Le monde est condamné par l’insouciance occidentale

nato-eu-un-nato-400x335Par Paul Craig Roberts, le 26 juillet 2014

Les gouvernements européens et les médias occidentaux ont mis le monde en péril en permettant la propagande et l’agression de Washington à l’encontre de la Russie.

Washington a réussi à se servir de mensonges transparents pour diaboliser la Russie comme un pays dangereux et agressif dirigé par un nouveau Hitler ou un nouveau Staline, tout comme Washington avait réussi à diaboliser Saddam Hussein en Irak, les Talibans en Afghanistan, Qaddafi en Libye, Assad en Syrie, Chavez au Venezuela et, bien sûr, l’Iran.

Les vrais démons – Clinton, Bush, Obama – sont « les personnes exceptionnelles et indispensables », hors d’atteinte de toute diabolisation. Leurs crimes atroces passent inaperçus, tandis que des crimes imaginaires sont attribués aux peuples et aux pays ordinaires et superflus.

La raison pour laquelle Washington diabolise un dirigeant et un pays consiste à permettre la création de circonstances dont Washington puisse se servir pour faire usage de la force contre un dirigeant et un pays.

Les mensonges incessants de Washington alléguant d’une « agression russe » ont inventé une agression russe en la sortant d’un chapeau. John Kerry et Marie Harf du State Department diffusent quotidiennement de nouveaux mensonges, mais sans jamais les accompagner de preuves pour les étayer. Le décor une fois mis en place, le Sénat US, le commandant de l’OTAN et le président des chefs d’état-major interarmes US s’affairent à dynamiser la machine de guerre.

Le rapport 2277 du Sénat autorise l’augmentation des forces armées aux frontières de la Russie et l’élévation du statut de l’Ukraine à celui « d’allié des USA », de façon à ce que des troupes US puissent participer à la guerre contre les « terroristes » en Ukraine.

Le commandant Breedlove de l’OTAN met ses plans au point pour entreposer du matériel de guerre aux frontières de la Russie pour que les troupes des USA/OTAN puissent frapper la Russie plus rapidement.

Président des chefs d’état-major interarmes, le général Martin Dempsey est au turbin à préparer l’opinion publique US à la guerre qui s’annonce.

Le 24 juillet, Dempsey a dit au Forum sur la sécurité d’Aspen, une réunion de haut niveau où l’opinion publique US est façonnée, que l’agression de Poutine en Ukraine était comparable à l’invasion de la Pologne par Staline en 1939 et que la menace russe ne se limite pas à l’Ukraine ou à l’Europe de l’Est, mais qu’elle est globale.

Les intellects présents à Aspen n’ont pas éclaté de rire quand Dempsey leur a dit que l’implication (alléguée mais non prouvée) russe en Ukraine était la première fois depuis 1939 où un pays ait pris la décision consciente d’utiliser sa force militaire à l’intérieur d’une autre nation souveraine afin d’accomplir ses objectifs. Personne n’a demandé à Dempsey ce que Washington faisait depuis les trois dernières régimes présidentiels: Clinton en Serbie, Bush et Obama en Afghanistan, en Irak, en Somalie, au Pakistan, au Yémen, Obama en Libye et en Syrie.

Voici les mots de Dempsey: « Vous avez un gouvernement russe qui a pris la décision consciente d’utiliser sa force militaire à l’intérieur d’une autre nation souveraine afin d’accomplir ses objectifs. C’est la première fois depuis 1939 ou à peu près que ça arrive. Ils sont clairement en chemin pour s’affirmer différemment pas seulement en Europe de l’Est, mais dans le corps de l’Europe, et vis-à-vis des USA. »

Le point de vue de Washington selon lequel le monde leur appartient est si endoctriné que ni Dempsey ni son auditoire de haute volée du Forum d’Aspen n’ont remarqué l’absurdité de sa déclaration. Washington et la population US au cerveau lessivé prennent pour acquis que la « nation exceptionnelle et indispensable » ne soit pas limitée dans ses actions par la souveraineté d’autres pays.

Washington prend pour acquis que la loi US a préséance dans les autres pays sur les propres lois de ces pays – demandez à la France ou à la Suisse, que Washington peut dire à des institutions financières étrangères et à des entreprises avec qui ils peuvent faire affaire et avec qui ils ne le peuvent pas – demandez simplement à chaque pays et entreprise empêché de faire du commerce avec l’Iran, que Washington peut envahir n’importe quel pays dont Washington parvient à diaboliser et renverser le dirigeant – demandez simplement à l’Irak, au Honduras, à la Libye, à la Serbie, et ainsi de suite, et que Washington peut mener des opérations militaires contre des peuples dans des pays étrangers, tels le Pakistan et le Yémen, avec lesquels Washington n’est pas en guerre.

Tout ceci est possible parce que Washington a revendiqué le titre d’Israël de « Peuple Élu de Dieu ». Bien entendu, la perte par Israël du titre n’a pas empêché Israël de continuer à se comporter de la même façon.

Washington a désormais mis la machine de guerre en branle. Une fois que ses roues se mettent à tourner, l’élan lui fait gagner de la vitesse. Les gouvernements et les médias insensés, en fait complètement stupides d’Europe semblent inconscients de l’orchestration de leur avenir – ou de son absence – par Washington, ou alors ils y sont indifférents. Ils se condamnent eux-mêmes ainsi que toute l’humanité par leur insouciance. Que le ciel nous vienne en aide si le premier ministre britannique ou le président français n’est pas invité à la Maison Blanche ou si l’insignifiante Pologne ne reçoit pas son enveloppe de Washington.

Les lecteurs qui ne tolèrent pas les problèmes sans solutions demandent toujours des solutions. OK, voici la solution:

Le seul moyen d’éviter la guerre consiste à ce que Poutine aille présenter son cas devant l’ONU. Si Washington peut envoyer Colin Powell à l’ONU dénué de la moindre vérité pour promouvoir l’affaire de Washington contre l’Irak, Poutine devrait pouvoir apporter son cas devant l’ONU, contre la guerre de Washington contre la Russie.

Le postulat que l’empereur est nu est facile à faire.

À l’inverse de Washington, Poutine souhaite partager les preuves dont dispose la Russie sur qui fait quoi en Ukraine. C’est une affaire simple que d’établir que Washington a fomenté un coup d’état qui a renversé un gouvernement élu, soutient la violence dirigée contre ceux qui s’opposent à ce coup d’état, et reste sourd aux appels répétés de la Russie à ce que Kiev et les séparatistes négocient leurs différends.

Poutine devrait rendre clair au monde entier que Washington continue les surenchères militaires provocatrices contre la Russie, avec des amoncellements de troupes aux frontières de celle-ci et des appels à davantage de renforts, avec S.2277 qui se lit comme une préparation à la guerre des USA, avec des actions provocatrices et des accusations venant des généraux US les plus gradés et de responsables du gouvernement dirigées contre la Russie, et avec des efforts pour isoler la Russie et lui infliger des torts économiques et politiques.

Poutine devrait rendre clair au monde qu’il y a une limite aux provocations que peut tolérer la Russie et que la Russie croit être en danger d’une frappe nucléaire préventive de la part de Washington. Poutine peut décrire le retrait de Washington du traité ABM (anti-missile balistique, ndlr), la construction de bases ABM aux frontières de la Russie, et le changement annoncé dans la doctrine de guerre qui élève les forces nucléaires US d’un rôle de représailles à un rôle de première frappe préventive. Ces actions sont clairement dirigées contre la Russie (et la Chine – réveilles-toi, Chine! Tu es la suivante!).

Il faut dire aux gouvernements du monde, surtout aux vassaux de Washington en Europe, au Canada, en Australie et au Japon, qu’il est de leur responsabilité de cesser leur encouragement à l’agression de Washington, ou bien d’accepter leur responsabilité pour la Troisième Guerre Mondiale.

Au moins pourrions-nous avoir le plaisir de regarder l’arrogante Samantha Power et le lâche caniche britannique se lever et sortir de l’assemblée de l’ONU. Il ne fait absolument aucun doute que Washington soit incapable de répondre aux allégations.

Ici encore se retrouve la « Doctrine Wolfowitz » qui contrôle la politique étrangère US et qui condamne à mort la Planète Terre:

Notre premier objectif est d’empêcher la ré-émergence d’un nouveau rival, soit sur le territoire de l’ancienne Union Soviétique ou ailleurs, qui pose une menace de l’ordre de celui naguère posé par l’Union Soviétique. C’est là une considération dominante sous-tendant la nouvelle stratégie de défense régionale et qui requiert que nous œuvrions à empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources seraient, sous un contrôle consolidé, suffisantes pour générer un pouvoir global.

Une puissance hostile est définie comme n’importe quel pays qui ne soit pas un vassal de Washington.

La Doctrine Wolfowitz engage les USA, ses peuples, les alliés crédules de Washington de l’UE et ces peuples à la guerre contre la Russie et la Chine. À moins que la Russie et la Chine ne se rendent, le monde sera détruit.

La destruction du monde est ce que favorisent les gouvernements stupides de l’UE et les médias occidentaux pressetitués par leurs encouragements appuyant les mensonges et les agressions de Washington.

Source: http://paulcraigroberts.org/2014/07/26/world-doomed-western-insouciance-paul-craig-roberts/

Et: http://globalresearch.ca/the-world-is-doomed-by-western-insouciance/5393604



Catégories :Opinion

Tags:, , , , , , , , , , , , ,

2 réponses

  1. Poutine attend sagement la première frappe contre laquelle il est préparé. Il connaît trop bien la veulerie US. Il faut qu’Obama frappe le premier pour décrédibiliser à jamais les US.

Rétroliens

  1. Le monde est condamné par l’insouciance occidentale « GLOBAL RELAY NETWORK | raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :