuraux). Les cellules cancéreuses, agglutinées autour d’une « Hospicell », forment de véritables petits nodules cancéreux.

Dans ces nodules ont été également identifiées des cellules immuno-inflammatoires. La microscopie électronique a démontré qu’il y avait des zones de fusion entre les membranes des « Hospicells » et celles des cellules cancéreuses, permettant le passage de matériel d’une cellule à l’autre. De plus, les chercheurs ont observé le transfert de matériel membranaire de l’ « Hospicell » vers les cellules cancéreuses, phénomène appelé trogocytose. Plusieurs autres mécanismes, comme le recutement de cellules immunitaires suppressives ou la sécrétion de facteurs solubles par les « Hospicells » aident aussi à la résistance des cellules cncéreuses contre la chimiothérapie. Compte tenu de cette importance, il est suggéré que les cellules cancéreuses « nichées » sur une « Hospicell » pourraient être considérées comme responsables de la maladie résiduelle. Pour la recherche, il importe donc de trouver des drogues susceptibles à la fois de détruire les cellules cancéreuses et les « Hospicells » [9].

D’autres études ont paru dernièrement: la première, publiée dans la revue Nature, indique qu’une grande majorité des études sur le cancer sont inexactes et potentiellement frauduleuses. Les chercheurs n’arrivent que rarement à dupliquer les résultats des grandes études « de référence ». Parmi 53 études importantes sur le cancer, pourtant publiées dans des revues scientifiques de haut niveau, 47 n’ont jamais pu être reproduites avec des résultats semblables. Ce n’est pas une nouveauté d’ailleurs, puisqu’en 2009, des chercheurs du Comprehensive Cancer Center de l’Université du Michigan avaient également publié des conclusions de célèbres études sur le cancer, toutes biaisées en faveur de l’industrie pharmaceutique. Et il reste de notoriété publique que certains médicaments contre le cancer provoquent des métastases.

Cette longue liste de publications, toutes négatives et non exhaustives quand aux « bienfaits » de la chimiothérapie, pourraient s’expliquer par les travaux de certains chercheurs de la Harvard Medical School à Boston, qui ont constaté que deux médicaments utilisés en chimiothérapie provoquent le développement de nouvelles tumeurs, et non pas le contraire! Il s’agit de ces nouveaux médicaments qui bloquent les vaisseaux sanguins qui « nourrissent » la tumeur. Les spécialistes les appellent traitements « anti-angiogénèse ». Ces médicaments, le Glivec et le Sutent (principes actifs, imatinib et sunitinib), ont un effet démontré pour réduire la taille de la tumeur. Cependant, ils détruisent de petites cellules peu étudiées jusqu’à présent, les péricytes, qui maintiennent sous contrôle la croissance de la tumeur. Libérée des péricytes, la tumeur a beaucoup plus de facilité à s’étendre et à « métastaser » dans d’autres organes. Les chercheurs de Harvard considèrent donc maintenant que, bien que la tumeur principale diminue de volume grâce à ces médicaments, le cancer devient aussi beaucoup plus dangereux pour les patients! (Cancer Cell, 10 juin 2012) Le professeur Raghu Kalluri, qui a publié ces résultats dans la revue Cancer Cell, a déclaré:

« Si vous ne prenez en compte que la croissance de la tumeur, les résultats étaient bons. Mais si vous prenez du recul et regardez l’ensemble, inhiber les vaisseaux sanguins de la tumeur ne permet pas de contenir la progression du cancer. En fait, le cancer s’étend. »

Enfin, une étude publiée dans la revue Nature Medicine en 2012, pourrait changer l’idée que l’on se fait de la chimiothérapie. Les chercheurs du Fred Hutchinson Cancer Research Center de Seattle auraient en effet découvert que celle-ci déclencherait chez des cellules saines la production d’une protéine alimentant les tumeurs.

Alors que des chercheurs travaillaient sur la résistance à la chimiothérapie dans des cas de cancers métastasés du sein, de la prostate, du poumon et du colon, ils ont découvert par hasard que le chimiothérapie, non seulement ne guérit pas le cancer, mais active plutôt la croissance et l’étendue des cellules cancéreuses. La chimiothérapie, méthode standard de traitement du cancer aujourd’hui, oblige les cellules saines à libérer une protéine qui en réalité alimente les cellules cancéreuses et les fait prospérer et proliférer.

Selon l’étude, la chimiothérapie induit la libération dans les cellules saines d’une protéine, WNT16B, qui aide à promouvoir la survie et la croissance des cellules cancéreuses. La chimiothérapie endommage aussi définitivement l’ADN des cellules saines, préjudice à long terme qui persiste longtemps après la fin du traitement par chimio.

« Quand la protéine WNT16B est sécrétée, elle interagirait avec les cellules cancéreuses proches et les ferait grossir, se répandre et le plus important, résister à une thérapie ultérieure, » a expliqué le co-auteur de l’étude Peter Nelson du Fred Hutchinson Cancer Resarch Center à Seattle, concernant cette découverte totalement inattendue. « Nos résultats indiquent que dans les cellules bénignes les réponses en retour peuvent contribuer directement à une dynamique de grossissement de la tumeur, » a ajouté l’équipe au complet selon ce qu’elle à observé.

Ce qui revient à dire: éviter la chimiothérapie augmente les chances de recouvrer la santé.

Comment se fait-il qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années continue à obtenir un tel succès dans les statistiques des ventes? Il est vrai que les patients peu curieux ou simplement affolés n’ont aucun choix: on ne leur propose rien d’autre que le « protocole ». À quelle pression le cancérologue actuel est-il soumis pour choisir le traitement du patient? Jadis, le bon médecin choisissait en son âme et conscience, selon le serment d’Hippocrate, le meilleur traitement pour son patient. Il engageait aussi sa responsabilité personnelle après un entretien prolongé avec son malade.

« Depuis les années 1980 – et singulièrement de façon de plus en plus autoritaire depuis le plan cancer de 2004 – la liberté de soigner du cancérologue a disparu en France et dans certains pays occidentaux. Au prétexte fallacieux de la qualité des soins, tous les dossiers de patients sont « discutés » en réunion multidisciplinaire où, de fait, l’essau thérapeutique en cours testant les drogues nouvelles est imposé par la « communauté ». La praticien qui souhaite déroger à ce système doit s’expliquer et encourt tous les ennuis possibles, en particulier celui de voir le service auquel il participe perdre son autorisation de pratiquer la cancérologie. »

Le Dr. Nicolas Delépine résume ainsi ce qui peut arriver quand on s’éloigne des protocoles stricts pour les adapter à la situation personnelle des malades.

Seuls 3 médecins sur 4 osent refuser la chimio pour eux-mêmes, en cas de cancer, en raison de son inefficacité sur la maladie et de ses effets dévastateurs sur la totalité de l’organisme humain. Mais ce détail est bien caché aux malades.

Le docteur Jacques Lacaze, diplômé de cancérologie et ardent défenseur des travaux du Dr. Gernez sur le sujet, estime que la seule vraie solution est la prévention.

« En effet, un cancer a une vie cachée de 8 ans en moyenne. Durant cette longue période, l’embryon de cancer est très vulnérable, un rien peut le faire capoter. TOUS les spécialistes admettent cette réalité, mais très peu d’entre eux préconisent une politique de prévention. Pourtant, elle est facile à mettre en œuvre. Nous savons que la courbe d’incidence du cancer démarre vers 40 ans, donc qu’un futur cancer s’installe vers 32 ans. L’étude SUVIMAX a montré qu’une simple complémentation en vitamines et sels minéraux suffisait à faire baisser cette incidence de cancers d’environ 30%. Cette étude a duré 8 ans. Aucune conséquence en politique de santé publique n’en a été tirée.

Bien entendu, l’industrie pharmaceutique ne veut pas en entendre parler: on ne scie pas la branche sur laquelle on est assis. Le corps médical est sous la coupe des « grands patrons » qui font la pluie et le beau temps et qui sont grassement rémunérés par cette industrie (cherchez sur Internet, vous verrez que la plupart de ces grands patrons émargent d’une façon ou d’une autre à un laboratoire). Et la majorité des médecins de base suivent sans broncher! Et malheur à ceux qui pensent le contraire et qui contestent chimiothérapie ou vaccins ou antibiothérapie. […] Je dois ajouter, car cela correspond à ma pratique et à des études réelles faites par quelques services spécialisés, de nombreux produits qualifiés de complémentaires ou alternatifs sont efficaces, mais interdits et pourchassés par les autorités aux ordres de l’industrie pharmaceutique. »

Pour en savoir plus sur la prévention des cancers, vous pouvez consulter le site gernez.asso.fr

Il ne faut pas oublier dans cette affaire que seule la pression des personnes concernées, c’est-à-dire nous tous, fera plier ce système.

___________________________________________________________________

[1] Transactions of the N.Y. Academy of Medical Sciences, vol. 6, 1956.

[2] Equinox Press, 1996.

[3] Membre de la National Academy of Sciences, de l’Institute of Medicine et de l’American Academy of Arts and Sciences.

[4] Cité par le Dr. Allen Levin, dans son ouvrage intitulé « The Healing of Cancer« .

[5] Abel U. « Chemotherapy od advanced epithelial cancer, a critical review », Biomed. Pharmacother. 1992; 46(10): (439-52).

[6] « The Contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies », Clin. Oncol. (R Coll Radiocol). Juin 2005; 17(4): (294).

[7]Le Pr. Ward fait également partie du département du ministère de la santé qui conseille le gouvernement australien sur l’effet des médicaments autorisés, semblable à la Food and Drug Administration US.

[8] Propriété qu’a un agent chimique ou biologique d’altérer et éventuellement détruire des cellules.

[9] « Oncological trogocytosis of original stromal induces chemoresistance of ovarian tumours« , Rafii A, Mirshahi P, Poupot M, Faussat AM, Simon A, Ducros E, Mery E, Couderc B, Lis R, Capdet J, Bergalet J, Querleu D, Dagonnet F, Fournié JJ, Marie JP, Pujade-Lauraine E, Favre G, Soria J, Mrihahi M.

Source: http://www.sylviesimonrevelations.com/article-la-verite-tres-indesirable-sur-la-chimiotherapie-118907562.html



Catégories :Santé

Tags:, , , , ,

113 réponses

  1. Il y a beaucoup, beaucoup , beaucoup de chercheurs et quand (par hasard ? ) il y en a un qui trouve quelque chose d’intéressant tous les autres lui saute dessus !
    Une infirmière dans un service de cancérologie rapportait il y peu avoir entendu deux médecins du service (qui ne la savait pas là ) en parlant d’un « patient » qui voulait sortir du protocole : XXX il a rapporté ses 150 000 € c’est bon on peu le laisser faire !

  2. Merci la chimiothérapie. En janvier 2011 j’avais 3 semaines d’espérance de vie. Je suis en rémission complète suite et grâce à une chimio classique (traiement CHOP + Mabtera) depuis 2 ans. 4 années de vie grâce à la chimio au lieu des 3 semaines… C’est une vérité « très désirable » : le cadeau de la vie… Bien sûr il y a des risques, des rechutes, des cancers secondaires possibles. C’est à un chacun qu’il convient de juger. La personne concernée a le choix. J’ai fait le choix de la vie. Il est utile d’informer qu’il existe aussi une vérité très désirable sur la chimiothérapie pour certains patients…

    • Vous avez la chance de faire partie de l’infime proportion des personnes ayant fait une chimio et pour qui cela s’est bien passé… Je vous en félicite et pour vous la question semblera inappropriée, mais l’article reste fondé et pertinent.

    • Vous savez quelle est l’espérance de vie avec les traitements conventionnels (dont la chimio fait partie) Jean-Marc? 5 ans, je vous souhaite de vivre le plus longtemps possible mais il faut dire les choses comme elles sont, moi mon père a suivi les traitements conventionnels et… il est décédé. Il y a des alternatives il faut le faire savoir et qui sont non destructives et plus efficaces.

  3. Je suis séropositif et il y a quelques mois, de longs mois d’abscence, ma mère est morte à l’âge de 57 ans d’un cancer des poumons: elle fumait beaucoup, ne mangeait pas grand chose, s’auto-médicamentait depuis des années et surtout, elle souffrait d’un abandon atroce de ses enfants…j’habite au Mexique et je n’ai compris que peu de temps avant sa mort qu’il fallait vite la rejoindre. Il se trouve que j’ai moi même longtemps douté de l’importance de ma séroposité, et je crois pouvoir soutenir que pendant dix ans j’ai vécu avec le VIH, problèmes de nutrition (pas d’argent pour bien manger) et des gengivites à répétition qui auraient dû alerter mon dentiste…bref: pendant les mois qui ont suivis le diagnostique de ma séropositivé, j’ai repris du poids en changeant mon alimentation, en fumant moins, en dormant mieux…alors que j’étais mourrant en janvier 2011, quelques mois plus tards j’avais atteint un « record » de poids et de bonne santé.
    Ma mère ne nous a rien dit quant à son pronostique, pensant s’en sortir (comme moi), peut-être, ou essayant de vivre les derniers temps qu’il lui restait sans devoir affronter notre tristesse. Lorsque je suis arrivé à Paris, elle était dans un état pitoyable: trois semaines de diarhées continues et on lui donnait des haricots verts à l`hopital!! J’ai donc appliqué avec elle ce que j’avais apris: c’est moi qui lui faisait à manger, je mangeais avec elle, et la première semaine de ce régime elle a repris des forces et des couleurs…mais c’était déjà trop tard: ma mère a été rongée par la chimio…elle est morte dans un hopital alors qu’elle aurait pu vivre plus longtemps et avec ses enfants en appliquant d’autres types de méthodes (son cancer était effectivement bien avancé au momment du diagnostique, je ne crois pas non plus aux mirables). Je le savais, maintenant, c’est confirmé: les médecins et leurs méthodes n’ont fait qu’avancer la mort de ma mère.
    Cet article, plus encore que ceux dédiés aux mensonges autour du dit « sida », me semble juste…je n’ai pas pu le terminer….la souffrance qu’a vécu ma mère sous la chimio, à laquelle elle s’est désespérement raccrochée…me laisse encore sans mot.

    • Bonjour Unomas,

      le père de ma meilleure amie est mort guéri lui: il a été pris rapidement au début d’un cancer de la bouche, il a tout fait bien comme il faut, suivi les ordres des médecins, et quand il est mort, au bout de deux ans d’horreur, sans dents à cause des rayons, les intestins détruits à cause des chimios, ne pouvant plus manger depuis des mois nourri en sonde, mâchoire opérée plusieurs fois, bref la totale, et pourtant sa fille est du milieu médical, (manipulatrice radio), et bien ce pauvre homme qui ne faisait plus que des diarrhées vert fluo est mort guéri, son cancérologue lui disait quelques jours avant « ah mais c’est formidable monsieur, il n’y a plus trace de cancer, on va continuer les chimios!!! », alors que les prises de sang étaient épouvantables à d’autres niveaux.

      Concernant le SIDA, je continue à potasser un max les publications scientifiques de Beljanski, lire tous les livres que je trouve, et justement, j’ai lu (trouvé d’occase sur eBay ou le bon coin je sais plus) « Enquête sur un survivant illégal », c’est l’histoire de Gérard Weidlich, contaminé en faisant du bouche à bouche à un noyé séropositif, à une époque où le Sida débutait à peine, on ne connaissait pas l’AZT ou quoique ce soit, c’était l’omerta et l’ignorance cette maladie: hyper malade, il a décidé d’aller voir Beljanski qui avait des résultats sur les rétro virus, et ça l’a sauvé.
      Il est à noter que ce livre a été écrit par un journaliste qui à la base cherchait à descendre en flèche Belkanski, il voulait le faire plonger, croyant que c’était un charlatan, mais il n’a trouvé que des témoins en faveur du chercheur, des survivants du cancer et du sida. Weidlich d’ailleurs s’est énormément investi dans l’association CIRIS (qui travaille en symbiose avec la fondation Beljanski) et sa femme Pierrette y exerce toujours. Il était devenu très proche et ami des Beljanski qui l’avaient sauvé.
      Quant au journaliste qui voulait la peau de Beljanski, eh ben 10 ans plus tard, c’est lui qui a eu un cancer et s’est soigné par les médocs de Beljanski, il a publié de jolis témoignages à ce sujet.
      Donc ce livre peu vous intéresser Unomas, ça vaut le détour.

      Le 23 novembre 2014 j’ai eu le plaisir de rencontrer Monique Beljanski (épouse et collaboratrice de Mirko) au salon vive nature à lyon, (elle vit avec sa fille aux USA, c’est donc rare de pouvoir la voir en France) et elle a évoqué à nouveau ces résultats sur le Sida, rappelant qu’aussi la chasse aux sorcières dont a été victime Belkanski se passait au moment où l’AZT était sur le point de sortir, encore à l’étude, et les médocs Beljanski lui auraient fait de l’ombre. Sans commentaire hein, (rires)?

      Moi j’ai retenté quelques gélules de chimio à 12.5 et 25 mg au lieu de 50 mg, j’ai replongé dans l’horreur, donc stop à nouveau: je les prenais juste pour voir si ça permettrait aux médocs Beljanski de fonctionner en synergie avec eux (Mirko Beljanski a toujours insisté sur la synergie avec de faibles doses de traitement conventionnels en ouvrant le manteau de protection de la cellule cancéreuse, ils permettaient de décupler les résultats car les produits pouvaient alors faire tout leur effet plus facilement au cœur de la cellule cancéreuse).
      A noter que le sujet de la conférence du 23 novembre 2014 à Lyon était de montrer que les américains sont entrain de refaire tous les trucs de Beljanski et qu’ils CONFIRMENT!!!!!
      Sur le site Beljanski, celui du Ciris etc, on a plein d’infos, les publications (les 133 publications scientifiques de Beljanski, mais toutes les études américaines actuelles aussi, en 2014!!!).
      Sylvie Beljanski (fille de Mirko) a aussi un blog, et les médocs sont sur le site natural source, par les moteurs de recherche on trouve assez facilement.
      Enfin c’est juste à titre informatif, car je sais que c’est hyper dur ces maladies qu’on a à gérer seul(e)s et souvent sans un rond par dessus le marché.

      Amicalement à vous, on n’a pas les mêmes pathos, mais on endure les mêmes calvaires à gérer nos daubes respectives…. 😉

      Catherine

  4. Bonjour Ryuujin: j’ai pas mal rit en vous lisant, y’a des vérités que vous dites, mais y’a aussi visiblement pas mal d’ignorance sur le fond des choses.

    Petite diversion pour saluer Bouchet (je suis la fille de colette).

    Ryuujin, donc: passionnée de médecine depuis mon enfance, j’ai toujours par pur plaisir potassé un max sur le sujet, comme d’autres se régalent des Harlequins. J’ai en outre vécu 12 ans avec un chef de service de pneumologie, numéro 2 d’un grand hosto, qui était donc confronté aux cancers du poumons; on parlait des cas, il m’emmenait dans les conférences, bref, comme en plus j’ai fini par bosser de nuit en hosto, je ne suis pas totalement ignare même si je ne suis pas chercheur.

    Je me suis plainte des années durant aux médecins de fatigue et douleurs anormales, mais comme je suis atteinte d’autres pathos génétques, auto immunes et j’en passe, ils s’en tapeint le coquillard.

    Le 22 avril 2014 j’urine des flots de sang: j’aspire 20 cc, me pointe chez ma généraliste, et lui dit en rigolant et lui passant la seringue « mon épitaphe sera « j’vous avais bien dit que j’étais malade, tadkons! » Prise de sang, je comprends illico seule dans ma bagnole à la lecture des résultats. Echo: « petit nodule de 6 cm sur rein droit »: vu la vitesse à laquelle le radio a tracé pour me coller un RV au scanner après sa maintenance, j’ai compris.

    Scanner confirme, ablation du rein en juin 2014: 3 kg de barbaque retirée, le rein pesait à lui seul 940gr au lieu de 120 g environ. Le reste du poids, c’est les annexes (graisse ganglions etc, bref, passons, transfusion préop tellement je suis anémiée, per op’, 2 ème chir appelé en renfort durant la chir, 3 h 30 d’opé au lieu d’une demi heure pour une ablation rein normale. Vidée comme une truite la nana (49 ans).

    Relachée dans la nature sans un mot, pas de traitement, pas d’orientation vers un onco, rien. Et je zappe l’inhumanité des soignants, de l’AS au toubib ‘ils auront passé plus de temps à me parler de leurs dépassements d’honoraires que du crabe).

    J’apelle le centre léon bérard à lyon, je bataille un peu pour avoir un RV, ils ne prennent plus que les patients à métastases tellement ils sont engorgés. Je leur scanne les résultats de l’anapath, adécno carcinome à 60%, sarcome à 40 %, grade 3 et 4, j’obtiens un RV avec une nana que j’ai choisie juste pour ses nom et prénom (rires), de toute façon, sont tous à peu près pareils les médecins.

    La cancéro me dit on va faire un scanner, ça fait un mois depuis la chir: Découverte de 50 métas pulmonaires: on me fout sous sutent, début de l’enfer, mais l’ENFER. J’arrête au bout de 21 jours sur 28 prévus, je préfère crever (de toute façon, je devancerai l’appel quand je serai foutue, j’vais pas coûter cher en soins palliatifs, ni rester à la merci des soignants).
    J’ai des pensées pour les animaux de labo, qui endurent des tortures infines y compris mentales pour la mise au point de ces chimio immondes. Je pense à leur souffrances vu les miennes, et leur désespoir absolu dans leur cage à attendre qu’on leur injecte des produits (brosse-toi pour les calins et l’empathie d’un chercheur sur animaux pour adoucir l’abomination, je connais, et je parle même pas de la DL 50.).

    A l’arrêt du sutent, je remonte péniblement. Ma généraliste insiste pour que je me soigne, la cancéro me represcrit une semaine de sutent 50 puis 1 à 37.5, puis 1 semaine repos, et RV pour la suite.

    Je prends une première gélule, je replonge illico quasi au niveau qui m’a fait arrêter; Je prends la deuxième le lendemain, immédiatement des nouvelles plaies, une dépression qui me met en sanglots non stop, bref, faut lire la notice des effets secondaires, je les ai tous eu, y compris les rares, et d’autres non signalés, comme baisse de la vue et acouphènes, qui ont commencé à céder à l’arrêt du sutent la première fois.

    Tout ce développement pour dire que j’ai décidé de me soigner par les médecines alternatives, en fonction de mes propres recherches, et que les trucs proposés par la scince officielle, c’est niet. De toute façon,on est bien d’accord, je suis censée crever, je suis incurable, point, la chimio peut dans le meilleur des cas contenir la diff’ des métas: mais à quel prix purée? QUEL PRIX? humain (ma carcasse hurlante sous l’horreur) et pour la sécu (5400 euros la boite de 28 gélules! non mais sans rire?!).

    Il existe des traitements, comme ceux de Beljanski, qui ont d’ailleurs soigné Mitterrand qui les a commencé au stade des métas osseuses de son cancer de la prostate: on connaît la suite! il n’est clamsé qu’en dcidant de stopper toute médication.

    Mais c’est interdit en France, comme bcp d’autres choses, alors que des traitements alternatifs ont fait leurs preuves par NOS CHERCHEURS FRANCAIS, Gernez, et moult autres. C’est autorisé dans d’autres pays, et remboursé par leurs sécurités sociales.
    Les travaux refaits à l’étranger confirment les recherches françaises (rien que pour Beljansli cf USA 2014 Beljanski pour le pao peireira et les cancers, entre autres du pancréas), c’est non stop qu’on voit des sorties à l’étranger de nos chercheurs mais que la France a pourfendus (lire les 4 tomes de Pierre Lance « savants maudits, chercheurs exclus entre autres) et interdits.

    Alors ne tabler que sur la science et la recherche, c’est vraiment limité, quand on cherche on s’aperçoit qu’il existe indéniablement des fatwas de la part des lobbys pharmaceutiques, accoquinés avec l’appareil d’état, et que ce sont les patients qui morflent.

    Avez-vous lu le livre fondamental de Seignalet, médecin, chercheur, qui a pondu un pavédestiné aux médecins mais accessible au grand public « l’alimentation ou la troisième médecine »? Il a sauvé des millers de patients tous condamnés par la médecine.

    Et Kousmine? « sauvez votre corps »? un régal à lire tellement il est facile, et plein de cas décrits à la fois en bref mais en précis, avec le recul, les traitements etc? des gens condamnés à clamser en 3 semaines survivant des décennies?

    Je pourrais parler du docteur Rath, de Linus Pauling (double prix nobel de médecine), le p’tit drôle!), ou d’un simple citoyen, raphaël chollet qui a écrit  » sortir mon père du cancer »: ce dernier, a « dû sortir son père du cancer »: cancer du poumon avec moult métastases, agonisant sur son canapé grâce aux chimio et radiothérapies, le fils fait des recherches, stoppe la radio, la chimio et modifie l’alimentation, supplémente le corps, le père est guéri, alors que les cancéro lui disaient qu’il avait un an à vivre. A lire aussi.

    Je zappe sur tout ce que j’ai pu lire (ma toubib me dit que j’ai plus de bouquins de médecine qu’elle, lol), c’est déjà long mon post. Mais j’espère qu’il sera validé, à la fois pour vous, et surtout pour les patients, qu’ils n’attendent pas d’être uniquement pris en charge par les médecins.

    De toute façon, on va tous mourir, c’est pas un scoop: la façon dont n va mourir, c’est de notre ressort.

    La limite de ce qu’on est prêts à endurer sur ordonnance ou de ce qu’on refuse, c’est une décision personnelle. Moi, les souffrances indicibles physiques et mentales engendrées par la médecine officielle m’ont fait décider que crever d’un empoisonnement par la chimio ou du crabe (sachant que j’ai la morphine et les somnifères ad hoc pour devancer « si ou quand » ce sera nécessaire), et sachant surtout ce que donnent les statistiques de mortalités (pas de morbidité, mortalité) sous chimio, m’ont fait décider de stopper: j’espère que ma cancéro acceptera une sorte de travail différent, car je vais écrire la totalité de ce que je fais, prise de médocs interdits en France, remise en état via Kousmine, Seignalet , supplémentation par Rath mais aussi des trucs autres comme décrit par DSS dans « anti cancer » (champignons anti tumoraux etc), bref, pas mal de choses que je ne cite pas toutes.

    Je n’ai pas peur de la mort, j’ai peur de la souffrance, et je vais essayer de vivre pour ma mère (73 ans, et dont je suis le seul gosse survivant) et mes chats (13, que des sauvetages qui ne sont pas adoptables en raison de maltraitances qui les a rendus tarés ou de pathos incurables nécessitant des soins non stop, donc seront assassinés si je calanche).

    J’ai aussi conscience que je me le suis fabriqué mon cancer, à coups de bouffe frelatés (comme tout ce qui est non bio), d’allergies alimentaires cachées (voir test immupro 300, non remboursé mais vital à réaliser malgré le prix monstrueux), d’eau polluée (on remonte les normes quand ça tompbe dans l’interdit niveau tolérance légale des toxiques), d’abus de produits animaux (lait fromage viande), de clopes, bref, de plein de choses, sans compter le facteur stress (professionnel ou de tous ceux qui font de la protection animale de terrain tellement ce qu’on découvre et voit est ignoble); J’ai aussi conscience que normalement je dois crever, et qu’en stoppant la chimio, vu l’état, c’est censé durer moins longtemps que les impôts ma survie.
    Ben on va voir.

    Mais une chose est une certitude absolue: ne placer sa confiance qu’en la science est une lourde erreur, et lourde de conséquences pour les malades, je suis convaincue que la soluce c’est associer les deux, et ne pas se gausser d’emblée de ces thérapies alternatives, mais au contraire d’avoir la curiosité intellectuelle de potasser un max les pistes. Je suis pas neuneu, moi aussi j’ai vu des trucs complètement crétins, et de beaux salauds profiter de la misère pour se faire mousser et se faire plein de sous: mais il existe des chercheurs (et parfois brillantissime, aux travaux publiés, confirmés à l’étrangers par d’autres chercheurs, nobelisés) étouffés par les lobbys, dont les travaux ont fait leurs preuves, mais qui sont interdits en France (en effet, regarder « le scandale du siècle » est passionnant, et le livre qui en est la copie conforme, « les maladies dégénératives, les propositions du docteur andré gernez » participent de la curiosité minimale et grandement salutaire.

    Quand je lis un bouquin, que c’est un médecin, que je retrouve sous la plume d’autres médecins confirmation des écrits, que je les trouve à l’étranger, que je les trouve sur différentes époques, et que je vois dans la bibliographie que c’est pas du copié collé d’un seul bouquin qui fait « tache d’huile » chez plusieurs auteurs, je me dis que ce sont des pistes reposant sur une base solide même si la science officielle, reconnue, s’assoit confortablement dessus en ricanant bêtement.

    En tout cas: aux USA, chaque jour, c’est l’équivalent de l’effondrement d’une tour du world trade center le nombre de morts par cancer; En France, c’est devenu la première cause de mortalité, et les courbes sont toutes à la hausse chaque année.

    Me concernant, avec chimio, le meilleur chiffre de survie, c’est 15 % à 3,5,10 ans; le pire, 4%. Soit 85 % de chances de crever, voire 96% de chances dans le pire des cas.

    Vous êtes d’accord que la prescription médicamenteuse est un calcul « bénéfices/risques »? vu les conséquence infernales et délétères des chimio, radios etc, je me demande comment ces machins obtiennent une AMM purée…

    Quitte à crever, j’ai tenté la chimio, j’ai vu , c’est niet. Donc je tente autre chose tellement les souffrance induites par les prescriptions officielles sont insoutenables, physiquement ET moralement.
    Et franchement, j’adorerais réduire le crabe au silence (ça se guérit pas, mais on peut lui rabattre son clapet) par les méthodes non reconnues et autorisées en France, et le FAIRE SAVOIR, pour les patients et…pour les animaux: les martyrs de la recherche « autorisée », et mes gosses, jusqu’à ce que le dernier termine sa vie de chat.

    Voila Ryuujin ce que j’avais envie de vous dire, en espérant vous donner l’envie de creuser ne serait-ce que Kousmine (le livre le plus facile et rapide à lire) et Seignalet (hyper dense et scientifiquement hyper pointu, ce qui devrait enchanter le chercheur que vous êtes), deux médecins et chercheurs qui ont obtenu des résultats miraculeux pour des patients condamnés.

    Bien à vous

    Catherine

  5. qui a créer et commercialisé la cocaine , l’heroine , les amphetamine, le lsd etc etc etc …. les labo pharmaceutique….. tous le monde se dit c’est pas vrai sa peu pas etre vrai, regarder le marketing de la folie, le monde des labo est bien plus pervers et cupide que ce qu’on l’on aimerai imaginer

  6. Mon mari a un cancer de la gorge et il fait de chimiothérapie et du rayon depuis aujourdhui merci de m’ecoute

  7. Quel gros connard ce « lenord »

    • Willsummer t bête ou tu le fais exprès?
      Me dis pas que tu crois à ce témoignage. Vire-le ca décribilise complètement nos échanges.

      • Bénéfice du doute…

      • Je te renvoie à un ancien commentaire de la page : celui de mensah (12 janvier 2014 • 8:31).
        Regarde la réponse donnée par Ryuujin, qui s’applique très bien ici également.

        Un mail en aol ? Non mais sérieusement, va falloir commencer à réfléchir un peu avant de valider les commentaires…

      • OK Lolo, t’as raison… Je suis allé voir, c’est un centre de radiothérapie et de chimio, et aol est sensé ne plus exister…
        Que tu t’énerves doit être un compliment caché, du genre « un bon site comme celui-là doit être parfait », ou quelque chose comme ça; en général ces commentaires type spam sont virés, cette fois il est passé au travers parce que le thème ressemblait au contenu de l’article. Et c’est la même chose pour « Mensah », le 12/01 à 8:31… Le plus souvent ces spams proposent des sapes pas cher, ou des médocs. Je ferai plus attention la prochaine fois.
        C’étaient des erreurs et tu as bien fait de nous les souligner, merci Lolo 😉

      • Pourtant c’était une belle preuve de la féerique puissance du jus hallucinogène !!

  8. Voilà pour le bluff : http://fr.calameo.com/read/0000259962d411ef974ec
    Ryuujin, vous pouvez maintenant vous ouvrir l’esprit.
    Une idée de plus ? voilà : http://www.gernez.asso.fr/#/etudes/4428580
    Et sa biblio complète : http://www.gernez.asso.fr/#/bibliographie/3939704
    Dommage que les pdf soient un peu longs à charger.

  9. Pourquoi aucun des pro-chimio ne commentent les propos de Jacques Lacaze concernant les travaux du Dr André Gernez et sur la volonté des autorités de cacher ses découvertes ?

    • Parce qu’il défend simplement son pote. Mal en plus : Gernez n’a jamais essayé publier ses « travaux » (en supposant qu’ils existent). Si quelqu’un cache quelque chose, c’est lui.

      Les mecs qui affirment qu’ils ont fait une découverte énorme, et qui se contentent de dire que les autorités la cachent, ça commence à bien faire : faut pas trop prendre les gens pour des c.ns non plus.

      Il y a des centaines de journaux scientifiques spécialisés dans les « découvertes révolutionnaires » qui ne tiennent pas un mois avant de tomber en pièces. Quand quelqu’un affirme avoir trouvé un truc mais ne pas pouvoir le publier, il bluffe.

      • Ryuujin franchement, avant de laisser un commentaire, renseigne-toi un peu sur la question.
        T’es complètement à côté de la plaque.

        Regarde d’abord la vidéo de 4h intitulée « Cander : le scandale du siècle » et reviens me parler après.

        Merci.

      • Ryuujin,

        Comme je suis pas du genre à lâcher l’affaire facilement, as-tu pu regarder la vidéo « Cancer : le scandale du siècle ».
        J’aimerais avoir une discussion poussée entre gens non crédule et savoir concrètement ce que tu en penses.

      • Vous polémiquez sur des traitements dont nous voyons les effets assez désastreux, guérison ou pas. Pas, le plus souvent.
        Mais est-ce que la bonne question à discuter ne serait-pas : comment éliminer les cellules dysplasiques au tout début de leur apparition si l’organisme échoue à les détruire ?
        C’est peut-être la réponse de André GERNEZ qui soulève tant d’opposition.
        Mais enfin, être lauréat d’un prix aussi prestigieux que celui de Hans Adalbert Schweigart, est une référence de sérieux.
        Cet homme a réalisé une synthèse des connaissances dans ce domaine que personne n’avait réalisée avant lui. Et il a vu ce que personne n’avait remarqué jusque là.
        La science officielle bien ancrée dans ses certitudes et ses postures subit depuis toujours des démentis et des corrections que l’histoire nous rappelle.

  10. Merci de ton témoignage, car les autres sont tellement ancrée dans leur système corrompu jusqu’à la moelle du tout chimique qu’ils essayent systématiquement de nous faire passer pour des débiles.

    a chacun ses propres croyances, Messieurs, il faut les respecter et accompagner ses proches dans la maladie, sans les juger sur leur choix d’un parcourt thérapeutique quel-qu’il soit, même si ce n’est pas le votre.

    • C’est pas possible d’être crédule à ce point.
      Vous êtes tellement ancrés dans votre trip que vous n’êtes même pas capables de reconnaitre un spam.

      « londoncancercentre@GMAIL.COM » ?!? Tu en connais beaucoup, des centre de soin qui utilisent gmail ?
      La vraie adresse mail du London Cancer Centre, c’est ça : info@cancercentrelondon.co.uk
      Et il n’y a pas de « Dr Barry » au London Cancer Centre.
      Il suffit de copier-coller l’adresse mail bidon du post dans google pour tomber sur des centaines de messages similaires à la virgule près.

      Il faut que je te fasse un dessin ? C’est une arnaque. L’auteur du post usurpe le nom du London Cancer Centre pour plumer les naïfs.

      Bravo les « journalistes alternatifs ». Prêts à gober n’importe quoi.

    • Et comme j’imagine que vous n’aurez même pas l’énergie nécessaire pour vérifier l’info, je vous aide :
      http://www.cancercentrelondon.co.uk/consultants-a-z/#B
      http://bit.ly/1daZ8fa

      Respecter et accompagner ses proches, ça comprends le fait de les jeter aux mains de charlatans qui exploitent la crédulité de gens comme vous ?

  11. Je pense que propager de telles idées et en plus « faire plier le système » n’est pas raisonnable, je pousserais peut-être le terme criminel… à réfléchir.

      • Merci de propager de telles idées sans prendre de recul… mon beau père endoctriné par son homéopathe refuse la chimiothérapie pour soigner son cancer du poumon et des os parce qu’ill’a convaincu de se soigner avec des huiles essentielles…
        Je suis sidérée par ces prises de position catégoriques au sein desquelles des personnes fragilisées par leur diagnostique cèdent sans réel libre arbitre ou conscience.
        Cessez de véhiculer ces inepties fondées sur des sources plus que discutables. L’accumulation de sources ne rend pas légitime une hypothèse.
        Laissez les homeopathes prevenir des rhumes… les cancerologues traiter les cancers.

      • et laisser les psychiatre creer les nouvelle maladie pour pouvoir nous vendre des anxiolitique anti depresseur etc. meme si cela ne resout pas nos problème au contraire, et 30% dela population en sera vicitime au cour de sa vie. Traiter les symptome ne soigne pas la maladie, il faut traiter les cause de la maladie , et non les symptome…

        rechercher google « equipe du Dr Manuel Guzman, THC soigne le gilome humain in vitro et in vivo sur des rat (cancer du cerveau tres agressif)… son equipe a fait le premier essaie clinique de THC pour soigner ce cancer du cerveaux sur l’etre humain, malheureseuement les patient autoriser a participer au test etait des patient qui allai mourir dans moins de 3mois et qui avai deja subi toute sorte de chimio, l’equipe de manuel Guzman demande de nouveau essaie clinique sur des patient moin mourant que pour la premiere etude, a quand cette autorisation d’essaie clinique ? ( les essaie clinique sont consultable sur internet)

        sinon faite des recherche sur le CDB et le gène ID-1 (taper sur google: Canabidiol wikipedia) : vous apprendrez ceci :
        Recherches sur le cancer
        En novembre 2007, des chercheurs du California Pacific Medical Center ont constaté des résultats prometteurs contre les cancers du sein métastasé. Des recherches in-vitro ont permis de démontrer la désactivation du gène ID1, responsable de la propagation des cellules cancéreuses (du sein et autres types de cancer). La molécule agit en détruisant les cellules cancéreuses en laissant intact les cellules saines par apoptose. Pour le traitement du cancer, une association avec le Δ9-THC est parfois nécessaire.

        j’avais aussi du mal a y croire mais les preuve sont la ….
        les loby pharmaceutique qui on fait interdire la medication a base d’huile de chanvre indica, la remplaca par la chimio pour les cancer , les phsycotrope (anxiolitique antidepresseur,
        pour ceux qui on du mal a croire que les labo ne veule pas nous soigner mais nous rendre malade (ou fou) je vous invite a regarder un reportage très interessant :
        « Le Marketing De la Folie » visionable sur youtube et daylimotion.
        quand on cherche et qu’on a les preuve devant les yeux on ne peu nier la vérité

  12. Je pense que Ryuujin devrait au moins se renseigner sur Pierre Rabhi qui a été vice président de l’association un temps, afin de cerner un peu mieux la véritable philosophie de l’assocation et non entretenir cette pensée belliciste véhiculée par le système qui haît ces modes de fonctionnement qui ne sont pas exclusivement voués à sa cause.
    L’argument de la main d’oeuvre est bidon, l’association a un réseau de producteurs professionnels produisant des semences pour elle, ces producteurs ne sont peut être pas énormément payés mais c’est la régle dans le monde agricole au cas où vous ne le sauriez pas et pour les bénévoles eh bien ma foi c’est une association donc on peut y proposer ses services comme dans toute association..
    Ce Monsieur est visiblement persuadé que notre monde ne fonctionne qu’avec l’argent, mais ca c’est pour les bourgeois d’en haut qui veulent entretenir ce système à tout prix, pas pour les petites gens 🙂

    • Et vous êtes pour le fait de sous-payer des gens pour faire exactement la même chose que les entreprises tout en refusant de se plier à une règlementation dont le but est de protéger les clients ?

      Moi pas.

  13. Impossible de comparer des semences Kokopelli et Vilmorin comme tu le fais, c’est insensé. Kokopelli produit ses semences selon des méthodes complètement différentes des semenciers classiques et tant mieux, par exemple elles ne sont pas traitées aux fongicides. Visiblement tu n’envisages même pas qu’on puisse faire le choix d’acheter des semences non traitées pour son potager, c’est grave l’ami ton état d’asservissement au système…
    Vous êtes complètement perdu mon pauvre, englué dans les idées pourries du système, vous n’avez bien sûr pas parlé des dizaines de milliers de paquets de semences que l’association envoie GRATUITEMENT aux pays du tiers monde dans un but de totale indépendance agricole, eh oui parce que vu tes idées tu dois soutenir Monsanto par exemple et toutes ces firmes qui vendent de l’OGM, du Stérile aux populations dans le but de les rendre dépendantes, Kokopelli cherche tout le contraire. Eh oui moi j’aime la liberté, pas l’esclavage idéologique et physique du système que tu adules.
    Je vais arrêter là parce que tu n’as même jamais du lire un seul bouquin de Pierre Rabhi qui a géré l’assosciation, sa philosophie ne doit rien te dire, ben non bien sûr ce n’est pas une grande Huile intellectuelle de ton monde de paraître…
    Bref, tu peux continuer à défendre ton systéme que tu aimes, d’ultra consommation, dans la toute puissance (eh oui les plus faibles d’esprit se rangent toujours derrière la toute puissance du moment), u peux continuer à défendre tes firmes au passé plus que douteux, Monsanto et l’agent orange, Bayer, BASF, etc, moi j’ai cherché depuis longtemps, je ne suis pas un légume du système.

    Mais heureusement qu’il y a des gens comme eux et tout ce qui est alternatif pour contrecarrer ce système.

    Au fait, comme tu hais tant l’alternatif, qu’est ce tu fous sur ce site au fait à part nous faire chier ???

    • Rhooo, ça vous dérange, hein, qu’n compare Kokopelli à d’autres semenciers.
      Ouais, ça vous dérange parce que la comparaison est totalement pertinente.
      Kokopelli produit des semences, les vends, et paie des salaires et compagnies avec les bénéfices réalisés. Tout comme les semenciers.

      Le plus drôle, c’est que vous ne trouvez rien de mieux pour la rejeter qu’un énorme mensonge : la plupart des semenciers classiques vendent également des semences bio qui ne sont pas traitées à l’aide de fongicides de synthèse, tout comme celles de Kokopelli.

      Je ne suis pas contre « l’information alternative ». Je suis contre le mensonge et la foutaise vendue sous couvert « d’alternative ». L’alternatif, ok, mais pas quand c’est une alternative à l’INFORMATION, à savoir de la désinformation.

      • Donner son avis n’est pas forcément mentir, Ryuujin; en revanche, manipuler les paroles et les arguments des gens appartient à ce domaine.
        Kokopelli est une association à but non-lucratif cherchant à préserver les semences traditionnelles anciennes; Vilmorin est une entreprise privée dont le but est de survivre sur les marchés.
        Si les semences issues de leurs pépinières peuvent se ressembler (bien que Kokopelli dispose peut-être d’une gamme plus variée et/ou ancienne) en ce qu’elles ont été obtenues sans pesticides ou engrais, la comparaison s’arrête là. Pour ma part, en tant que consommateur, je préfère donner de mon argent à une association se dévouant à la préservation de pratiques et de réels produits traditionnels que de le mettre dans les mains d’entreprises à la merci des marchés et de leurs errances…

      • Et bla, bla, bla… voilà qu’on nous sert sans une once de recul ni d’esprit critique les plaquettes de pub de Kokopelli. Ah, bah elle est belle cette « information alternative » qui se cantonne à recracher des éléments de com’.

        Admettons : Kokopelli est une association géniale dont le seul but est de préserver des variétés en voie de disparition.
        Mais dans ce cas, comment vous expliquez le fait que Kokopelli :
        – VEND tout simplement ces semences au lieu de les échanger contre service comme toutes les autres banques de semences à but de conservation.
        – vend en outre des variétés homologuées et commercialisées par des semenciers, qui non seulement n’ont rien de variétés en voie de disparition, mais qui en plus du coups prennent la place dans des potagers de gens bien intentionnés de variétés qui ELLES sont réellement menacés.

        Ça la fout mal quand même pour une association dont le seul but est sensé être la conservation de variétés en voie de disparition.
        Ou alors, tout bêtement, Kokopelli doit, comme tous les semenciers, payer ses salaires à la fin du mois et a besoin pour ça de vendre aussi des variétés demandées, même si elles ne sont pas en danger.

        « Pour ma part, en tant que consommateur, je préfère donner de mon argent à une association se dévouant à la préservation de pratiques et de réels produits traditionnels que de le mettre dans les mains d’entreprises à la merci des marchés et de leurs errances… »

        Parce que vous vous imaginez que Kokopelli est à l’abri du marché ? Bah voyons !
        A partir du moment ou Kokopelli vit de ses ventes de semences, elle n’est pas plus à l’abri du marché que n’importe quel semencier non côté en bourse.
        Comme par exemple « graines Baumaux », qui est une SAS, non seulement non cotée en bourse, mais qui plus est impossible à introduire en bourse par status.

        Le seul avantage que Kokopelli a sur les petits semenciers comme Baumaux, c’est le fait d’avoir accès à de la main d’œuvre instable et sous-payée voire gratuite via son status d’association. Si c’est un avantage certain en terme de sécurité financière et cie ça n’est pas vraiment, de mon point de vue, un avantage en terme d’éthique.

      • Ah, et tant qu’on y est, j’ai oublié le plus gros : comment vous expliquez que plus de la moitié des variétés soit disant traditionnelles, menacées etc…etc… vendues par Kokopelli sont en fait des variétés américaines communes simplement non-homologuées en France ?

  14. Au fait, qu’est ce que de « gens comme nous » ??? Là je me suis dit, celà sent les sous entendus élitistes/eugénistes fumeux, je me trompe ???
    Mais bon, celà me conforte de ne pas être une « personne comme vous » dans le sens où mon humilité ne me pousse pas à me suffire intellectuellement comme vous visiblement.
    Mais parlez des « gens comme nous » je vous en prie, ne soyez pas tant hypocrite, c’est toujours interessant à lire 🙂

    Sinon, au sujet de Kokopelli, vous pensez vraiment que leurs semences sont disponibles chez d’autres semenciers ?? Des centaines de variétés de tomates qui n’interessent personne comme des anciennes varietés Amishs par exemple ?? Mais c’est une blague Mr le Chercheur tu es trés trés mal renseigné sur l’association ….Des banques de semences Ok mais qui a accés après..ah la bonne blague, les semenciers à profit peut être ?? Et puis le but ce n’est pas de les stocker mais de les cultiver, tu aimes mieux une bonne varieté dégueulasse espagnole standard qu’une grégory altai ou une Altajsky toi ????

    Mais tu es trés trés mal renseigné Mr le Chercheur, si ce n’était qu’une question d’argent; Kokopelli n’aurait pas autant de semences diverses, et par exemple on n’aurait pas à acheter systématiquement des semences puisque le but c’est de créer un réseau d’échange de semences gratuites ou alors ils ne proposeraient pas des méthodes de déshybridation de semences standard….(On voit que tu n’as jamais rien acheté chez eux, les paquets de semences sont moins chers que dans le commerce, tu compareras le prix d’un paquet standard avec un des leurs et un paquet standard c’est tant de graines à la trieuse, Kokopelli il t’indique 30 graines et tu en as souvent le double, ah c’est financier Kokopelli ?? lol….).
    Les procès qu’ils subissent, c’est justement ce qui t’échappe complètement, celà n’a rien à voir avec le fait qu’ils soient fautifs de quoique ce soit mais au fait qu’on veuille se débarasser d’eux.

    • D’où sortez-vous ce genre d’idée ?
      Les gens comme vous, ce sont les gens plus prompts à se faire un avis qu’à se renseigner.

      « Mais bon, celà me conforte de ne pas être une « personne comme vous » dans le sens où mon humilité ne me pousse pas à me suffire intellectuellement comme vous visiblement. »

      Le pire, c’est que vous n’en êtes pas conscient. Vous n’avez pas une once d’humilité : vous vous faites un avis à l’arrache, et vous êtes totalement incapable de faire l’effort de vous renseigner ou d’admettre une seule seconde que vous pouvez vous trompez et que d’autres peuvent être mieux au courant que vous.

      Concernant Kokopelli, avez-vous seulement pris 30 secondes pour faire une petite recherche avant de vous faire un avis ? Non ? Et bah ça ne m’étonne pas.
      vous trouverez les variétés amish chez pas mal de pépinières, et chez d’autres associations. Je vous conseille tout particulièrement celle-ci : http://www.jardinsdetomates.fr/ qui fait un excellent travail au lieu de faire de la com.
      Et je vous invite à creuser un peu : vous trouverez dans le catalogue de Kokopelli une flopée de variétés de Vilmorin, de Baumaux et compagnie, avec parfois des nouveaux noms, et parfois carrément la même dénomination. C’est sur ces variétés que Kokopelli fait le plus de chiffre.

       » et par exemple on n’aurait pas à acheter systématiquement des semences puisque le but c’est de créer un réseau d’échange de semences gratuites »

      Ouais, c’est ça ; c’est le « but » de Kokopelli depuis des années. En attendant, il y a des centaines de réseaux d’échange et de banques de semences en France, et Kokopelli existe toujours principalement via la VENTE de semences. Vous êtes bien naïf.

      « ou alors ils ne proposeraient pas des méthodes de déshybridation de semences standard »

      Des « méthodes de déshybridation » ? Ouahh, ça en jette !
      Vous voulez dire, récolter et sélectionner les graines sur 2 générations ? Ah, bah ouais : c’est pas plus compliqué que ça. N’importe qui peut le faire sans avoir besoin de la moindre méthode : ça se fait tout seul, naturellement. En fait, vous êtes surtout très naïf ; on peut vous vendre n’importe quoi en rajoutant quelques mots sois-disant techniques.
      C’est le lot de ceux qui se fichent de comprendre, et qui veulent juste briller en société en ayant un avis tranché et un petit baratin tout prêt.
      J’ai peur rien qu’à imaginer tous les trucs que vous avez pu gober concernant le cancer…

      « On voit que tu n’as jamais rien acheté chez eux, les paquets de semences sont moins chers que dans le commerce, tu compareras le prix d’un paquet standard avec un des leurs et un paquet standard c’est tant de graines à la trieuse, Kokopelli il t’indique 30 graines et tu en as souvent le double, ah c’est financier Kokopelli ?? lol….). »

      J’ai jamais payé pour des graines. Encore moins pour des graines de variétés anciennes non-homologuées, qui n’ont pas vocation à être VENDUES. C’est marrant quand même comme les gens sont capable de détourner n’importe quoi pour en faire une activité commerciale classique.
      La conservation de variétés anciennes, ça se fait en échangeant les semences, ou en rendant service ; on reçoit une variété, et en échange on la multiplie et on aide à la distribuer.
      Si tu préfères être tout content d’acheter tes semences pas cher, de les semer, manger tes tomates et c’est tout, ça n’a RIEN à voir avec de la conservation. C’est un modèle d’entreprise, pas plus.
      Hé ouais : Kokopelli est tombé dans un modèle d’entreprise. Ils vendent des trucs, paient leurs salaries et mettent l’accent sur les variétés qui se vendent le mieux (même lorsqu’elles sont déjà commercialisées par des semenciers et n’ont absolument pas besoin de Kokopelli) pour pouvoir étendre leur activité.

      « Les procès qu’ils subissent, c’est justement ce qui t’échappe complètement, celà n’a rien à voir avec le fait qu’ils soient fautifs de quoique ce soit mais au fait qu’on veuille se débarasser d’eux. »

      Les procès qu’ils subissent, ils les ont cherchés. Ils ont choisi de vendre des semences commerciales et d’entrer en concurrence directe avec des semenciers.
      Tu peux m’expliquer en quoi c’était nécessaire que Kokopelli vende des semences que des semenciers vendent déjà et qui marchent bien ? Si le but de Kokopelli c’est de conserver des semences anciennes menacées de disparition et pas de faire du fric, pourquoi ils ont décidé de vendre des variétés déjà disponibles partout ?

      Ce qu’a fait Kokopelli est clairement nuisible aux semenciers concernés ; c’est de la concurrence déloyale. Kokopelli a accès à une main d’œuvre moins chère, a des coûts de production inférieurs, n’est soumise à aucune contrainte concernant la qualité des produits, et ne paye pas l’inscription au catalogue officiel. Elle peut donc vendre les variétés beaucoup moins cher que les semenciers qui ont eux payé pour avoir le droit de les vendre. C’est assez normal que ça se soit retourné contre eux, et c’est un différent entre Kokopelli et Baumaux et cie qui personnellement m’indiffère.

      Par contre, chose plus grave : en faisant ça, Kokopelli nuit également à la conservation des variétés menacées. Ces variétés commerciales banales que Kokopelli a vendu ont pris la place de variétés menacées. En outre, Kokopelli en s’éloignant de plus en plus du modèle associatif pour ressembler de plus en plus à une sorte de semencier au dessus des lois remplis de moins en moins sont rôle, tout en pompant la majorité du pognon et des efforts qui devraient aller à la conservation.

      Mais bon, bien entendu, vous, vous n’y avez jamais vraiment réfléchis : vous préférez avoir une bonne vieille vision manichéenne qui vous permet d’avoir un avis tranché et de briller en société en défendant les gentils !

  15. Mon commentaire d’hier censuré? wow…..si on est critique des pseudo science on ne passe pas….

  16. Ryuujin, je souffre avec vous….

    @ tout ceux qui défendent les médecines alternatives, homéopathie etc…. accepteriez vous qu’une compagnie pharmaceutique utilise la méthodologie suivante:  »bon ça a marché une fois sur Mr Untel on dirait, on approuve donc le médicament » ?

    c’est exactement ce que vous endossez quand vous dites  »la cure Gerson a sauvé Dr Kelly etc…. »

  17. le fait est que a chacun sa logique ,ses croyances et ses gouts .
    je partagerais donc juste mon experience .il y a 7 ans mon pere s est fait diagnostiquer un cancer des poumons ,et conseiller un traitement chimio rayons ,auquel j etais tout a fait contre .suite a de longues discussions rien n a pu faire changer d avis mon pere tres cartesien ,pensant que les medecins detenaient la connaissance .apres sa premiere longue serie de traitements il revenus deux mois a la maison ou au debut tt semblait aller bien .un jour en remplissant un cheque il s apercu avoir de grosses difficultes a ecrire .en faitle cancer qui s etait develloppe depuis pret de 10 ans selon messieurs les specialistes ,s etait tt a coups eparpiloe ds tt l organisme ,cerveau ,foie ,os ……mon pere deceda tt juste deux ans apres sa prise en charge par nos specialistes .
    cette annee c est ma mere qui faute d y avoir vu clair au traversde cette experience ,apres etre atteinte d une leucemie depuis plus de douze ans decide d aller en france se faire suivre ds le meme hopital que mon pere St Louis a Paris .apres sa premier serie de traitements une tumeur tres maligne fait aparition pret de son abdomen ,les medecins lui conseillent un nouveau traitementmiraculeux ,l autogreffe …..apres essayer de faire changer d avis ,ma mere decida de tenter le coups ,malgres mes efforts pour len dissuader .je l accompagnais debut mars ,en pleine forme ,sa tumeur ayant pratiquement disparue suite a une serie de chimio .quinze jours apres son entree et un deroulement aux limites de la fiction ,elle perdit la vie suite a de multiples infections .
    j ai d autre histoires du meme type ,concernant des amis proches et des personnes que j ai rencontrees ds les hopitaux ……pour moi il est clair qu on mourrait moins vite des causes du cancer que de ces traitements .
    a bon entendeur ….

    • Qu’est-ce que vous voulez qu’on vous dise ? Vos parents n’ont pas eu de chance.

      Le cancer du poumon se soigne très très mal, et c’est un des plus mortels. En outre, l’apparition des métastases, c’est toujours brutal. Elles apparaissent quand des cellules cancéreuses mutent et deviennent capables de circuler dans le corps et de s’installer pour générer des tumeurs ailleurs. Ça peut arriver tout comme ça peut ne pas arriver, et il n’y a aucun moyen de savoir à l’avance.
      Et une fois que ça commence, ça va généralement très vite.

      Concernant votre mère, les leucémies se soignent actuellement très bien. 90% des patients atteints de leucémies guérissent suite à la chimio et radiothérapie. D’après ce que vous dites, le cancer de votre mère a effectivement été soigné, et elle est décédée ensuite à cause d’infections. C’est pas de bol ; elle fait partie des 10%.

  18. Non mais ils ignore ou occulte stratégiquement des tas de choses, en homéopathie il ne s’agit pas de « trouver un truc » au hasard provoquant les mêmes symptomes pour s’occuper ensuite de la maladie, il y a tout le travail de pathogénésie derrière depuis des decennies ainsi que de l’histoire de la Botanique en quelque sorte,c’est pour celà que les principes de base sont restés les mêmes et non l’évolution de l’homéopathie puisqu’au 18 eme siecle pas mal de poisons et venins n’avaient pas été explorés par exemple, donc il est logique de dire que rien que sur cette base là elle peut progresser.
    De toute manière l’homéopathie n’est pas une erreur de raisonnement puisque Jenner avec la Variole par exemple s’est basé sur un principe homéopathique en quelque sorte…

    Après, je pouvais être à peu près sûr que vous nous sortiriez le coup des 30 CH en homéopathie, le coup classique des détracteurs pour casser l’homéopathie; les hautes et trés hautes dilutions, mais pas de bol on peut être adepte de l’homéopathie et opter pour des teintures mères… Les sels de Schussler qui sont dilués en décimales…et d’autres choses.
    Pour le coup on nous reproche une malhonneteté au sujet de la chimio, mais je constate que c’est peu fourni en arguments au sujet de l’homéopathie.
    Mais bon,après je pense que le principal c’est que des tas de gens s’en sortent grâce aux thérapies alternatives, l’avis des instances officielles éternellement à la solde du système on s’en passe, c’est juste le jour où il y aura sûrement des persecutions envers ces medecines que celà va devenir embêtant.
    Mais bon, on peut être chercheur et vendu au système, sans rien connaître de ce qui se trame dans son dos, la destruction des semences anciennes dans le cas Kokopelli, des tas de nouvelles réglementations pour restreindre toujours plus l’alternatif, bref un ensemble de standardisation à des fins financières, en fait un ordre nouveau visant à tout standardiser.
    Je suis désolé, nous ne sommes pas obligés d’adhérer aux merdes de vaccins, de médicaments, de traitements qu’on nous propose.
    Seulement c’est sûr, on va être dans un monde où il y aura les vendus au sytème et les résistants, c’est comme dans toute guerre, les collabos et les autres, moi je suis carrément né résistant…

    • « Non mais ils ignore ou occulte stratégiquement des tas de choses, en homéopathie il ne s’agit pas de « trouver un truc » au hasard provoquant les mêmes symptomes pour s’occuper ensuite de la maladie, il y a tout le travail de pathogénésie derrière depuis des decennies »

      Vous êtes un marrant, vous. Ce que les homéopathes appellent « pathogénésie », c’est la recherche des symptômes provoqués par une substance à haute dose. Ce n’est qu’un mot savant pour dire exactement ce que j’ai dit, à savoir qu’on cherche une substance, n’importe laquelle, qui provoque les mêmes symptômes qu’une maladie.
      Quant à la botanique, elle a à peu près autant de rapport avec l’homéopathie qu’avec la physique nucléaire. Son seul apport à l’homéopathie, c’est les noms latins affichés sur les étiquettes, dont personne ne pourra d’ailleurs vérifier qu’ils correspondent effectivement au contenu.

      « les principes de base sont restés les mêmes et non l’évolution de l’homéopathie puisqu’au 18 eme siecle pas mal de poisons et venins n’avaient pas été explorés par exemple »

      C’est bien le problème. C’est comme si la médecine se contentait de faire des saignées, en utilisant simplement des types de pompes de plus en plus diverses.
      Pour info, ce n’est pas le cas ; la médecine est en permanence révolutionnée par les nouvelles connaissances que nous apporte la recherche en biologie. C’est d’ailleurs ce qui fait qu’elle marche.

      « De toute manière l’homéopathie n’est pas une erreur de raisonnement puisque Jenner avec la Variole par exemple s’est basé sur un principe homéopathique en quelque sorte… »

      Dites, vous pourriez me dire sur quel principe homéopathique Jenner se serait basé ? Il a constaté que les trayeuses ayant contracté la vaccine étaient protégées contre la variole, et a testé l’effet de l’inoculation de la vaccine. Vous voyez où un principe homéopathique là dedans ?
      Pour info, non seulement les vaccins n’ont rien à voir avec de l’homéopathie (la souche de virus n’est pas diluée à l’infini, mais affaiblie), mais quand bien même cela serait le cas, ça ne justifierai en rien une généralisation à l’ensemble des maladies.
      C’est justement une erreur de raisonnement que de croire que parce qu’un truc marche dans un cas particulier, il doit marcher dans tous les cas.

      « Après, je pouvais être à peu près sûr que vous nous sortiriez le coup des 30 CH en homéopathie, le coup classique des détracteurs pour casser l’homéopathie; les hautes et trés hautes dilutions, mais pas de bol on peut être adepte de l’homéopathie et opter pour des teintures mères… Les sels de Schussler qui sont dilués en décimales…et d’autres choses. »

      Vous pouvez toujours, oui, mais si le principe de base était valide, il devrait l’être également à 30 CH.

      « Pour le coup on nous reproche une malhonneteté au sujet de la chimio, mais je constate que c’est peu fourni en arguments au sujet de l’homéopathie. »

      Il y a quand même une grosse différence entre attaquer les bases d’une théorie qui n’a pas évolué depuis plus de 200 ans, et aller à la pêche à la publication scientifique détournée. Faut dire que contrairement à l’homéopathie, la chimiothérapie est basé sur un raisonnement logique. C’est plus difficile à attaquer.

      « Mais bon,après je pense que le principal c’est que des tas de gens s’en sortent grâce aux thérapies alternatives, l’avis des instances officielles éternellement à la solde du système on s’en passe, c’est juste le jour où il y aura sûrement des persecutions envers ces medecines que celà va devenir embêtant. »

      Si c’était vrai, il n’y aurait pas de problème. Le problème, c’est justement que les gens ne s’en sortent pas grâce aux « thérapies alternatives ». Ils se font arnaquer par des charlatans, et dans la grande majorité des cas graves, en meurent sans faire de bruit.
      C’est d’ailleurs amusant de vous voir pester contre l’industrie pharmaceutique qui ne cherche qu’à faire du fric etc…etc…
      L’industrie pharmaceutique, elle, fait de la recherche, et fait homologuer ses traitements. Ça coute cher. Très cher. Ensuite, ils les vendent et se font du fric.
      Les charlatans ne font pas de recherche, et ne font rien homologuer. Ça ne coute rien, et ils se font du fric directement. Tout en crachant sur l’industrie pharmaceutique parce qu’elle se fait du fric, bien entendu.
      La paille et la poutre…

      « Mais bon, on peut être chercheur et vendu au système, sans rien connaître de ce qui se trame dans son dos »

      En effet : on est tellement des billes, nous les chercheurs, que c’est beaucoup plus facile de nous faire gober n’importe quoi qu’à vous, qui savez déjà tout.
      Mais c’est bizarre quand même : c’est toujours des chercheurs qui trouvent des nouveaux traitements efficaces, ou qui trouvent que des traitements actuellement sur le marchés sont inefficaces voire nocifs. Jamais des gens comme vous.

      « la destruction des semences anciennes dans le cas Kokopelli »

      Rhoo, oui, heureusement qu’il y a Kokopelli pour vendre des semences dont la plupart sont déjà disponibles chez des semenciers.
      Au cas où vous ne le sauriez pas, pour conserver des semences anciennes, on a des trucs qui s’appellent « banques de semences ». Ça marche beaucoup mieux que Kokopelli qui ne préserve finalement que les semences qu’il arrive à vendre, mais ça ne fait malheureusement pas les une des journaux en se prenant un procès régulièrement.

      « des tas de nouvelles réglementations pour restreindre toujours plus l’alternatif, bref un ensemble de standardisation à des fins financières, en fait un ordre nouveau visant à tout standardiser. »

      Les réglementations ne restreignent pas « l’alternatif », mais ce qui n’a pas pu apporter des preuves d’efficacité. Et au passage, vous seriez d’accord pour que Servier, par exemple, se mette à vendre n’importe quel truc homéopathique en affirmant que ça soigne le cancer sans être capable de le prouver ? Parce que bon, c’est ça qui se passerait s’il n’y avait pas ces affreuses règlementations…

      Là encore, vous êtes comique. Vous estimez que les preuves sont pas assez conséquentes pour la chimio alors qu’on a quand même des dizaines de milliers d’études publiées sur le sujet, et vous râlez quand on interdit une « thérapie alternative » parce qu’elle n’a pas fait ses preuves. Et là, vous êtes capable de nous citer des articles qui n’ont rien à voir avec vos théories en affirmant qu’ils sont des preuves…
      Non mais sérieusement, vous imaginez un peu ce que ça serait si ça fonctionnait comme vous le souhaitez ? Il ne vous est jamais venu à l’idée que si on autorise n’importe quel traitement alternatif sur la base d’un peu n’importe quoi, ça allait être le bordel ?

  19. Pour répondre définitivement a Ryuujin, la Science et la médecine ressemble de plus en plus en plus a une religion, avec la même intolérance aux autres méthodes dites alternatives.

    Quand on pense que ces mêmes savants, ils y a pas si longtemps (au vue de la longue histoire humaine), croyais qu’une bonne saignée soignait tout le maux, que la terre était plate, que le soleil tournait autour ….et a l’époque, comme maintenant, les hérétiques (ceux qui ne pensaient pas comme eux) étaient condamnés au buché.

    RDV dans 20 ans pour savoir qui du naturopathe ou du chimiopathe aura raison.

    Mais pour en revenir au cannabis, vue sa totale innocuité, même si cela ne marche que pour 30% des patients, cela vaudrait le cout de faire des testes a grande échelle sur un nombre important de patients, avant d’envisager des méthodes plus agressives et destructives comme la chimio ou les rayons.
    Ha mais oui, j’oubliais, cela ne rapporte pas assez, vue que c’est naturel et donc non brevetable en l’état !!

    La médecine et la science actuelle n’est plus qu’histoire de gros sous et en cela elle perd définitivement tout crédit quand elle défend son dogme, sans même tenter de comprendre les alternatives, parce que non « rentable ».
    Depuis l’histoire du professeur Seralini sur les OGM et le rejet de son étude, soit disant parce qu’il a utilisé des rats qui sont plus susceptibles d’avoir des cancers que d’autre. Ce qui est n’importe quoi, car a mon sens l’important n’est pas là, mais dans la comparaison entre les différents groupes, vue que c’est toujours le même type de rat (et au passage, les mêmes que ceux qui ont servis aux études de Monsanto en vue de l’homologation de son maïs transgénique, que même les animaux sauvages refusent de manger quand ils ont le choix, étude parfaitement validé elle.

    Bref tout cela pour dire qu’il est inutile de discuter avec vous car a chacun sa paroisse et vous serez toujours persuadé que les autres se trompe et les autres de même, pour vous.
    Les « vérités » scientifiques changes avec le temps et les époques et ne sont valables que jusqu’au moment ou un autre prouve l’exact inverse de ce qui était professé jusqu’alors… …pour quelques dollars de plus !

    • PS: dsl pour l’orthographe et la mise en forme, je n’ai pas pris le temps de me relire avant de poster (trop pressé) et c’est impossible de la corriger une fois posté 😉

    • … La vérité est bel et bien la chose la plus intangible qui soit…! ^^

      • Oooh, que non. Un cancer qui empire malgré un traitement par exemple, c’est on ne peut plus tangible. Le taux de mortalité à 5 ans suite à un traitement, c’est tangible également.

    • La différence entre la science et la religion, c’est justement cette absence de tolérance envers les croyances ; celle là même qui vous choque.
      La différence, c’est qu’en science, si on a pas une théorie logique et testable, on a rien.

      « Quand on pense que ces mêmes savants, ils y a pas si longtemps (au vue de la longue histoire humaine), croyais qu’une bonne saignée soignait tout le maux, que la terre était plate, que le soleil tournait autour ….et a l’époque, comme maintenant, les hérétiques (ceux qui ne pensaient pas comme eux) étaient condamnés au buché. »

      Ce sont les mêmes « savants » que vous défendez avec l’homéopathie. Ceux qui substituent la tradition à la science, et qui s’accrochent à des théories qui datent de 1796.

      « RDV dans 20 ans pour savoir qui du naturopathe ou du chimiopathe aura raison. »
      Pourquoi dans 20 ans ? Regardez déjà les résultats actuels.
      La chimiothérapie soigne déjà 90% des leucémies. Trouvez moi un naturopathe capable d’en « soigner » ne serait-ce que 10%, et on en reparle.
      La chimio, invention récente, ne soigne pas tous les types de cancers, mais elle en soigne très efficacement certains. Chose dont vos « alternatives » ne sont toujours pas capable alors qu’elles existent depuis des siècles.
      La médecine moderne évolue très rapidement. Qu’est-ce que vous croyez que 20 années vont changer alors que la naturopathie et compagnie remontent à l’antiquité ?

      Concernant le cannabis, il serait temps d’accepter de voir la réalité en face. C’est étudié depuis 30 ans, et des tests sont encore en cours. Résultat des courses : ça n’a pas l’efficacité que vous croyez ; ça fait au mieux un complément intéressant aux traitements classiques.
      Le plus drôle dans l’histoire, c’est que si ça avait marché, on aurait appelé ça une chimiothérapie également. Utiliser une molécule qui tue les cellules cancéreuses plus vite que les cellules saines, ça s’appelle une chimiothérapie. Et ne vous en faites pas pour les boites pharma : elles auraient quand même réussi à breveter des formulations, comme elles le font avec les molécules utilisées actuellement.

      Ensuite, vous parlez de l’étude de Seralini. Mais vous l’avez lu cette étude ? Vous avez lu les critiques des autres chercheurs ? Moi je l’ai lue, et c’est une daube.
      C’est une daube notamment parce qu’il utilise une lignée de rats spécialement conçue pour développer des cancers. Oui, ce sont les mêmes rats que ceux des tests sur 3 mois publiés par Monsanto, mais c’est précisément le problème : cette lignée de rats est adaptée à des tests courts, pas des tests longs. Surtout quand on a seulement 20 rats témoins, quand dans les études de Monsanto il y en a 160.

      Enfin bref : votre problème, c’est que vous croyez savoir sans vraiment vous renseigner.
      Vous savez que le cannabis soigne le cancer, mais vous avez pas lu une seule des études faites sur le sujet.
      Vous savez que la chimio ne marche pas, mais vous n’avez pas lu une seule étude sur les résultat de la chimio pour un cancer en particulier.
      Vous savez que l’étude de Seralini est bonne et a été rejetée pour de mauvaises raison, mais vous n’avez lu ni l’étude de Séralini, ni les critiques des autres chercheurs…
      Parlez nous donc de religion quand vous ne pouvez même pas supporter qu’on remette vos croyances en question et qu’on raisonne sur la base de preuves scientifiques.

      C’est à se demander pourquoi on fait de la recherche quand on a en France autant de gens comme vous qui savent déjà tout.

  20. Non moi je ne cherche pas à me faire « mousser » ou quoique ce soit d’autre, loin de là. Maintenant il a fallu que je parle d’homéopathie pour que celà finisse par du cassage de sucre sur le dos de cette médecine, on voit l’intolérance qui dégorge d’un peu partout sur ces sujets de médecines alternatives. Je ne comprends même pas l’amalgame stratégique qui mélange cancer et homéopathie…ll n’y a absolument aucun rapport. Au passage, l’homéopathie a largement progressé en quelques siécles, les principes de base restent les mêmes mais pour le reste il y a eu un net changement.
    Après, que tu sois chercheur aux frais du contribuable, c’est trés bien mais je ne me sens aucunement concerné je ne paye pas d’impôts par résistance pacifique au système 🙂 Personne n’a de compte à rendre selon cet argument là en tout cas.

    • Le boulot d’un chercheur, c’est d’avoir une tolérance zéro en ce qui concerne les erreurs de raisonnement. Les bases de l’homéopathie sont une erreur de raisonnement, comment voudriez-vous que je sois tolérant ?
      Comment voudriez-vous que je dise amen sans brancher à un truc aussi illogique que « un produit qui provoque à haute dose les mêmes symptômes qu’une maladie peut soigner cette même maladie à dose faible » ? Et non, ce n’est pas une médecine. Si c’était réellement si simple, on aurait plus besoin de médecine ; on se contenterait de faire de la cuisine.
      Vous dites que l’homéopathie a vachement progressé, tout en disant que les principes de bases sont restés les mêmes depuis 1796. Ya comme un problème là. Entre 1796 et aujourd’hui, on a quasiment inventé un truc qui s’appelle la « science », et qui nous a appris énormément de choses. Par exemple, on a appris l’existence des molécules, chose que l’inventeur de l’homéopathie ne connaissait pas, ce qui explique pourquoi il croyait qu’on peut diluer un produit à 30 CH. Alors qu’en fait, non.
      Entre temps, on a découvert les bactéries pathogènes, les virus, les maladies génétiques…en fait, on a commencé à comprendre les maladies.
      Et on s’est rendu compte par la même occasion qu’un symptôme donné peut être causé par des centaines de choses différentes. On a inventé le diagnostic médical, le truc qui fait qu’on commence à soigner des maladies, pas seulement des symptômes.
      Mais bon, peu importe la cause réelle de la maladie ; suffit de trouver un truc qui provoque les mêmes symptômes à haute dose, et de la diluer : c’est logique !

      C’est quand même marrant de vous voir cracher sur la chimiothérapie, un truc logique qui soigne pourtant très bien certains types de cancers, et réclamer dans la foulée qu’on soit tolérant avec l’homéopathie et compagnie.

      • l’homéopathie est aussi valable que la chimio, en termes de statistiques, non?

      • Non, absolument pas.
        La chimio soigne effectivement des cancers mortels, comme la leucémie.
        L’homéopathie ne soigne aucune maladie grave ; elle n’est utilisée finalement que comme placebo, et il n’y a aucune preuve qu’elle a un autre effet que placebo.
        Pour rappel, l’homéopathie, c’est de l’eau ou du sucre, pas plus.

      • La « science » ne s’est pas inventée entre 1796 et aujourd’hui !! La science est un discours, cartesien, donc un mode de pensée…occidental…donc une construction…il n’y a pas de vérité autre que celle que vous vouz construisez dans votre tête monsieur le médecin qui a tout lu et qui ne croit en rien. Et bien allez y au casse pipes!! allez y, j esperes qu’un jour vous souffrirez inutilement sous votre sacro-sainte-chimio…qui apparement fait un « malheur » en Europe!!

  21. Non, ils ne cherchent pas parce qu’ils répétent inlassablement les mêmes arguments, au passage c’est les mêmes que pour l’homéopathie et bien d’autres médecines douces. On retrouve trait pour trait l’attaque courante envers les médecines alternatives.
    De toute manière, tu ne pourras rien faire, même devant certaines évidences ils nieront quand même jusqu’au bout, tu ne sera confronté qu’à l’ironie, au mépris, au rejet, bref le cortège de l’égo qui ne se contrôle pas. Ces gens là ne sont pas des éveillés mon ami, pas prêts pour le monde d’après, trop charnels, toujours trop sûrs d’eux, pas spirituels, totalement inutile de polémiquer à n’en plus finir, bref tu vas perdre ton temps et te ruiner l’esprit pour rien.

    • Il y a les gens qui cherchent des traitements. C’est un travail ; c’est long, difficile, peu gratifiant, et souvent décevant.
      Et il y a les gens qui se font mousser sur internet en parlant de spiritualité et en ressassant des théories d’un autre âge. Comme l’homéopathie, un truc inventé en 1796 qui n’a pas changé d’un poil depuis, et qui est entièrement basé sur une hypothèses : un produit qui provoque à haute dose les mêmes symptômes qu’une maladie peut soigner cette même maladie à dose faible.

      Allez, franchement, vous voulez qu’on fasse quoi avec ce genre d’hypothèse ? Qu’on dise « amen » et qu’on arrête de réfléchir ? Évidemment que c’est ridicule ; on pouvait peut-être faire l’erreur en 1796, mais on est en 2013 là : on est sensé savoir qu’il ne suffit pas qu’un truc provoque les mêmes symptômes qu’une maladie à haute dose pour qu’il la soigne à faible dose. On va pas donner des dilutions de cancérigènes puissants pour soigner le cancer.

      • Et puis prouver qu il n y a pas de complot, c est un peu comme demander a un innocent de le demontrer..
        Comment va il faire puisqu il n’y a rien..?
        Demander une telle chose nous ramène a l obscurantisme moyenâgeux, lorsqu on brûlait les sorcières ..

      • puisque lors d’un procès, l’accusé(e) est innocent(e) jusqu’à ce qu’il/elle soit prouvé(e) coupable ou innocenté(e), il n’y a là aucun problème de procédure…
        Prendre les informations issues de groupes d’intérêts pour argent comptant, voilà qui relève de l’obscurantisme, c’est comme choisir de porter des oeillères…

      • Mais non, au tribunal, on ne vous demande pas de prouver que vous êtes innocent!!
        C est au procureur de prouver que vous êtes coupable..
        Vous avez des problèmes de raisonnement willsummer..
        Avec vos théories, on pourrait affirmer les choses les plus grotesques, et ce serait vrai Jusqu a ce que les gens concernés puissent s en dépatouiller..
        Si il y a un complot, ce que vous dénoncez, prouvez le!
        Par ailleurs , il y a bien des pays qui résistent a l occident, Amérique latine, Russie, Cuba , donc isolés du complot que vous dénoncez, et la mortalité des gens touchés par le cancer y est bien supérieure a chez nous..
        Y ont pourtant du cannabis et des légumes…

      • Je n’ai pas de problème de raisonnement, mais tu as un problème d’entendement, relis-moi bien pour comprendre.
        Je n’ai émis aucune théorie, même pas une hypothèse… Mais je maintiens ce que j’affirme.
        D’où viennent tes statistiques sur la mortalité due au cancer?

  22. Oui, un nom déjà, le Dr Kelley sauvé d’un cancer du Pancréas à 37 ans par la fameuse cure Gerson . Certains avancent 80 000 guérisons en 50 ans, donc des milliers de témoignages qu’on peut trouver sur le net, dans divers bouquins de Naturopathie, etc…
    Après je veux dire, ce n’est pas parce qu’il s’agit de jus de légumes que ce n’est pas éfficace ni susceptible d’agir avec grand succès.
    A ma connaissance, la cure Gerson et Kelley est la plus éfficace actuellement contre le Cancer, donc forcément c’est la plus détestée, niée, remise en cause par la medecine conventionnelle, une grande menace pour eux, ce n’est pas un hasard c’est juste un aveu évident de son éfficacité en fait..

    Mais après, eu lieu de toujours ironiser, faites vos recherches sur cette thérapie 🙂

    • Le cas du Dr Kelley ? Erreur de diagnostic, probablement.
      Quelles recherches voulez-vous que je fasse sur cette soi-disant « thérapie » ? D’abord, c’est à celui qui prétend avoir une nouvelle thérapie de prouver qu’elle fonctionne. Quand au lieu de le faire il s’empresse de monter une clinique et de vendre son « traitement » comme une panacée sans faire aucun effort pour l’évaluer, c’est généralement pas bon signe.

      Et en tout cas, elle a tout sauf l’air de fonctionner ; cf :
      – une petite histoire pour la route : http://old.post-gazette.com/regionstate/19990409davis4.asp
      – 10 patients suivant la méthode Gerson, dont 9 dans la clinique spécialisée dans cette méthode récupérés dans un état critique à cause d’effet secondaires, et tous avec le même cancer qu’au début : http://stacks.cdc.gov/view/cdc/1264/ (pages 2 et 3 du pdf). 2 morts aussi ici : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7420666?dopt=Abstract
      – Et surtout, 17 patients sur 18 morts au bout de 5 ans dans un article publié par les tenants de la méthode Gerson, le seul survivant n’étant pas guéri à l’issue de l’étude. Voir Austin S, Dale EB et Dekadt S 1994.

      Enfin, l’hypothèse de base de Gerson, c’est que le cancer est du à une accumulation de toxines qui perturbent le fonctionnent du corps. C’était crédible dans les années 30 à 50, mais on a quand même appris pas mal de choses entre temps sur LES cancers. Et on sait depuis qu’une flopée d’entre eux n’ont pas grand chose à voir avec des toxines.

    • Mais je crois que celui qui nous répond est de mauvaise fois ou est payé pour l’être (troll professionnel).

      Car il m’a demandé des liens, donc je lui en donne.
      Mais cela prouve qu’il n’a absolument pas fait d’effort pour le ou les trouver. 😉

      • Désolé de vous décevoir : j’avais déjà lu TOUTES les études citées dans votre lien, et même une flopée d’autres qui n’y sont pas citées.

        Mais vous, vous ne les avez clairement pas lues ces études : encore une fois, elles ne prouvent pas ce que l’article que vous citez leur fait dire.

        Je suis chercheur, payé par le contribuable (donc vous, entre autre). Les études scientifiques, je les lis généralement dès qu’elles sont publiées, je les analyse, j’en croise les résultats. Je suis entièrement conscient de la quantité de travail que chacune d’elle représente.
        Et c’est pour ça aussi que j’ai du mal à ne pas réagir lorsque je vois des gens qui citent une flopée d’études pour leur faire dire des choses qu’elles ne disent pas, en se disant généralement que de toute façon, personne n’ira vérifier. C’est une insulte à notre travail.

      • Ma mère (80 ans) vient de se voir diagnostiquer un cancer du pancréas, on lui dit que l’opération est inenvisageable et que la seule option est la chimio, avec l’espoir d’allonger (un peu) sa durée de vie et d’améliorer son confort de vie. Elle se demande (et moi avec) s’il faut vraiment en passer par la chimio (ce poison) ou la refuser. Je cherche des infos sur ce sujet et j’arrive ici. Je trouve des extraits très tronqués de citations datant des années 1980 et 1990, qui me semblent peu pertinentes compte tenu des progrès faits en chimio depuis cette époque. Les autres citations, toutes limitées à un paragraphe à peine et ne citant pas le contexte, ne me semblent guère plus fiables.
        Je lis avec intérêt l’ensemble des commentaires et je ne trouve que dans ceux de Ryuujin la rigueur que je cherche. Je comprends bien l’intérêt des labos, le désir des médecins de proposer « quelque chose » même de peu d’intérêt thérapeutique et l’avidité des malades à saisir ce « quelque chose » parce qu’il est inacceptable d’entendre qu’il n’y a rien à faire. Je suis ouverte aux propositions alternatives et je ne demande qu’à y voir plus clair mais je me méfie comme de la peste des gourous et des charlatans, ainsi que des théories du complot. Or je ne trouve nulle part chez les partisans du brou de noix ou des cures d’agrumes de validation scientifique à leurs propositions.
        Résultat : je ne suis guère plus avancée qu’avant.
        Je vais continuer à chercher.

  23. Dites donc, il est rigolo cet article.
    C’est basé sur quoi ?
    – Une étude de Hardin B. Jones de 1956 (il y a 57 ans !!). Ils auraient bien sorti une étude de 1905, mais ils n’en ont pas trouvé.
    – Un article de Walter Last cité comme s’il s’agissait d’une étude scientifique alors qu’il s’agit d’un article dans un périodique new-age (pour info, le site de Walter Last, qui n’est pas un scientifique, est trouvable ici : http://www.health-science-spirit.com/. Il y conseille notamment l’usage de détergents comme traitement contre l’asthme, la maladie de Parkinson, et une flopée d’autre trucs).
    – Une citation douteuse de Georges Mathé, qui a pour info passé sa vie à bosser sur la chimiothérapie, et est l’auteur de bons bouquins à destination des chimiothérapeutes.
    Un article de Martin Shapiro dans le Los Angeles Times, Martin Shapiro qui n’a jamais bossé de près ni de loin sur le cancer.
    – Une citation détournée de Pommeteau et d’Argent qui disent en fait que la chimiothérapie de l’époque ne suffisait pas (dans un livre destiné aux chimiothérapeutes).
    – Une citation détournée elle aussi de Henri Joyeux qui parlait en réalité du fait qu’on ne met pas assez l’accent sur les soins palliatif pour les patients en phase terminale et qu’on fait trop souvent des chimios « pour faire quelque chose ».
    – Une affirmation d’un illustre inconnu dont on ne saura jamais de quelle étude il parlait, parce que non, il ne parlait probablement pas en terme généraux comme la citation tronqué en donne l’impression : la quasi-totalité des études incluant le type de tumeur parmi les critères de recrutement (on ne mélange pas des tumeurs bénignes et des tumeurs cancéreuses).
    – Une citation gratuite et intracable de Dr. Thomas Dao (un chirurgien qui critique la chimio, au passage, c’est pas difficile à trouver).
    – Une citation d’un commentaire de John Cairns (microbiologiste et non cancérologue) qui a été contredit par la suite (il y a bien eu une augmentation de l’espérance de vie à 5 ans).
    – Une citation d’Albert Braverman qui ne parle pas de tous les cancers, mais d’un type de cancer en particulier sur lequel les chimio étaient inefficaces.
    – Une citation de Charles Moerthal qui parle là encore d’un type de cancer en particulier et pas de tous les cancers.
    – Une citation de Alan Nixon, chimiste, et non cancérologue.
    – Une citation de Ralph Moss accompagnée d’un énorme mensonge. Il est présenté comme un scientifique écrivant dans The Lancet etc…etc… alors qu’il est écrivain, diplômé en littérature, n’ayant jamais écrit un seul article scientifique. Par contre, il est très connu dans un autre domaine…sa spécialité, c’est faire de la publicité pour des « traitements » douteux.
    – Une citation complètement mensongère de Maurice S Fox. Son étude qui montre qu’il y a deux populations distinctes parmi les patientes atteintes de cancer du sein, 40% chez lesquelles le traitement n’a aucun effet, et 60% chez lesquelles le traitement fonctionne ( http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=363380 ) devient par la magie de la mauvaise foi « les cancéreux qui refusaient les soins médicaux avaient un taux de mortalité inférieur à ceux qui les acceptaient ».
    – un paragraphe qui ne concerne qu’une seule molécule testée contre le cancer des poumons (un des pires, qui se traite toujours très mal).
    – une étude de Ulrich Abel qui fait joyeusement une moyenne de taux de survie sur des types complètement différents de cancers, en incluant les molécules testées puis abandonnées.
    – une autre étude qui fait elle aussi des moyennes sur différents types de cancers, en incluant tous les cancers soignés par chirurgie, pour lesquels l’effet de la chimiothérapie est estimé à…0, bien entendu. Le plus drôle étant que quand on regarde le détail de l’étude, on voit que certains cancers sont à 40% de patients guéris par chimio. D’autres sont à quasi-zéro (cancers opérables – prostate, reins, mélanomes…- ou non-traitables). Ah bah ouais : la moyenne est faible.

    Enfin bref :je vais pas me payer le reste, parce que ça me déprime. J’espère simplement que ce genre d’article mensonger ne poussera pas un leucémique à éviter la chimio.
    Ah, oui, parce que cet article a bizarrement oublié de vous dire que le taux de réussite des chimios en cas de leucémie est aux alentours de 80%.

    • oui, ou le hodgkin, qui se soigne fort bien avec la chimio également….
      qui peut croire que TOUS les cancérologues sont des pourris, pour que pas un seul ne dénonce un éventuel complot?
      moi, rien ne me dégoute plus que les gens qui font des polémiques sur le désespoir…
      et qui prétendent mieux savoir qu un spécialiste, alors qu eux même ont des compétences dans d autres domaines que celui de la médecine…
      ne croyez jamais les charlatans, qui se reconnaissent aisément…
      ils ont des solutions miraculeuses, souvent basées sur des idées simplistes, les « institutionnels » sont des charlots et … ils sont très peu chers!

      • salut lenord , alors celons toi les méthodes alternative a la chimio sont l’œuvre de charlatan , tu demande des noms de créateur de technique alternatives et des preuves quand a un éventuel complot visant a promouvoir la chimio comme unique remède au cancer . et bien renseigne toi sur le docteur hamer un allemand et sa découverte qu’il a baptiser la médecine nouvelle , renseigne toi aussi sur le temps qu’il a passer en prison juste pour avoir dit lors de conférences qu’on pouvais soigner le cancer par des méthode alternative et en l’aillant prouver par un taux de survie de ces malades de prés de 90% .

      • Et voilà que root nous sort le docteur Hamer. Un type qui a fait de la tôle après avoir failli tuer une gamine de 9 ans, et qui s’est surtout fait remarquer par son antisémitisme…
        Pour rappel, la théorie du « Dr » Hamer, c’est que l’origine des cancers est psychologique, mais que c’est occulté par un complot juif.

        Il a prétendu en 1995 soigner Olivia Pilhar, une autrichienne de 9 ans atteinte d’un cancer relativement bénin. Pendant le « traitement » du bon docteur Hamer, la tumeur d’Olivia a grossi jusqu’à peser 4 kg, ses chances de survie ont chuté de 90% à 10%. Il a fallu qu’elle soit retirée à ses parents pour qu’elle puisse suivre une chimiothérapie qui l’a sauvée.

        Alors bon, le mec qui prétend soigner 90% des cancers alors qu’il arrive à transformer un cancer bénin en une vraie catastrophe, bof.

      • Il y a des médecins qui l’on dénoncé, le professeur Joyeux par exemple. Renseignez-vous les gens! Et surtout Réveillez-vous!!

  24. Oui, je suis d’accord avec toi, il y a pas mal de choses alternatives totalement méconnues. En tout cas, lorsque je constate le niveau d’endoctrinement et les moyens pour maintenir les gens dans l’obscurantisme médical sur des tas de forums de santé conventionnelle et grâce à une trés fameuse émission médicale sur France 5 tous les jours, j’avoue que nous ne sommes pas bout de nos peine. Celà fait peur, pitié à la fois, met en colère de constater que les gens sont formatables à souhait…
    Le comble dans tout celà je trouve, c’est que les promoteurs de médecines alternatives sont accusés d’après l’argument officiel de « dérives sectaires », alors que c’est la medecine conventionnelle qui use de moyens d’embrigadement et de formatage dignes de tas de sectes, et celà tu n’as pas dix pour cent des gens qui en sont conscients….(effrayant donc).

    • Qui a été guéri d un cancer par des méthodes alternatives?
      Un nom, un seul?
      On voit dans les commentaires ce qui peut être proposé..
      Le premier propose un régime a base de jus de légumes et de fruits..
      Le deuxième de l huile de cannabis..
      Le prochain proposera un vaudou?

      • T’est libre de pas y croire, mais bon il y a de plus en plus d’études sérieuses qui disent comme moi et ta réponse prouve que tu n’a pas pas cherché bien loin (a mon avis pas cherché du tout) la vérité sur les solutions alternatives et naturelles qui soignent le cancer.

        C’est oublié bien vite la médecine qui prévalait avant le tout chimique et dont on fait tout pour en interdire l’accès aux personnes et aux médecins qui le désirent, depuis les années 1930, par les puissants lobbys pétrochimique (90% de la pharmacopée moderne est issu de la chimie).

        Mais bon même si tu n’a pas le temps ni l’envie de chercher plus loin, le jour ou on te diagnostiquera un cancer, ce que je ne souhaite a personne, peut être prendra tu le temps de le faire et tu choisira en ton âme et conscience le meilleur traitement, pour toi même, si le milieu médical conventionnel t’en laisse le loisir.

      • François Meg, puisque tu affirmes que de plus en plus d’études vont dans ton sens, cite nous en une. Rien qu’une pour voir un peu si c’est vrai.
        Parce que bon, moi je les lis les études sur le sujet, et les essais sont plutôt négatifs pour l’instant.

      • Je ne me suis pas fendu de commentaires pour l’instant; que Ryuujin ne se la pète pas pour autant, sa contribution a peu à voir avec mon propos.
        Sa substance est de renvoyer aux railleurs, aussi doctes qu’ils prétendent l’être, l’argument:

        Aussi se présente-t-il:

        PROUVEZ-NOUS QU’IL N’Y A PAS DE CONSPIRATION

      • Willsummer : Mon propos, c’est de faire la part entre ce que les études scientifiques disent, et ce que certaines personnes (dont une partie au moins a des choses à vendre) leur font dire.

        Ce n’est pas à nous de prouver qu’il n’y a pas de conspiration. C’est à ceux qui affirment qu’il y en a une de le prouver.
        Et pourquoi pas une conspiration des charlatans en tout genre qui attaqueraient tous en même temps la chimiothérapie et cie pour vendre de la poudre de perlinpinpin tant qu’on y est ?

      • C’est à quiconque se faisant soupçonner de conspiration de prouver qu’il n’y en a pas, là dessus nous n’allons pas être d’accord…

      • Voici un lien vers 34 études différentes qui tendent a prouver ce que je dit:

        http://thejointblog.com/cannabis-cures-many-forms-of-cancer/

        A toi de choisir celle qui t’intéresse 😉

      • Will summer :
        « C’est à quiconque se faisant soupçonner de conspiration de prouver qu’il n’y en a pas, là dessus nous n’allons pas être d’accord…  »

        Je vous soupçonne de faire partie d’une conspiration de charlatans qui veulent dénigrer la médecine pour pouvoir vendre n’importe quoi aux patients.
        Allez, suivez-donc votre propre logique : ne revenez pas avant d’être capable de prouver que cette conspiration n’existe pas.

      • Parce que vous êtes seul à me le demander? Cela ne va pas suffire…

      • Bah pourtant, vous êtes le seul à nous demander de prouver qu’il n’y a pas de conspiration, et on vous réponds.

      • Il y a des champignons,,,

      • Un petit reportage ça te tente:

        Explication et témoignages de personnes a qui cela a sauvé la vie.
        Celui là c’est la base mais si tu cherche tu trouvera des dizaines de témoignages.

      • Mince c’est la playlist complète le lien 😦 :
        – celui que je voulais vous montrer c’est « Run for the cure » (le 2 eme de la playlist ou le 1er si ma modif a fonctionné 😉 )

      • Non, François Meg, une vidéo Youtube comme source, ça ne me tente pas.
        Moi je suis sérieux, je ne suis pas à la recherche de n’importe quel truc qui irait dans le sens de mes préjugés.

    • Oh, s’il vous plait, Francois Meg, pas encore un autre article qui détourne des études.

      Premier lien : deux patients, pas de contrôle. C’est une étude prospective, insuffisante pour prouver un effet.
      Deuxième lien : pas de patient du tout. Cette étude prouve uniquement que les cellules de certains cancers possèdent des récepteurs cannabinoïques.
      Troisième lien : absolument rien à voir avec le cancer ; preuve qu’ils n’ont même pas lu les titres avant de faire la liste.
      Quatrième lien : test in vitro sur des lignées de cellules. L’eau de javel a à peu près le même effet ; ça ne suffit pas à en faire un traitement contre le cancer.
      Cinquième article : un test chez l’animal qui permet de conclure qu’il y a peut-être quelque chose.

      Conclusion concernant les cancers du cerveau : pas grand chose, et une référence qui n’a strictement rien à voir avec le cancer.

      Concernant le cancer de la bouche et de la gorge, le lien en question montre uniquement que le THC inhibe la respiration d’une lignée de cellules cancéreuses. Ca n’est pas suffisant ; il faudrait aussi montrer qu’elle l’inhibe plus qu’elle inhibe celle des cellules non cancéreuses, et à une dose faible.

      Lien 7, 8, 9 10, 13, 15 : même commentaire.
      Lien 11, 14, 16, 18, test animal, effet faible (baisse de la croissance tumorale ou effet métabolique subtil), sans contrôle.
      Lien 12, trop peu de patients, sans contrôle.
      Lien 17 : ce n’est pas une étude scientifique, mais une revue gouvernementale qui met clairement en évidence qu’il n’y a pas grand chose pour l’instant sur l’effet du THC.
      Lien 19 : absolument rien à voir avec le cannabis. La molécule utilisée n’est pas présente dans le cannabis.

      Bon allez, j’arrête les frais là : c’est n’importe quoi ces listes. Dans celle ci, il n’y a pas un seul essai clinique : la grande majorité des études citées sont des études de recherche très fondamentales sur des récepteurs impliqués dans le contrôle de la respiration et de la multiplication cellulaire, dont certaines n’ont même rien à voir avec le cancer, ou avec le cannabis.
      Aucune de ces études ne conclue qu’on peut soigner le cancer avec du cannabis. AUCUNE.

      Il en ressort que le cannabis a peut-être un intérêt en complément à une chimiothérapie. Il y a peut-être une légère inhibition de la croissance tumorale, et un apport à l’efficacité de la chimiothérapie. Et l’intérêt du cannabis pour la gestion des effets secondaires de la chimio a été assez clairement prouvé.

      On est à des kilomètres de la cure miracle.

  25. A reblogué ceci sur Mr Toxic.

  26. Moi je pense que la meilleur chance de prévenir et de soigner le cancer c’est le cannabis thérapeutique sous forme de concentré d’huile de cannabis (attention pas l’huile tiré des graines, qui ne contient aucuns principe actif).
    Bien sur, personnes n’est obligé de me croire et je vous laisse faire les recherches a ce sujet (recherchez simplement les mots clés: « cannabis cure cancer » et vous trouverez nombres de liens vous expliquant le fonctionnement et de nombreux témoignages de personnes a qui cette médecine naturelle a sauvé la vie).
    C’est ce moyen que j’utiliserai pour me soigner a titre personnel si on devait me diagnostiquer un cancer.
    Sachez juste que la 1ère étude qui a prouvé ce phénomène date de 74 et sciemment été occulté.

    • Ce commentaire est en deux parties du fait de sa longueur (partie 1)

      Bah, l’huile de graine et « l’huile de résine » pris ensemble, cela ne peut qu’être complémentaire et renforcer l’action sur le système immunitaire ! Il y a vraiment de bonnes choses dans cette huile alimentaire exempt de THC : toutes les vitamines de huiles et en proportion idéale, acide gamma-linoléïque et acide gamma linéïque, une bonne dose de minéraux … et rien de toxique.

      Évidemment, l’huile de chanvre consommée seule sera inefficace contre un cancer déclaré. Mais on peut lui supposer un rôle protecteur avant le déclenchement de la maladie. Mais il n’y a pas beaucoup de personnes qui consomment aujourd’hui de cette huile sur Terre, ce serait difficile de faire une étude sur le long terme.

      Bref, personne n’a rappelé ici que le cannabis est médicalement envisagé en association à la chimio thérapie afin d’en réduire le dosage et renforcer le corps autant contre le cancer que contre les effets néfastes et toxique de la chimio. A propos, l’huile de résine (à la Rick Simpson) a vraiment donnée de très bons résultats contre certains cancers et les patients semblent en rémission définitive et complète.

      Mais il semble qu’il y a mieux encore : un extrait de cannabis à l’huile végétale tire et concentre beaucoup plus d’éléments thérapeutiques de la plante comme les terpènes (base aromatique des fleurs) qui sont dotées elles aussi de propriétés similaires. On peut imaginer une « recette » moitié huile d’olive, moitie huile de graines de chanvre, dans laquelle on laisserait macérer des fleurs d’un cannabis riche en CBD mais pas totalement dénuées de THC. Maintenant, ceux qui veulent continuer à mourir avec les rayons et le poison, ben qu’ils le fassent s’ils pensent que c’est une bonne chose. Mais ceux qui voudraient utiliser des méthodes alternatives comme celle que je viens de vous décrire, qu’on ne les empêche pas non plus.

      Notons que la méthode d’extraction aux huiles végétales est bien moins « agressive chimiquement parlant », ne contient pas de risques d’explosion et d’inflammation, n’a pas besoin d’énergie pour se faire (mais du temps pour la carboxylation des cannabinoïdes) et peut être réalisé simplement par le commun des mortels … encore faut-il qu’il puisse avoir un libre accès à tous ses ingrédients !

      Mr François Meg, vous soulignez donc indirectement quelque chose de très important. Comme vous, si d’aventure je développe un cancer, ce qui est statistiquement très possible en occident, je ferai tout pour éviter les hôpitaux transformés, d’après moi, en « mouroirs accélérés » ! Et dotés d’une petite connotation crapuleuse car « on (note : les industries Pharmaceutiques) vide les poches » de la Sécurité Sociale et des futurs décédés entretemps !

      Il n’y avait pas tant de cancers et de maladies neurodégénératives dans l’ancien temps. Celles-ci sont donc liées à notre mode de vie moderne et principalement dues au fait des activités industrielles, du choix du pétrole et de toxiques dispersés à profusion dans notre environnement. Et aussi à cause d’un mauvais choix énergétique (nucléaire) que l’on a commencé à payer depuis Tchernobyl. On peut raisonnablement penser qu’il y a donc exploitation de la maladie et non pas volonté réelle de la guérir car cela sous-entendrait aussi qu’on en combatte les causes, c’est à dire ce qui fait la fortune et la puissance de nos états et de nos industries d’occident (et de leurs propriétaires-actionnaires).

      Note 2 : si certaines personnes remettent en question les vertus anticancéreuses et neuroprotectrices du cannabis : http://www.google.ch/custom?q=cancer&lr=lang_fr&cof=S:http://www.chanvre-info.ch%3BL:http://www.chanvre-info.ch/pub/chanvre-info-pub-468-60.png%3BLH:50%3BLW:390%3B&domains=www.chanvre-info.ch%3Bwww.swisshempshop.com&sitesearch=www.chanvre-info.ch&hl=fr&prmd=ivnspbl&ei=w0pbVI_DHYjgaOe3gqgL&start=10&sa=N . Mais je ne cherche pas à convaincre mes opposants : qu’ils fassent leur vie, je fais la mienne ! En revanche, si des personnes s’intéressent à ce point de vue, qui n’est pas que le mien comme le confirme Mr François Meg, je les invite à approfondir. Vous y trouverez pleins d’articles et de vidéos vous confirmant ceci … (à suivre)

  27. On ne trouve pas que des « tordus » proposant des medecines alternatives, les Cures Gerson et Breuss par exemple ont de trés nombreux cas de rémissions de cancers sans passer par la thérapie classique, c’est trés loin d’être des tordus.
    Ils ont même tenter d’interdire à Breuss ses recherches et surtout ses découvertes.

  28. un avis signé d un pseudo n engage… personne!!

    • Il me semble que tu as raté quelques épisodes de l’évolution d’Internet, toi, non? Pourquoi veux-tu donc que je te dise mon vrai nom? Pour venir me faire des bisous sur le pas de ma porte? J’en doute…
      A toutes fins utiles et en cas de besoin – en cas de besoin seulement – mon nom est disponible pour les forces de l’ordre à travers l’abonnement à ce site. Ils sont les seuls à être habilités à connaître mon identité, si tant est qu’il faille la connaître.
      Pour ta part, tu repasseras, ok? Allez salut. Saches que si tu cherches à publier un commentaire offensant ou vindicatif, tu seras bloqué et ton commentaire finira dans les limbes d’Internet. A bon entendeur…!

  29. et moi je signe de mon vrai nom..
    je m appelle Lionel lenord

  30. des gens définitivement guéris par la chimio, j en connais…. des dizaines!!
    proposer d autres pistes, c est très bien, mais dissuader des gens de se soigner avec les méthodes disponibles aujourd’hui hui, c est quasi criminel…

    • Il n’y a rien de criminel dans cet article, seulement l’avis de plusieurs professionnels en cancérologie, qui certes va contre l’avis consensuel, mais qui n’en est pas moins digne d’attention.

      • vous ne trouverez que des tordus pour vous conseiller de vous soigner d un cancer par des méthodes alternatives….
        je suis fan de global relay, mais la, ça remet en cause la crédibilité que je leur accordais…;
        désolé, mais je peux pas laisser écrire des choses pareilles sans réagir…

      • Il y aura sûrement des informations qui vont en gêner, mais ce n’est pas notre problème.

      • Dit moi Will Summer, d’ou tire tu tes sources ? parce que j’ai du mal a les retrouvé comme tu en parle
        Tu mélange des tas de choses dans un charabia de citations de scientifiques (donc certains étaient gâteux à l’âge où ils ont dit ces choses) et surtout d’autres sorties de leurs contexte de période de temps ou autre … la biologie et la réalité de la clinique sont un peu différentes, sinon tous les patients seraint magiquement guéris car on peut guérir plein de choses au laboratoire…

        ce qui est certain:

        – c’est vrai, peu de cancers sont défnitivement guéris par la chimiothérapie (et uniquement par celà…) , mais les lymphomes, leucémies, kc du testicule et quelques autres encore représentent sans doute ~10% des cancers
        – que dans d’autres cancers, la plupart, la chimiothérapie a permis d’allonger l’espérance de vie des patients, parfois de quelques mois, parfois plus ; mais les chimiothérapies utilisées jusqu’en 1975-1980 étaient bien moins efficaces et bien plus toxiques, et il y a eu beaucoup de « sur prescription » ; parfois d’ailleurs, c’est les patients ne veulent pas s’arréter, pas les médecins….mais c’était un peu les tatonnements des débuts avec beaucoup d’espoir quand les gens voyaient une tumeur diminuer…. Aujourd’hui, l’immense majorité des cas d’utilisations de la chimiothérapie est démontrée par des allongements de survie… ou parfois, rarement, pour soulager des symptomes: les grosses tumeurs puevent faire mal, les faire diminuer de taille de 10% (c’est pas beaucoup), les douleurs disparraissent.. même si la vie n’est pas allongée…

        – enfin, la période ou un seul médecin décide de tout dans son coin est bien révolue….

        – que dans la deuxième partie du document, on est là dans la « pseudoscience », en mélangeant des médicaments qui ne sont pas de la chimiothérapie (imatinib, et d’autres…) et des résultats de laboratoire qui nous passionnent (les péricyte, Wint, ….) mais qui ne s’apliquent pas toujours chez l’homme… il y a encore beaucoup à découvrir au laboratoire et beaucoup à faire pour passer des découvertes du labo aux progrès chez l’homme (en moyenne, 6 à 10 ans)

        ce qui est dommage:

        – on est encore dans la théorie du complot (« le cancer buisness… ») ; oui, OK il y a beaucoup d’argent derrière, mais découvrir, farbriquer et tester un médicament coute très cher…

        – c’est que ce genre d’article détourne quelques patients de soins efficaces…

        Maintenant a vous de juger et de retrouvé les sources citées, les lires et s’en informé !!

        Seitar DV

        (et oui je signe aussi par un pseudo ! vrai nom ou pas cela ne change pas le contenu de mon message 😉 )

    • Et moi j’en connais qui ont vu leur espérance de vie réduire à moins du minimum à partir du traitement par la chimio. il y a plein d’expériences différentes, mais y a t il des preuves de l’influence bénéfique de la chimio ?
      Je pense qu’aujourd’hui il est très facile de manipuler les gens pour les pousser à dépenser, surtout quand on fait partie des grandes entreprises pharmaceutiques… et d’ailleurs pourquoi, si c’est si bénéfique, les études à partir de cannabis sont-elles tant étouffées?

      • Oui, il y a des preuves. Par exemple, 90% des patients souffrant de leucémie guéris par chimio et radiothérapie.
        Désolé, mais c’est pas avec du cannabis que vous allez arriver à faire ça.

    • La chimio tue Les rayons ne m’ont fait que séquelles graves et récidives Après enquête personnelle la chimio n’améliore rien au contraire On le voit tous les jours Les rémissions les oens ne les ont pas vues On leur a dit La chirurgie peut sauver

    • Qu’est ce qui te dit que c’est La chimio qui les a guérit, sans chimio ils auraient pu guérir aussi bien.
      si justement on lit bien l’article, ça devient une évidence.
      Et ce n’est pas parce qu’il existe des méthodes « d’aujourd’hui » comme tu dis, qu’elles sont forcément efficaces, c’est justement ça le sens de l’article. Peut être n’as tu pas bien lu ou bien compris.

    • bonjour je ne connais personne qui a guéri d’un cancer avec la chimio désolé ils sont tous mort ou pratiquement sauf ceux qui ont arreté leur chimio parce qu’ils en pouvaient plus de ce traitement de plus la chimio laisse des traces dans l’organisme détruit tout sur son passage les personnes vieillissent plus vite;;; beaucoup de personnes qui ont arrété ont vécu des dizaines d’année avec soit disant un cancer (l’avis du médecin) par contre je connais des personnes qui on guéri avec la médecine chinoise vieille de plus de 4000 mille ans … je pense que la médecine chimique ne fait pas le poids tout ça n’est que question d’argent il y a que les laboratoires qui sont bien portant la sécu trinque et c’est tout le monde qui paye tout ca pour rien … on tue des enfants des parents des personnes agées avec c’est traitements je trouve ca scandaleux sans parler des médicaments avec des effets secondaires dangereux les vaccins avec de l’aluminium et du mercure … pour moi il faudrait commencé par supprimer les pesticides cancérigènes les colorants dans l’alimentation les conservateurs il faut commencé par la source sinon personnes n’avancera dans ce monde

Rétroliens

  1. La vérité très indésirable sur la chimiothérapie | Céline Express'on ABE ॐ
  2. Alimentation | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :