Et si vous demandiez pardon à l’Ukraine, Mme. Nuland?

nulandOriental Review, le 7 février 2014

La fuite hier de la conversation téléphonique ahurissante entre la Secrétaire d’État Adjointe US Victoria Nuland et l’Ambassadeur US en Ukraine Geoffrey R. Pyatt a déjà atteint les gros titres internationaux. En bref, il s’avère que les responsables US coordonnaient leurs actions sur la manière d’installer un gouvernement fantoche en Ukraine. Ils se sont mis d’accord pour nommer le leader du parti Bat’kyvschina Arseni Iatseniouk comme Vice-Premier Ministre, de mettre le chef du parti Udar Vitaly Klitschko sur la touche pendant un moment et de discréditer le leader du parti néo-nazi Svoboda Oleh Tiahnybok comme étant « le projet de Ianoukovitch ».

Ensuite, Mme. Nuland a informé l’Ambassadeur US qu’une petite main main auprès du Secrétaire Général de l’ONU, le Sous-Secrétaire aux Affaires Politiques Jeffrey Feltman, avait déjà instruit Ban-ki Moon d’envoyer son émissaire spécial à Kiev cette semaine afin de « faire coller les choses ». Abordant le rôle de l’Union Européenne dans la gestion de la crise politique en Ukraine, elle a été d’une élégance inégalable: « Que l’UE aille se faire foutre ».

En peu de temps suivant cette fuite, après avoir essayé d’incriminer les Russes d’avoir fabriqué (!) l’enregistrement (Département d’État US: « c’est une nouvelle bassesse dans l’art diplomatique russe »), Mme. Nuland a présenté ses excuses aux responsables de l’UE. Ceci veut-il dire que la véritable attitude de Washington, qui a fuité à de nombreuses reprises, envers le « partenariat stratégique transatlantique », mérite tellement plus d’excuses que l’ingérence claire et directe dans les affaires internes d’un état souverain, en violation de l’accord US/Russie/Royaume-Uni (mémorandum de Budapest de 1994) garantissant la sécurité de l’Ukraine? En attendant, ce document inter alia se lit comme suit:

Les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, réaffirment leur engagement envers l’Ukraine, en accord avec l’Acte Final de la CSCE (Accords d’Helsinki de 1975, ndt), à respecter l’Indépendance, la Souveraineté et les frontières existantes de l’Ukraine.

Les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord réaffirment leur obligation à s’abstenir de la menace ou de l’usage de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de l’Ukraine, et qu’aucune de leurs armes servira jamais contre l’Ukraine sauf en cas de défense légitime ou autrement en accord avec la Charte des Nations Unies.

Les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord réaffirment leur engagement envers l’Ukraine, en accord avec les principes de l’Acte Final de la CSCE, à s’abstenir de coercition économique conçue pour subordonner à leurs propres intérêts l’exercice par l’Ukraine des droits inhérents à sa souveraineté et ainsi s’assurer quelque avantage que ce soit.

De retour vers la dernière faillite diplomatique de Mme. Nuland à avoir été rendue publique, il est peu probable qu’il s’agisse d’une erreur d’interprétation malheureuse. Andrey Akulov de la Strategic Culture Foundation a publié un brillant billet (Épouse à chaque Mariage, Partie I et Partie II) il y a quelques jours qui décrit le manque flagrant chez Mme. Nuland de professionnalisme et d’intégrité personnelle. Il a décrit en détail son implication dans la fourniture de mauvaises informations au Président US et à la nation sur les circonstances de l’assassinat de l’Ambassadeur US en Libye Chris Stevens, à Benghazi en septembre 2012, et dans son soutien au financement US illégal d’un certain nombre d’ONGs « indépendantes » cherchant à amener une révolution colorée à la Russie.

Son comportement diplomatiquement inacceptable concernant l’Ukraine, dont le point culminant a pu être visionné sur YouTube cette semaine (la vidéo et la transcription complète sont disponibles ci-dessous), suggère que Mme. Nuland est peut-être la mauvaise personne au mauvais poste pour protéger les intérêts états-uniens en Eurasie.

Note: la transcription qui suit a été faite par le Réseau Voltaire, et est accessible sur ce lien. Elle est agrémentée des commentaires de la rédaction du Réseau Voltaire, qui sont placés en fin d’article, après le texte de la conversation entre Victoria Nuland et Geoffrey Pyatt. Will Summer

Victoria Nuland  : Que pensez-vous ?

Geoffrey R. Pyatt : Je pense que nous jouons. La pièce Klitchko est évidemment l’électron le plus compliqué ici, en particulier le fait qu’on l’ait annoncé comme vice-Premier ministre. Vous avez vu mes notes sur la difficulté du mariage en ce moment, nous essayons d’obtenir une lecture très rapide pour savoir s’il fait partie de l’équipe. Mais je pense que votre raisonnement à son sujet, que vous aurez besoin de lui dire —je pense que c’est le prochain coup de téléphone que vous souhaitez organiser— est exactement celui que vous avez fait à Yats [surnom de Iatseniouk]. Je suis heureux que vous l’ayez mis sur la sellette (…) Il s’inscrit dans ce scénario. Et je suis très heureux qu’il a dit ce qu’il a dit.

Victoria Nuland  : Bon. Je ne pense pas que Klitsch [surnom de Klitschko] devrait être dans le gouvernement. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire, je ne pense pas que ce soit une bonne idée .

Geoffrey R. Pyatt : Oui, je veux dire… je suppose… Pour ce qui est de sa non-participation au gouvernement, je serais d’avis de le laisser en dehors pour qu’il se consacre à ses obligations politiques. Je ne fais que réfléchir, pour trier les options pour avancer, nous voulons garder ensemble les démocrates modérés. Le problème sera avec Tyahnybok et ses gars. Et, vous savez, je suis sûr que cela fait partie du calcul de Ianoukovytch.

Victoria Nuland  : Je pense Yats, c’est le gars. Il a de l’expérience économique et de l’expérience de gouverner. C’est le gars. Vous savez, ce qu’il a besoin, c’est que Klitsch et Tyahnybok restent à l’extérieur. Nous aurons besoin de leur parler quatre fois par semaine. Vous savez, je pense juste que si Klitchko entre, il va devoir travailler à ce niveau avec Iatseniouk, c’est juste que ça ne va pas marcher…

Geoffrey R. Pyatt : Ouais, ouais , je pense que c’est vrai. Ok , bon. Souhaitez-vous que nous organisions un appel avec lui comme prochaine étape ?

Victoria Nuland  : Ma conception de l’appel dont vous parlez, c’est que les trois grands participent à leur propre réunion et que Yats leur propose dans ce contexte. Vous le savez, une conversation « trois plus un » ou « trois plus deux » si vous participez. C’est ainsi que vous le comprenez ?

Geoffrey R. Pyatt : Non, je pense que c’est ce qu’il a proposé, mais connaissant leur dynamique interne lorsque Klitchko était le chien dominant, il va prendre son temps avant de se pointer à une de leurs réunions et doit déjà être en train de parler à ses gars. Donc je pense que si vous vous adressiez directement à lui, cela aiderait à faire de la gestion de personnalités parmi les trois. Cela vous donne également une chance d’agir vite sur tout cela et nous permettra d’être derrière avant qu’ils s’assoient et qu’il explique pourquoi il n’est pas d’accord.

Victoria Nuland  : Ok. Bon. Je suis heureuse. Pourquoi ne le contacteriez-vous pas pour voir si il veut parler avant ou après.

Geoffrey R. Pyatt : Ok, je vais le faire. Merci.

Victoria Nuland  : Je ne me souviens pas si je vous ai dit ou si je n’en ai parlé qu’à Washington : quand j’ai parlé à Jeff Feltman ce matin, il avait un nouveau nom pour le type de l’ONU : Robert Serry. Je vous ai écrit à ce sujet ce matin.

Geoffrey R. Pyatt : Oui, j’ai vu cela.

Victoria Nuland  : Ok. Il a obtenu aujourd’hui, à la fois de Serry et de Ban Ki-moon, que Serry vienne lundi ou mardi. Ce serait formidable, je pense, ça aiderait à souder ce projet et d’avoir l’aide de l’ONU pour le souder et, vous savez quoi, d’enculer l’Union européenne.

Geoffrey R. Pyatt : Non, exactement. Et je pense que nous devons faire quelque chose pour le faire coller à nous, parce que vous pouvez être sûre que s’il commence à prendre de l’altitude, les Russes vont travailler dans les coulisses pour essayer de torpiller. Et encore une fois le fait que c’est sur la place publique en ce moment, dans ma tête, je suis encore à essayer de comprendre pourquoi Ianoukovytch (…) ça. En attendant, il y a actuellement une réunion d’un courant du Parti des Régions et je suis sûr qu’il y a un débat très animé dans ce groupe à ce sujet. Mais de toute façon , nous pourrions faire tomber la crêpe du bon côté si nous nous agissons rapidement. Alors laissez- moi travailler sur Klitschko et si vous pouvez juste conserver… Je pense que nous devrions juste chercher à trouver quelqu’un avec une personnalité internationale pour accoucher de notre projet. L’autre question concerne Ianoukovytch, mais nous en reparlerons demain, nous verrons comment les choses commencent à se mettre en place.

Victoria Nuland  : Donc, sur ce point, Jeff, quand j’ai écrit la note, Sullivan [1] m’a répondu d’une manière très formelle en disant que j’avais besoin de Biden et j’ai dit probablement demain pour les bravos et pour réussir à faire coller les détails. Donc, Biden est prêt.

Geoffrey R. Pyatt : Ok. Très bien, merci.

____________________________________________

L’apparition sur YouTube d’une conversation interceptée entre l’assistante du secrétaire d’État Victoria Nuland et son ambassadeur en Ukraine a soulevé un vif conflit entre Washington et Bruxelles. Cependant l’important est ailleurs : la conversation montre que les États-Unis ne sont pas intéressés par les slogans officiels des manifestants de la place Maidan (le rattachement à l’Union européenne), mais qu’ils œuvrent pour changer le régime, placer un homme à eux au pouvoir, et répandre les troubles.

Vous trouverez ci-dessous (ci-dessus, ici – ndt) la traduction d’une conversation téléphonique entre Victoria Nuland, sous-secrétaire d’État des États-Unis, et Geoffrey R. Pyatt, ambassadeur US en Ukraine.

Cette conversation aurait été interceptée entre le 22 et le 25 janvier 2014. Elle est apparue mystérieusement sur YouTube, suscitant d’abord un démenti du département d’État. Puis, le scandale prenant de l’ampleur après la publication d’un article du Kyiv Post, Victoria Nuland a présenté ses excuses à l’Union européenne, tout en suggérant que l’interception aurait pu être le fait des services secrets russes qu’elle a accusé d’avoir violé une conversation privée —une remarque distrayante de la part d’un État qui espionne la quasi-totalité des communications dans le monde—.

Victoria Nuland est une diplomate néo-conservatrice, épouse de l’historien Robert Kagan. Elle fut la principale conseillère en politique étrangère du vice-président Dick Cheney, avant d’être nommée par George W. Bush, ambassadrice auprès de l’Otan. Hillary Clinton en fit sa porte-parole au secrétariat d’État, puis John Kerry son assistante pour l’Europe et l’Eurasie. C’est elle qui dirige les opérations de déstabilisation de l’Ukraine.

Dans cette conversation, elle donne, dans un anglais trivial, instruction pour répondre à la proposition faite par le président Ianoukovytch de laisser l’opposition constituer un gouvernement. Il faut, selon elle, placer Arseni Iatseniouk, maintenir Wladimir Klitschko hors jeu, et écarter le leader nazi Oleh Tyahnybok qui devient encombrant.

Au passage, on apprend que l’ancien diplomate états-unien, Jeffrey Feltman, aujourd’hui secrétaire général adjoint des Nations Unies, nomme qui il veut à l’Onu et utilise cette organisation pour donner un vernis légal aux actions secrètes des USA. En l’occurrence, il a pu nommer comme représentant de l’Onu, le Néerlandais Robert Serry, ancien responsable des « opérations » de l’Otan.

En définitive, les choses ne sont pas passées comme prévues et l’opposition n’a pas formé de gouvernement.

Source: http://orientalreview.org/2014/02/07/what-about-apologizing-to-ukraine-mrs-nuland/

Via: http://www.voltairenet.org/article182063.html



Catégories :International

Tags:, , , , , , , , ,

1 réponse

  1. A reblogué ceci sur raimanetet a ajouté:
    est ce que j’ ai une tête a demander « pardon » ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :