Échec et Mat: le piège en or de Vladimir Poutine

kalinichenko112314-1Par Dmitry Kalinichenko, le 15 novembre 2014

Très peu de gens comprennent ce que fait Poutine actuellement. Et presque personne ne comprend ce qu’il va faire dans les temps à venir.

Tout aussi étrange que cela puisse paraître, mais d’ores et déjà, Poutine ne vend du pétrole et du gaz naturel russes qu’en échange d’or physique.

Poutine ne le crie pas sur les toits. Et bien sûr, il accepte encore les dollars US comme moyen intermédiaire de paiement. Mais il échange illico tous ces dollars obtenus de la vente de pétrole et de gaz naturel pour de l’or physique!

Afin de le comprendre, il suffit de regarder la dynamique de croissance des réserves en or de la Russie et de comparer ces données aux revenus d’échanges monétaires de la Fédération de Russie provenant de la vente de pétrole et de gaz naturel sur la même période.

kalinichenko112314-2

En outre, au troisième trimestre les achats par la Russie d’or physique sont au plus haut niveau qu’ils aient jamais atteint. Au troisième trimestre de cette année, la Russie avait acheté une quantité phénoménale d’or, à hauteur de 55 tonnes. C’est plus que toutes les banques centrales de tous les pays du monde au même moment (selon les données officielles)!

Au total, les banques centrales de tous les pays du monde ont acheté 93 tonnes du métal précieux au troisième trimestre de 2014. Cela a été le quinzième trimestre consécutif d’achats nets d’or par des banques centrales. Des 93 tonnes d’achats d’or par des banques centrales autour du monde durant cette période, le montant le plus conséquent d’achats – 55 tonnes – appartient à la Russie.

Il n’y a pas si longtemps, des scientifiques britanniques sont parvenus avec succès à la même conclusion que celle qui fut publiée il y a quelques années dans la Conclusion de l’US Geological Survey. C’est-à-dire: l’Europe ne parviendra pas à survivre sans approvisionnement énergétique provenant de la Russie. Traduit de l’anglais dans n’importe quelle langue cela signifie: « le monde ne parviendra pas à survivre si le pétrole et le gaz naturel russes sont soustraits à la balance globale d’approvisionnement en énergie ».

Ainsi le monde occidental construit sur l’hégémonie du pétrodollar est dans une situation catastrophique, dans laquelle il ne peut survivre sans approvisionnement énergétique venant de Russie. Et la Russie n’est maintenant prête à vendre son pétrole et son gaz naturel à l’Occident qu’en échange d’or physique! Le piège dans le jeu de Poutine, c’est que le mécanisme de vente d’énergie russe à l’Occident uniquement en échange d’or fonctionne déjà, que l’Occident veuille ou non payer pour le pétrole et le gaz naturel russes avec son or artificiellement peu cher.

Puisque la Russie dispose d’un flux constant de dollars de la vente de pétrole et de gaz naturel, elle parviendra à convertir ces dollars pour acheter de l’or au prix actuel, tiré vers le bas de toutes les façons par l’Occident. Ceci équilibre le prix de l’or, qui avait été artificiellement et méticuleusement abaissé par la Fed et l’ESF (Fonds de Stabilisation des Échanges, Exchange Stabilisation Fund, ndlr) à plusieurs reprises… par le pouvoir d’achat artificiellement gonflé du dollar à travers la manipulation des marchés.

Fait intéressant: la manipulation à la baisse des cours de l’or par cette administration spéciale du gouvernement US – l’ESF – en vue de stabiliser la valeur du dollar est devenue une loi aux USA.

Dans le monde financier il est (généralement) considéré que l’or est anti-dollar… c’est-à-dire que le prix de l’or est inversement proportionnel à la valeur du dollar.

  • En 1971, le Président US Richard Nixon avait fermé la « fenêtre de l’or », mettant fin au libre échange de dollars pour de l’or, garanti par les USA en 1944 aux accords de Bretton Woods.
  • En 2014, le Président russe Vladimir Poutine a ré-ouvert la « fenêtre de l’or », sans en demander la permission à Washington.

En ce moment l’Occident dépense une bonne partie de ses forces et de ses ressources à tirer vers le bas les prix de l’or et du pétrole. Ainsi donc, d’une part pour distordre la réalité économique existante en faveur du dollar US… et d’autre part, pour détruire l’économie russe, qui refuse de jouer le rôle de vassal obéissant de l’Occident.

Aujourd’hui des biens tels que l’or et le pétrole semblent proportionnellement affaiblis et excessivement sous-évalués face au dollar US. C’est la conséquence d’un énorme effort économique de la part de l’Occident.

Et désormais Poutine vend les ressources énergétiques russes en échange de ces dollars US, artificiellement soutenus par les efforts de l’Occident. Avec ces dollars produits des ventes Poutine achète immédiatement de l’or, artificiellement dévalué contre le dollar US par les efforts de l’Occident lui-même!

Il y a un autre élément intéressant au jeu de Poutine. C’est l’uranium russe. Une ampoule sur six aux USA dépend de sa fourniture, que la Russie vend aussi aux USA… pour des dollars.

Donc, en échange du pétrole, du gaz naturel et de l’uranium russes, l’Occident paye la Russie avec des dollars US, dont le pouvoir d’achat est artificiellement gonflé vis-à-vis de l’or et du pétrole par les efforts (manipulations) de l’Occident. Cependant, Poutine ne se sert de ces dollars que pour soustraire de l’or physique à l’Occident en échange d’un prix défini en dollars US, artificiellement abaissé par le même Occident.

Cette combinaison économique véritablement brillante de la part de Poutine met l’Occident, emmené par les États-Unis, dans la position d’un serpent dévorant agressivement et diligemment sa propre queue.

L’idée de ce piège économique en or pour l’Occident n’a probablement pas son origine chez Vladimir Poutine lui-même. C’est plus sûrement l’idée du conseiller en affaires économiques de Poutine – le Dr. Sergey Glazyev. Sinon pourquoi le bureaucrate Glazyev, sensiblement sans implication dans le monde des affaires a-t-il été, avec beaucoup d’hommes d’affaires russes personnellement inclus dans la liste des personnes sanctionnées par Washington? L’idée d’un économiste, le Dr. Glazyev, a été brillamment exécutée par Poutine… mais avec tout l’aval de son collègue chinois, Xi Jinping.

kalinichenko112314-3

Dans ce contexte, la déclaration en novembre du premier Président Adjoint de la Banque Centrale de Russie (BCR) Ksenia Yudaeva semble particulièrement intéressante. Elle a souligné que le cas échéant, la BCR pouvait se servir de l’or dans ses réserves pour payer ses importations. Il est évident qu’au regard des sanctions du monde occidental, cette déclaration est adressée aux pays des BRICS, en premier desquels la Chine. Pour la Chine, la disposition de la Russie à payer des biens avec de l’or occidental est très commode. Et voici pourquoi:

La Chine a récemment annoncé qu’elle allait cesser d’augmenter ses réserves d’or et de monnaie sous la dénomination de dollars US. Prenant en considération le déficit commercial croissant entre les USA et la Chine (la différence actuelle est d’un facteur de cinq fois en faveur de la Chine), alors cette déclaration traduite depuis le jargon financier signifie: « la Chine arrête de vendre ses marchandises pour des dollars ». Les médias mondiaux ont choisi de ne pas prêter attention à ce plus marquant des événements monétaires historiques récents. Le sujet n’est pas que la Chine refuse littéralement de vendre ses marchandises pour des dollars US. La Chine, bien entendu, continuera à accepter des dollars US comme moyen intermédiaire de paiement pour ses marchandises. Mais, ayant pris les dollars, la Chine s’en débarrassera immédiatement et les remplacera par autre chose, dans la structure de ses réserves en or et en monnaie. Sinon la déclaration faite par les autorités monétaires chinoises perd son sens: « nous arrêtons l’augmentation de nos réserves d’or et de monnaie, sous la dénomination de dollars ». Cela veut dire que la Chine n’achètera plus de bons du Trésor US avec des dollars acquis via le commerce avec n’importe quel pays, comme elle le faisait auparavant.

Ainsi, la Chine remplacera tous les dollars qu’elle recevra dorénavant pour ses marchandises non seulement des USA mais du monde entier par quelque chose d’autre, pour ne pas augmenter ses réserves d’or et de monnaie définies en dollars. Et voici une question intéressante: avec quoi la Chine va-t-elle remplacer tous les dollars issus de son commerce? Avec quelle monnaie ou quel bien? L’analyse de la politique monétaire chinoise actuelle démontre certainement que les dollars venant du commerce, ou une portion substantielle d’entre eux, la Chine va les remplacer discrètement et de facto le fait déjà, par de l’or.

De ce point de vue, la partie de solitaire des relations russo-chinoises est extrêmement profitable à la fois pour Moscou et pour Beijing. La Russie achète des marchandises à la Chine directement pour de l’or à son prix actuel. Tandis que la Chine achète des ressources énergétiques russes pour de l’or à son prix actuel. Dans ce festival de la vie russo-chinoise, il y a de la place pour tout: des marchandises chinoises, des ressources énergétiques russes, de l’or – comme moyen de paiement mutuel. Seul le dollar US n’a aucune place dans ce festival de la vie. Et ce n’est pas surprenant. Parce que le dollar US n’est pas un produit chinois, ou une ressource énergétique russe. Ce n’est qu’un moyen intermédiaire de règlement – et un intermédiaire superflu. Et il est de coutume d’exclure les intermédiaires superflus des interactions entre deux partenaires commerciaux indépendants.

Il importe de noter par ailleurs que le marché global pour l’or physique est extrêmement petit en comparaison du marché mondial des ressources pétrolières physiques. Et surtout le marché global pour l’or physique est microscopique en comparaison de la totalité des marchés mondiaux de livraison de pétrole, de gaz naturel, d’uranium et de marchandises.

L’accent est mis sur les mots « or physique » parce qu’en échange de ses ressources énergétiques physiques, pas « sur le papier », la Russie soustrait aujourd’hui de l’or à l’Occident mais seulement sous son aspect physique, pas « sur le papier ». La Chine accomplit la même chose en recevant de l’Occident de l’or physique artificiellement dévalué comme paiement pour la livraison de marchandises réelles à l’Occident.

Les espérances entretenues par l’Occident que la Russie et la Chine veuillent bien accepter comme paiement pour leurs ressources énergétiques et marchandises  de la… « monnaie de singe » ou « or sur le papier » sous quelque forme que ce soit, n’ont pas prospéré. La Russie et la Chine ne sont intéressées que par de l’or tangible, et seulement le métal physique, comme moyen final de paiement.

Pour référence: le turnover du marché d’or sur le papier, ou uniquement d’options sur l’or, est estimé à $360 milliards par mois. Mais la livraison physique d’or ne représente que $280 millions par mois. Ceci donne un ratio d’échange d’or sur le papier face à l’or physique de 1000 pour 1.

En utilisant le mécanisme de retrait actif du marché d’un bien financier (l’or) artificiellement dévalué par l’Occident en échange d’un autre bien financier (USD) artificiellement surévalué par l’Occident, Poutine a ainsi démarré le compte à rebours qui mène à la fin de l’hégémonie planétaire du pétrodollar. De cette manière, Poutine a placé l’Occident dans un étau, en l’absence de perspectives économiques saines.

L’Occident ne peut dépenser que tant d’efforts et de ressources à augmenter artificiellement le pouvoir d’achat du dollar, abaisser les prix du pétrole et artificiellement dévaluer le pouvoir d’achat de l’or. Le problème de l’Occident est que les stocks d’or physique en sa possession ne sont pas inépuisables. Par conséquent, le plus l’Occident dévalue le pétrole et l’or contre le dollar US, le plus rapidement il perd de l’or dévalué de ses réserves qui ne sont pas infinies.

Dans cette combinaison économique brillamment jouée par Poutine, l’or physique des réserves de l’Occident afflue rapidement vers la Russie, la Chine, le Brésil, le Kazakhstan et l’Inde (c’est-à-dire les pays des BRICS). Au rythme actuel de réduction des réserves d’or physique, l’Occident n’a tout simplement pas le temps de faire quoi que ce soit contre la Russie de Poutine jusqu’à l’effondrement de tout le monde occidental du pétrodollar. Aux échecs la situation dans laquelle Poutine a placé l’Occident, emmené par les USA, est celle du « problème de temps ».

Le monde occidental n’a jamais affronté des événements et phénomènes économiques comme ceux qui se produisent en ce moment. L’ancienne URSS a rapidement vendu de l’or pendant la chute des prix de l’or. Aujourd’hui, la Russie achète rapidement de l’or pendant la chute des prix du pétrole. Ainsi, la Russie pose une réelle menace au modèle états-unien de domination du monde par le pétrodollar.

Le principe essentiel du modèle du monde selon le pétrodollar est de permettre aux pays occidentaux, emmenés par les États-Unis, de vivre aux dépens du labeur et des ressources d’autres pays… sur la base du rôle de la monnaie US, dominante dans le Système Monétaire International (SMI). Le rôle du dollar US dans le SMI est qu’il est le mode ultime de paiement. Ceci signifie que la monnaie nationale des USA dans la structure du SMI est l’ultime accumulateur de biens, en face duquel l’échange de n’importe quel autre bien n’a pas de sens.

Emmenés par la Russie et la Chine, ce que font actuellement les BRICS est en réalité de changer le rôle du dollar US dans le SMI. De l’ultime mode de paiement et d’accumulation de biens, la monnaie nationale des USA, par le biais des actions conjointes de Moscou et de Beijing, ne devient rien de plus qu’un moyen intermédiaire de paiement, dont l’usage n’est entendu que pour l’échange de ce moyen de paiement intermédiaire pour un autre et le bien financier ultime – l’or. Ainsi, le dollar US perd en réalité son rôle comme mode ultime de paiement et d’accumulation de biens, cédant ces deux rôles à un autre bien monétaire reconnu, dénationalisé et dépolitisé – L’OR!

Traditionnellement, l’Occident a utilisé deux méthodes pour éliminer la menace à l’hégémonie du modèle du pétrodollar dans le monde, et aux privilèges excessifs pour l’Occident qui en ont découlé:

L’une de ces méthodes est celle des révolutions colorées. La seconde méthode qui est habituellement employée par l’Occident si la première échoue, c’est l’agression militaire et les bombardements.

Mais dans le cas de la Russie ces deux méthodes sont soit impossibles soit inacceptables pour l’Occident.

Parce que tout d’abord la population russe, contrairement aux populations de beaucoup d’autres pays, ne désire pas échanger sa liberté et l’avenir de ses enfants pour de la kielbasa occidentale (saucisse à la viande). Ceci est évident vu les taux d’approbation records de Poutine, régulièrement publiés par les plus éminentes agences de sondages occidentales. L’amitié personnelle du protégé de Washington Navalny (opposant politique de Vladimir Poutine, ndlr) avec le Sénateur John McCain a joué pour lui un rôle particulièrement néfaste. Ayant appris ce fait des médias, 98% de la population russe ne perçoit désormais Navalny que comme un vassal de Washington et un traître aux intérêts nationaux russes. Donc les professionnels occidentaux, qui n’ont pas encore perdu l’esprit, ne peuvent rêver d’une quelconque révolution colorée en Russie.

Pour ce qui est de la seconde méthode traditionnelle d’agression militaire directe, la Russie n’est sûrement pas la Yougoslavie, l’Irak ou la Libye. Dans toute opération militaire non-nucléaire contre la Russie, sur le territoire de la Russie, l’Occident emmené par les USA est condamné à la défaite. Et les généraux du Pentagone, qui exercent le vrai commandement des forces de l’OTAN, en sont conscients. Tout aussi désespérée est une guerre nucléaire contre la Russie, y compris le concept d’une prétendue « frappe nucléaire préventive ». L’OTAN n’est tout simplement pas techniquement capable de livrer un coup qui désarme le potentiel nucléaire de la Russie dans toutes ses manifestations. Une frappe de représailles nucléaires massives contre l’ennemi ou un éventail d’ennemis serait inévitable. Et sa puissance totale suffira pour que les survivants envient les morts. C’est-à-dire, un échange de frappes nucléaires avec un pays comme la Russie n’est pas une solution pour le problème imminent de l’effondrement du monde du pétrodollar. C’est, dans le meilleur des cas, une dernière note et le dernier point de l’histoire de son existence. Dans le pire des cas – un hiver nucléaire et la ruine de toute vie sur la planète, à l’exception des bactéries qui auront muté à case des radiations.

L’establishment économique occidental peut voir et comprendre l’essence de la situation. Des économistes occidentaux éminents sont certainement conscients de la gravité du problème et du désespoir de l’impasse dans laquelle se trouve le monde occidental, dans le piège doré de Poutine. Après tout, depuis les accords de Bretton Woods, nous connaissons tous la règle d’or en vigueur: « celui qui a plus d’or impose les règles ». Mais tout le monde en Occident reste silencieux là-dessus. Silencieux parce qu’aucun ne sait comment sortir de cette situation.

Si vous expliquez au public occidental tous les détails du désastre économique à venir, le public posera aux promoteurs du monde du pétrodollar les plus horribles questions, qui ressembleront à ceci:

– Combien de temps l’Occident pourra-t-il acheter du pétrole et du gaz naturel à la Russie en échange d’or physique?

– Et qu’arrivera-t-il au pétrodollar US, après que l’Occident aura épuisé tout son or physique pour payer du pétrole, du gaz naturel et de l’uranium russes, ainsi que pour payer pour des marchandises chinoises?

Aujourd’hui, personne en Occident ne peut répondre à ces questions, qui semblent simples.

Et cela, Mesdames et Messieurs, cela s’appelle « Échec et Mat ». La partie est finie.

Traduit du russe par Kristina Rus

Source: http://investcafe.ru/blogs/mbcy/posts/46245

Via: http://www.gold-eagle.com/article/grandmaster-putins-golden-trap



Catégories :International

Tags:, , , , , , , , , , , , , ,

34 réponses

  1. donc si on regardant bien malgré les sanctions infliger par les occident contre la russie de poutine,la russie est un allier incontournable de l’europe.ce monde serai merveillé si jour ces grandes puissance peuvent revoir leurs droit de veto et arrêté de torpiller les autres ce monde serait enfin stable.

  2. alors pourquoi les russes achètent de l’or ? tout simplement parce que le rouble connait une crise sans précédent et c’est malheureux que vous y fassiez pas mention dans cette article… ils essayent tout simplement de stabiliser leur monnaie, et sachez que par exemple la France détient la 3eme réserve mondiale d’or avec 2.500 tonnes, donc la Russie essaye juste de sauver les meubles n’essayons pas de leur ajouter une théorie du complot sur le dos, la vraie question serait de savoir pourquoi ils essayent d’annexer l’Ukraine, ensuite la Chine détient prés de 1.000 milliards de dollars de bon au trésor américain, ce qui entraîne une sur dépendance de la Chine face aux américains et étant donné que leur monnaie n’a aucune valeur internationale ils essayent eux aussi de trouver une valeur refuge ce qu’est l’or, puisque ce dernier est réputé pour avoir une valeur stable, mais si vous daignez observer un tant sois peu les évolutions du cours sur l’année passé vous verrez que sur les 3 derniers mois sa valeur a augmenté de 30% environ, quant aux réserves de pétrole, c’est que de grandes quantités de pétrole de schiste ont été découverte et leur cout de transformation étant d’environ 30$ le baril pour 5-10$ pour le pétrole saoudien ces derniers tentent simplement de crasher les entreprises naissantes qui essayent de vendre le pétrole de schiste probablement pour s’en emparer eux-mêmes ça n’est qu’une pratique anti concurrentielles pour évincer de futurs concurrents, faites plus de recherches avant de publier de tels articles, tout ce qu’on lit ce n’est qu’une longue répétitions de la Russie « le grand satan » va faire quelque chose d’horribles avec son éternel allié communiste la Chine mais on sait pas quoi … à bon entendeur salut

  3. Article très intéressant!
    Dommage que presque aucune source (rapports, articles, interview, discours…) ne vienne appuyer votre travail, sans quoi on ne sait ce qui doit être pris « pour argent comptant ».
    Peut-être votre analyse relève-t-elle de l’évidence pour un initié mais entant que profane des problématiques russes, difficile de s’y retrouver.

    Passionnant sujet quoi qu’il en soit.

    • Si vous désirez plus de renseignements sur la suite de ce très bon texte, vous devriez lire le livre 666 (des talons d’or justement et rien a voir avec un chiffre satanique) et voir le site quotidien.com. Accrochez-vous bien et bon courage à tous. La vérité est en marche et rien ne peux la contenir ….

  4. Un pur bonheur que de lire tous ces commentaires. Français plus qu’approximatif, niveau CE1, et encore.
    Le niveau intellectuel nettement en dessous de zéro. Je sais que chacun peut s’exprimer, mais respecter l’orthographe et la syntaxe est un minimum. Signer de son nom ou même d’un pseudo, quelle honte pour le rédacteur d’afficher autant d’incompétences.

    • Et quelle fatuité de ta part que de le relever, bouffi de l’importance que tu te prêtes. Peu importe l’orthographe ou même la syntaxe, le principal est de se faire comprendre.
      Nous avons compris, de par ton commentaire, que tu la pètes bien niveau orgueil… Sinon, quelque chose d’intéressant à dire?

  5. Alors doit on acheter de l or

  6. L’Allemagne n’a pas récupéré la totalité de son or, d’autres pays aussi… l’Europe l’a dans le C… !!!

  7. Les pays européen demanderons leur or a la FED pour payer leurs factures , certains pays ont déjà commencer a rapatrier leur or , comme les pays bas je croit , mais faut ce dépêcher , y en auras surement pas pour l’monde ! lol

  8. Un chasseur sachant chasser, chasse sans son chien; et achette tous faciles si la bursse n’est pas sienne.

  9. Article idiot et pseudo-informé tout droit sorti de l’usine à propagande russe du FSB

  10. la fin de l’occident est notre reve a tous,parce que nous soufrons trop en afrique des concequences du neocolonialisme

  11. c’est con à dire la encore la soluce se trouve dans les énergie renouvelable

    • Non, la première chose à faire est la sobriété énergétiques, préparez les vélos. Ensuite la deuxième chose faire c’est améliorer l’efficacité énergétique des systèmes et seulement en troisième position l’énergie solaire.

    • Aucune chance.

      Déjà, les EnR, c’est quasiment que de l’électricité : ça ne convient pas pour le transport de marchandises, et à peine pour le transport individuel (voitures électriques = 0.5% des ventes, en grande majorité achetées par le secteur publique).

      Ensuite, il faut connaître les ordres de grandeur:
      « David MacKay, L’énergie durable – pas que du vent – Paris, December 2012 »
      http://www.youtube.com/watch?v=BhqQ8IGPEJE

      La réalité, c’est que nous avons mangé notre pain blanc. Le futur, c’est le mode de vie version Amish.

      • Tout à fait d’accord. Voir des documentaires comme « Collapse » ou « Sans Lendemain » sur YouTube ou lire Kunstler, Greer et consorts. D’ailleurs, une voiture même électrique a cinq pneus – roue de secours comprise – nécessitant… 25 litres de pétrole chacun !, sans parler du plastique des tableaux de bord, etc, issu lui aussi du pétrole. Le lithium des batteries ne se trouve qu’en Amérique du Sud, où il faut l’extraire avec des machines qui sont faites en acier, les haut fourneaux pour le produire n’étant pas solaires que je sache, puis l’acheminer par cargos, qui ne sont pas à voiles, le transformer, d’où une dépense énergétique, des structures industrielles, etc. Fabriquer un panneau solaire c’est l’équivalent de deux tonnes et demi de charbon en dépense énergétique, c’est bourré de métaux/terres rares (dont 97% se trouvent en Chine et s’épuisent à toute allure). D’ici dix à quinze ans les réserves de zinc seront épuisées, dont plus d’acier résistant à la corrosion pour fabriquer les pylônes des éoliennes. Etc. Etc. Bref, parfois j’ai l’impression d’entendre les Témoins de Jéhova qui, lorsque j’opposais des arguments frappés au coin du bon sens et basés sur l’arithmétique, me rétorquaient que « Jéhova trouvera bien une solution ». Je doute que les scientifiques nous trouvent des solutions miracles et il faut nous résigner à admettre que nous vivons dans un monde fini aux ressources finies également et non renouvelables pour beaucoup, dont le pétrole. Alors oui, mode de vie version Amish et c’est dès à présent qu’il faut s’y préparer. Et d’ailleurs, les Amish de mes Amish sont mes Amish (faut bien conserver un peu d’humour, non ?)

    • on sait pas stocker les énergies renouvelables ce qui est leur plus gros problèmes alors que le pétrole, le charbon, l’uranium ou encore l’eau ça on sait ^^

  12. Méfions-nous ! Les Russes, et en général les Slaves, sont TRES FORTS AUX ECHECS !

  13. L’Europe va serieusement mal et tous les indicateurs macro laissent predire une calamite econoique sans precedent en Europe. Des efforts meritent d’etre engage pour eviter ce sunami.

    • Le problème, c’est que 95% du transport se fait avec du pétrole et que, si les déplacements individuels sont déjà compliqués sans pétrole, on n’a aucune solution pour le transport de marchandises (camion électrique?).

      En plus, la grande majorité de la population, et même les responsables politiques, n’ont toujours pas compris que le pic de pétrole est déjà une réalité : le problème n’est pas dans cinquante ans.

      La voiture du futur:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9lomobile

  14. Sauf que du pétrole il y en a partout …si on y met le prix ,non?

    • Eu égard aux contrats déjà en cours entre tous les pays consommateurs de pétrole et aux capacités comme aux prévisions de production dans le proche avenir, l’analyse est tout à fait correcte 🙂

    • Justement ! « Si on y met le prix », MAIS LEQUEL ?

    • Sauf que cette ressource, comme beaucoup d’autres, n’est pas inépuisable et qu’on a déjà passé le pic pétrolier. Quand on achète un pack de douze bières on sait parfaitement qu’on n’en boira sûrement pas une treizième à l’œil sortie du même pack, même si on est plein aux as. Ce qui reste de pétrole, moins de la moitié avec une demande qui explose, est le plus difficile à extraire et à raffiner et le moins rentable en considération du ratio énergie investie/énergie retirée (en 1860 un baril investi produisait cent barils, aujourd’hui un baril investi ne produit parfois plus que un baril et demi, comme avec les sable bitumeux (c’est dire si ça sent le pourri que les Nord Américains investissent là dedans en salopant tout). Continuer de croire que « Quand y’en a plus, y’en a encore ! » c’est vivre dans le déni, ce que sait si bien faire l’humanité arrogante (oui, je sais, on ne mérite pas le sort des dinosaures… ?) qui ne veut surtout pas se priver. On a vécu deux générations comme des gosses gâtés et capricieux livrés à eux-mêmes dans une confiserie qui se seraient goinfrés ; mais là on va commencer à le payer, mais pas en argent ni en or (même le roi Midas avait fini par comprendre qu’il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas transformer systématiquement en or).

  15. A reblogué ceci sur Michelduchaineet a ajouté:
    Combien de temps l’Occident pourra-t-il acheter du pétrole et du gaz naturel à la Russie en échange d’or physique?

    – Et qu’arrivera-t-il au pétrodollar US après que l’Occident aura épuisé tout son or physique pour payer du pétrole, du gaz naturel et de l’uranium russes, ainsi que pour payer pour des marchandises chinoises?

    Aujourd’hui, personne en Occident ne peut répondre à ces questions qui semblent si simples.

    Et cela, Mesdames et Messieurs, cela s’appelle « Échec et Mat ». La partie est finie.

    • Ce n’est pas encore « Echec et Mat », l’US et l’Occident ont les pouvoirs sur le pétrole du golf arabe qui représente presque la moitié de la matière première du monde. Ils ont toujours du réserve.

Rétroliens

  1. Échec et Mat: le piège en or de Vladimir Poutine | GLOBAL RELAY NETWORK | salimsellami's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :