Assange: « L’aptitude de la NSA et du GCHQ à surveiller toute la planète est presque un fait accompli »

Image tirée du stream de SXSW - texastribunue.org/livestreal/sxsw2014/

Image tirée du stream de SXSW – texastribunue.org/livestream/sxsw2014/

RT, le 8 mars 2014

La NSA et le GCHQ disposeront prochainement de l’aptitude d’espionner la planète entière alors que leurs capacités doublent tous les dix-huit mois, a dit Julian Assange lors de la conférence South by Southwest (SXSW), samedi dernier.

Le fondateur de WikiLeaks a fait une apparition via Skype au festival de technologie interactive qui se déroule dans la ville d’Austin, au Texas.

« L’aptitude à surveiller tout le monde sur la planète est presque un fait accompli, et sera sensiblement réalisée d’ici quelques années, » a dit Assange. « Et ceci a mené à un énorme transfert de pouvoir des personnes se faisant surveiller vers ceux qui contrôlent le système de surveillance. C’est une version intéressante du pouvoir post-moderne. »

Assange a également posé la question, « Comment se fait-il que l’Internet, que tous considéraient comme étant peut-être le plus grand outil de création humaine qui ait jamais existé, ait en fait été coopté et est maintenant partie prenante de la forme de surveillance étatique la plus agressive que le monde ait jamais vu? »

Il a ajouté que le monde est « dirigé vers un nouveau monde totalitaire – pas dans le sens de Staline ou de Pol Pot, mais totalitaire dans le sens où la surveillance est totale. »

Avant les révélations d’Edward Snowden, les campagnes de relations publiques de la NSA étaient inexistantes, a dit Assange à un large auditoire alors qu’il parlait depuis l’ambassade équatorienne de Londres. En fait, les journalistes se faisaient la blague que NSA voulait dire « no such agency » (pas de telle agence, ndlr).

Snowden, un ancien contractant de l’agence, a exposé l’année dernière des programmes de surveillance massifs menés par la NSA et le GCHQ (Government Communications Headquarters), son homologue britannique. Les révélations ont mis au jour les pratiques d’écoutes des agences sur les réseaux internet, les emails, et les appels téléphoniques de millions de citoyens ordinaires ainsi que de dirigeants politiques.

Assange a fait la critique de l’équilibre actuel du pouvoir comme d’une « dystopie totalitaire« , par quoi il entendait que « la surveillance est totale, et qu’ainsi personne n’existe en dehors de l’état. »

Alors qu’il y a seulement quatre ans l’Internet était un espace plutôt apolitique, il est maintenant – au travers de mouvements tels que le Printemps Arabe et le mouvement Occupy – devenu un outil pour motiver et organiser le changement politique. Ceci veut dire que ceux qui sont au pouvoir vont chercher à contrôler et à surveiller un tel outil, a affirmé l’activiste australien.

Pour illustrer cette affirmation, Assange a désigné Snowden et divers autres lanceurs d’alerte, ainsi que ceux de WikiLeaks.

La journaliste et chercheuse juridique Sarah Harrison, la réalisatrice US de films Laura Poitras et le chercheur en sécurité informatique US Jacob Appelbaum vivent désormais tous en exil effectif à Berlin, tandis que Glenn Greenwald – qui était un auteur freelance pour The Guardian et a écrit plusieurs des articles provenant des révélations d’Edward Snowden sur la NSA – est au Brésil. Edward Snowden lui-même a été contraint de demander l’asile en Russie.

En partie du fait du scandale des fuites sur la NSA, le Brésil est devenu un puissant avocat d’un effort pour la limitation de la surveillance de masse. En avril, le pays essayera d’introduire des changements aux règlements de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN, Société pour l’attribution des noms de domaine et des nombres sur Internet, ndlr). L’ICANN est responsable de la coordination des systèmes globaux de l’Internet.

Mais Assange a averti qu’il sera très difficile de repousser l’essor de la surveillance de masse mondiale, comme les agences de surveillance ont toutes les cartes en main et tout le pouvoir. Spécifiquement, il serait quasiment impossible pour quiconque à l’intérieur du gouvernement de réduire significativement les pouvoirs des agences de surveillance.

« Nous savons ce qui arrive quand un gouvernement devient sérieux: quelqu’un se fait virer, poursuivre en justice, &c. Ces choses-là ne se sont pas produites avec la NSA, » a-t-il dit.

Il a cité en exemple le Général David Petraeus, ancien patron de la CIA, qui s’était fait évincer pour une histoire de scandale d’adultère en 2012 – bien que la version officielle des événements soit qu’il ait donné sa démission après que sa relation extraconjugale ait été découverte par le FBI, a dit Assange.

Avant les révélations de WikiLeaks, « nous ne vivions pas vraiment dans le monde, nous vivions dans une espèce de représentation fictive du monde, » a noté Assange. La surveillance de l’Internet est « la pénétration de notre société citoyenne. Elle implique qu’il s’est engagé une militarisation de notre espace citoyen. Une occupation militaire de l’Internet, de notre espace citoyen, est une affaire très sérieuse. »

« Seul un fou ne connaît pas la peur. Le courage c’est de voir la peur, » a-t-il dit.

Image tirée du stream de SXSW – texastribunue.org/livestream/sxsw2014/

Interrogé pour savoir s’il aurait fait quoi que ce soit de différent au cours des quelques années passées, Assange a fermement déclaré qu’il ne serait pas resté au Royaume-Uni, ajoutant qu’il possède un système de classe déplaisant, pas comme dans son Australie maternelle. Il a dit qu’il avait écouté de mauvais conseils de ses avocats, qui ont grassement profité de la publicité issue de leur représentation de ses intérêts, alors qu’Assange lui-même est resté coincé dans l’ambassade équatorienne pendant plus d’un an et demi.

Assange a affirmé qu’il y avait encore des révélations à suivre, mais sans spécifier de date. « Oui, il y a du matériel important qui arrive, » a-t-il remarqué. « Je n’aime pas donner de dates parce que cela a tendance à donner aux opposants à ce matériel du temps pour broder leurs réponses. »

Assange est voulu en Suède pour répondre à des questions sur une accusation d’agression sexuelle, qu’il clame avoir été fabriquée de toutes pièces afin de le contraindre à un procès aux USA sur le sujet des activités de WikiLeaks. Il a demandé l’asile politique à l’Équateur en juin 2012 et est cloîtré à l’intérieur de l’ambassade équatorienne à Londres depuis le 19 juin 2012. L’asile politique fut formellement accordé à Julian Assange le 16 août 2012.

Une équipe de police est en faction à l’extérieur de l’ambassade de façon permanente, au cas où Assange essayait de s’échapper. Le coût induit par leur présence est estimé s’être déjà élevé à $4.500.000.

Source: http://rt.com/news/assange-surveillance-nsa-total-698/



Catégories :Internet

Tags:, , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :