En avant vers la guerre finale…

The-Apocalypse-Is-Upon-UsPar Paul Craig Roberts, le 28 mars 2014

Obama se rend-il compte qu’il mène les USA et ses états larbins vers la guerre contre la Russie et la Chine, ou Obama se fait-il manipuler vers ce désastre par ses écrivaillons à discours néoconservateurs et les officiels du gouvernement? La première guerre mondiale (et la seconde) a été le résultat des ambitions et des erreurs d’un nombre très restreint de personnes. Seul un chef d’état était vraiment impliqué – le président de la France.

Dans « The Genesis of the World War » (La Genèse de la Guerre Mondiale, ndlr), Harry Elmer Barnes démontre que la première guerre mondiale avait été le fruit de 4 ou 5 personnes. Trois d’entre eux sont saillants: Raymond Poincaré, le président français, Sergueï Sazonov, le ministre russe des affaires étrangères, et Alexandre Izvolski, ambassadeur de Russie en France. Poincaré voulait reprendre l’Alsace et la Lorraine à l’Allemagne, et les Russes voulaient Istanbul et le détroit du Bosphore, qui relie la Mer Noire à la Mer Méditerranée. Ils se sont aperçu que leurs ambitions nécessitaient une guerre générale en Europe et ont œuvré à produire la guerre désirée.

Une Alliance franco-russe fut formée. Cette alliance devint le véhicule pour l’orchestration de la guerre. Le gouvernement britannique, à cause de l’incompétence, de la stupidité ou quoi que ce fut chez son ministre des affaires étrangères, Sir Edward Grey, fut attirée dans l’Alliance franco-russe. La guerre fut déclenchée par la mobilisation de la Russie. Le Kaiser allemand, Wilhelm II, fut taxé de la responsabilité de la guerre bien qu’il ait fait tout ce qui était possible pour l’éviter.

Le livre de Barnes fut publié en 1926. Sa récompense pour avoir confronté les historiens corrompus de la cour avec la vérité a été de se faire accuser de s’être fait payer par l’Allemagne pour écrire son ouvrage. Quatre-vingt-six ans plus tard l’historien Christopher Clark dans son livre, « The Sleepwalkers » (Les Somnambules, ndlr), arrive dans l’ensemble à la même conclusion que Barnes.

Selon l’histoire qui m’a été enseignée la guerre fut imputée à l’Allemagne pour avoir défié la suprématie navale britannique en construisant trop de cuirassés. Les historiens de la cour qui nous ont servi ce conte ont contribué à préparer la seconde guerre mondiale.

Nous sommes à nouveau sur la route d’une guerre mondiale. Il y a cent ans la provocation d’une guerre mondiale par un petit nombre avait dû se faire sous le couvert de la duperie. Il avait fallu prendre l’Allemagne au dépourvu. Les Britanniques avaient dû être manipulés et, bien entendu, les peuples de tous les pays impliqués avaient dû subir la propagande et le lavage de cerveau.

Aujourd’hui l’élan vers la guerre est flagrant. Les mensonges sont flagrants, et l’Occident tout entier y participe, à la fois les médias et les gouvernements.

La marionnette états-unienne, le premier ministre canadien Stephen Harper, a menti ouvertement à la TV canadienne en affirmant que le président russe Poutine avait envahi la Crimée, menacé l’Ukraine, et redémarrait la Guerre Froide. L’animateur de l’émission télévisée est resté assis à opiner du chef pour marquer son accord avec ces mensonges éhontés.

Le script que Washington a livré à sa marionnette canadienne a été remis à toutes les marionnettes de Washington, et partout en Occident le message est le même. « Poutine a envahi et annexé la Crimée, Poutine s’est résolu à reconstruire l’empire soviétique, Poutine doit être stoppé. »

J’entends de la part de Canadiens outragés que leur gouvernement élu représente Washington et pas les Canadiens, mais aussi mauvais que soit Harper, Obama et Fox « News » sont pires.

Le 26 mars j’ai réussi à voir un peu de Fox « News ». L’organe de propagande de Murdoch rapportait que Poutine restaurait la pratique, remontant à l’ère soviétique, de l’exercice physique. Fox « News » a transformé ce reportage en un geste menaçant et dangereux contre l’Occident. Fox a présenté un « expert », dont j’ai saisi le nom comme étant Eric Stecklebeck ou quelque chose comme ça. L’ « expert » a déclaré que Poutine était en train de créer la « jeunesse hitlérienne », avec pour objectif la reconstruction de l’empire soviétique.

Le mensonge transparent et extraordinaire selon lequel la Russie a envoyé une armée en Ukraine et annexé la Crimée est désormais accepté comme un fait partout en Occident, même parmi des critiques de la politique US envers la Russie.

Obama, dont le gouvernement a renversé le gouvernement démocratiquement élu en Ukraine et installé un gouvernement fantoche qui a menacé les provinces russes de l’Ukraine, accuse à tort Poutine « d’envahir et d’annexer » la Crimée.

Obama, ou alors ses contrôleurs et ses programmeurs, comptent sur l’ignorance historique totale des peuples occidentaux. L’ignorance et la crédulité des peuples occidentaux permet aux néoconservateurs états-uniens de modeler les « nouvelles » qui contrôlent leurs esprits.

Obama a récemment déclaré que la destruction états-unienne de l’Irak – jusqu’à un million de personnes tuées, quatre millions de personnes déplacées, une infrastructure en ruines, une violence sectaire qui explose, un pays complètement détruit – est loin d’être aussi néfaste que l’acceptation par la Russie de l’auto-détermination du peuple de Crimée. Le secrétaire d’état US John Kerry a carrément ordonné à Poutine de stopper le référendum et d’empêcher les Criméens d’exercer leur auto-détermination.

Le discours d’Obama, le 26 mars au Palais des Beaux Arts de Bruxelles, est surréaliste. C’est au-delà de l’hypocrisie qu’Obama affirme que les idéaux occidentaux sont menacés par l’auto-détermination en Crimée. La Russie, dit Obama, doit être punie par l’Occident parce qu’elle autorise les Criméens à faire usage de leur auto-détermination. Le retour d’une province russe de son propre gré dans le giron de sa mère patrie, où elle a vécu pendant 200 ans, est présenté par Obama comme un acte de tyrannie dictatoriale, et anti-démocratique.

Et voilà Obama, dont le gouvernement vient juste de renverser le gouvernement démocratiquement élu de l’Ukraine et d’y installer des larbins sélectionnés par Washington en lieu et place du gouvernement élu, qui parlait de l’idéal altier selon lequel « les peuples des nations peuvent prendre leurs propres décisions sur leur avenir. » C’est exactement ce qu’a fait la Crimée, et c’est exactement ce que le putsch US à Kiev a violé. Dans l’esprit tordu d’Obama, l’auto-détermination consiste en des gouvernements désignés par Washington.

Et voilà Obama, qui a taillé en pièces la Constitution US, qui parlait de « droits individuels et de la règle du droit. » Où est la règle du droit? Elle n’est sûrement pas à Kiev où un gouvernement élu a été renversé par la force. Elle n’est sûrement pas aux USA où la branche exécutive a passé la totalité du 21è siècle encore jeune à établir le gouvernement au-dessus de la loi. Le Habeas Corpus, le respect de la procédure, le droit à un procès public et la détermination de la culpabilité par des jurés indépendants, antérieure à toute sentence et/ou exécution, le droit à la vie privée ont tous été bafoués par les régimes Bush/Obama. La torture est interdite par la loi US et le droit international; pourtant Washington a mis en place des prisons où la torture est pratiquée tout autour du monde.

Comment est-il possible que le représentant du gouvernement criminel de guerre US puisse se tenir debout devant un auditoire européen et parler de « règle du droit », de « droits individuels », de « dignité humaine », d’ « auto-détermination » et de « liberté » sans que l’assistance se mette à s’esclaffer?

Washington est le gouvernement qui a envahi et détruit l’Afghanistan et l’Irak sur la base de mensonges. Washington est le gouvernement qui a financé et organisé le renversement des gouvernements de Libye et du Honduras et qui essaye en ce moment-même de faire la même chose à la Syrie et au Venezuela. Washington est le gouvernement qui attaque avec des drones et bombarde des populations dans les pays souverains du Pakistan et du Yémen. Washington est le gouvernement qui a des troupes à travers toute l’Afrique. Washington est le gouvernement qui a encerclé la Russie, la Chine, et l’Iran avec des bases militaires. C’est ce ramassis de criminels de guerre belliqueux à Washington qui atteste maintenant qu’il défend les idéaux internationaux contre la Russie.

Personne n’a applaudi le discours insensé d’Obama. Mais pour que l’Europe accepte des mensonges si flagrants de la part d’un affabulateur sans protester donne de l’énergie à l’élan vers la guerre que nourrit Washington.

Obama réclame que davantage de troupes de l’OTAN soient stationnées en Europe de l’Est pour « contenir la Russie ». Obama a dit qu’un accroissement de forces militaires aux frontières de la Russie rassurerait la Pologne et les Pays Baltes que, en tant que membres de l’OTAN, ils seront protégés d’une agression russe. Ces conneries sont exprimées par Obama en dépit du fait que personne ne s’attende à ce que la Russie envahisse la Pologne ou les Pays Baltes.

Obama ne dit pas l’effet que l’accumulation militaire et les nombreux jeux de guerre aux frontières russes aura sur la Russie. Le gouvernement russe en conclura-t-il que la Russie est sur le point de se faire attaquer, et frappera-t-il en premier? La désinvolture irréfléchie d’Obama est la façon dont commencent les guerres.

Déclarant que « la liberté n’est pas gratuite », Obama met la pression sur l’Europe de l’Ouest pour qu’elle vide encore ses poches pour alimenter une escalade militaire afin d’affronter la Russie.

La position du gouvernement à Washington et de ses pays fantoches (l’Europe de l’Ouest et de l’Est, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Géorgie, le Japon) et d’autres alliés achetés avec des brassées d’argent est que la violation du droit international par Washington par la torture des personnes, par l’invasion de pays souverains sur des prétextes entièrement fallacieux, par le renversement régulier de gouvernements démocratiquement élus qui ne se conforment pas aux diktats de Washington n’est rien d’autre que le « pays indispensable et exceptionnel » apportant « la liberté et la démocratie au monde. » Mais l’acceptation par la Russie de l’auto-détermination du peuple de Crimée à rejoindre leur pays d’origine est « une violation du droit international. »

Au fait, quelle loi internationale Washington et ses marionnettes n’ont-ils pas violée?

Obama, dont le gouvernement a, ces dernières années, martyrisé l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie, la Libye, la Pakistan, le Yémen, la Somalie, le Liban, l’Iran, le Honduras, l’Équateur, la Bolivie et le Venezuela et qui essaye maintenant de malmener la Russie, a carrément déclaré que « les grands pays ne peuvent tout simplement pas maltraiter les pays plus petits. » Que pensent donc Obama et les auteurs de ses discours que Washington ait fait pendant tout le 21è siècle?

Qui peut réellement croire qu’Obama, dont le gouvernement est responsable des morts de personnes tous les jours en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, au Yémen, en Libye et en Syrie, en ait quoi que ce soit à foutre de la démocratie en Ukraine? Obama a renversé le gouvernement ukrainien afin de pouvoir fourrer le pays dans l’OTAN, d’éjecter la Russie de sa base navale sur la Mer Noire, et de planter des bases de missiles en Ukraine, à la frontière russe. Obama est hors de lui que son plan n’ait pas marché comme prévu, et il se défoule de sa colère et de sa frustration sur la Russie.

Alors que l’illusion prend pied à Washington, comme quoi les USA représentent l’idéalisme se dressant fermement face à l’agression russe, illusion permise par les médias presse-titués, par le vote de l’Assemblée Générale de l’ONU et par le chapelet d’états larbins de Washington, l’auto-satisfaction gonfle dans le sein de Washington.

Avec l’auto-satisfaction grimpante viendront davantage d’appels à la punition de la Russie, davantage de diabolisation de la Russie et de Poutine, davantage de mensonges repris par les presse-titués et les marionnettes. La violence ukrainienne contre les résidents russes va probablement s’intensifier de pair avec la propagande anti-russe. Poutine pourrait être contraint d’y envoyer des troupes russes pour y défendre les Russes.

Pourquoi les gens sont-ils si aveugles qu’ils ne voient pas qu’Obama pousse le monde vers sa guerre finale?

Tout comme Obama déguise son agression contre la Russie en idéalisme résistant à des ambitions territoriales égoïstes, les Anglais, les Français, et les États-Uniens avaient présenté leur « victoire » de la première guerre mondiale comme le triomphe de l’idéalisme sur l’impérialisme et les ambitions territoriales des Allemands et des Autrichiens. Mais à la Conférence de Versailles, les Bolchéviques (le gouvernement du Tsar avait échoué à prendre le Bosphore et avait à la place perdu le pays à Lénine) « ont révélé l’existence des fameux Traités Secrets, incarnant un programme de pillage territorial aussi sordide qu’il est possible d’en trouver dans l’histoire de la diplomatie. Il apparaît que les motivations principales réelles de l’Entente pendant la Grande Guerre aient été la saisie de Constantinople et du détroit du Bosphore pour la Russie; non seulement le retour de l’Alsace et de la Lorraine à la France, mais la sécurisation de la rive occidentale du Rhin, ce qui aurait impliqué la saisie de territoire relié historiquement depuis beaucoup plus longtemps à l’Allemagne que l’Alsace et la Lorraine l’aient jamais été à la France; la récompense de l’entrée de l’Italie dans la guerre par de vastes territoires enlevés à l’Autriche et aux Yougoslaves; et la séquestration des possession impériales allemandes, l’acquisition de la marine marchande allemande et la destruction de la marine de guerre allemande dans l’intérêt d’accroître la puissance de l’empire britannique » (Barnes, pp. 691-692). La part US du butin était les investissements allemands et autrichiens saisis aux USA.

Les buts secrets britanniques, russes et français de la guerre ont été cachés au public, qui a été excité par de la propagande fabriquée de toutes pièces pour soutenir une guerre dont l’issue fut très différente des intentions de ceux qui l’avaient déclenchée. Les gens semblent incapables d’apprendre de l’histoire. Nous sommes aujourd’hui témoins du monde se laissant mener par le bout du nez par des mensonges et de la propagande, cette fois-ci au nom de l’hégémonie mondiale US.

Source: http://www.paulcraigroberts.org/2014/03/28/pushing-toward-final-war-paul-craig-roberts/



Catégories :International

Tags:, , , , , , ,

8 réponses

  1. votre système d’impression est pourri. Impression de la première page puis 8 pages avec 1 ligne chacune.

  2. merci pour cette edification

  3. Article passionnant, merci!

    mais selon mon opinion, il est faux et dangereux de faire croire que la guerre est le fait de quelques individus.

    Certes, une étincelle peut suffire à mettre le feu aux poudres, mais faut-il encore que la poudre soit explosive… la poudre, ce sont les peuples. Aux peuples concernés de faire leur choix: nourriront-ils la haine ou la paix dans leurs coeurs, leurs pensées, leurs paroles et leurs actes ?

    • Je comprends ton point de vue, mais je pense qu’il ne faut pas jeter la pierre aux peuples aussi vite.
      Encore quelques mois avant la seconde guerre mondiale, les populations croyaient encore à la paix et il y avait un mouvement pacifiste très vivant dans l’Europe entière, les gens ne voulaient pas la guerre – d’ailleurs, comment la voudraient-ils puisque ce sont eux qui se retrouvent sur les lignes de front, pas ceux qui signent les déclarations de guerre…?
      Les gens réagissent aux événements qui se passent autour d’eux, parce que le reste du temps, il faut aller bosser, s’occuper des gosses, faire les courses…
      Par conséquent, ils réagissent aux informations qu’ils reçoivent par le biais des journaux, de la radio (à l’époque) &c; si les informations qui leur proviennent par ces médias ne sont pas fiables, les gens n’ont pas directement la possibilité de vérifier ces infos – donc ils ont tendance à y croire.
      Mais le fait est que ce sont les gouvernements qui créent les crises diplomatiques qui mènent aux guerres, pas les peuples… Si les peuples décidaient de ce genre de choses, à mon humble avis il n’y aurait jamais de guerre: seuls les « puissants » aiment la guerre – les gens du peuple en souffrent.

    • Ce sont les militaires qui font la guerre au bout de la main des politiques, pas le peuple… Le peuple s occupe en manifestant mais ca ils s en branlent. Ils ont le bouton « On » et ils appuieront dessus quand ils le jugeront opportun. Les peuples ne font que subir (ne le surestime pas, le peuple est une bande d autruche incapable, rien d autre. Tu confonds avec la dissidence je pense)

      • Le peuple a sa conscience pour lui, qu’il le veuille ou non… Le problème c’est qu’il ne s’en rend même pas compte, tout obnubilé qu’il est par le nombril de chacun de ses membres.
        Le gouvernement est une personne morale; les entreprises sont des personnes morales; et pendant ce temps là le peuple se fait niquer le moral à tout bout de champ.
        Quand il se sera aperçu qu’il a une existence réelle et que s’il ne se préoccupe pas de ce qui lui est fait, il verra bien qu’il lui faut sortir la tête du sable et les doigts du cul pour avoir une influence sur son destin…

Rétroliens

  1. En avant vers la guerre finale... | OTenKipass ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :