Des liens entre le réseau pédocriminel de Westminster et l’associé pédophile du Prince Andrew

Jeffrey Epstein à gauche, et le Prince Andrew à droite

Jeffrey Epstein à gauche, et le Prince Andrew à droite

Par Undercoverinfo, le 5 janvier 2015

Au cours de ces derniers jours, les journaux et la blogosphère ont été inondés d’articles sur la plainte civile aux USA qui comprend l’allégation que le Prince Andrew, le Duc de York, ait eu des relations sexuelles avec une fille mineure – Virginia Roberts – par l’intermédiaire de Jeffrey Epstein, un partenaire en affaires états-unien du prince et pédocriminel condamné. Nous pouvons désormais révéler que l’un des noms figurant dans le carnet d’adresses d’Epstein est celui de l’homme qui avait supervisé la première enquête sur un réseau pédocriminel à Westminster.

De plus amples détails sont fournis ci-dessous, incluant une copie de l’énoncé de la plainte soumise au procès par les plaignantes listées dans l’affaire actuelle contre Epstein, et des pdfs des pièces à conviction présentées lors de ce procès.

1. La connexion Havers?

Selon les déclarations des plaignantes, le répertoire téléphonique personnel d’Epstein contenait 26 numéros de téléphone rien que pour le Prince Andrew. Nous pouvons également révéler que le répertoire téléphonique comprenait des détails sur Sir Michael Havers, l’ancien Procureur Général britannique: ceci peut être révélateur, étant donné que Havers avait supervisé la première enquête sur le réseau pédocriminel notoire de Westminster. Havers a été Procureur-Général de 1979 à 1987 et a fait l’objet d’une série d’allégations, parmi lesquelles d’avoir concouru à faire cesser l’enquête sur Elm Guest House, d’avoir essayé d’empêcher que Sir Peter Hayman soit cité au Parlement par Geoffrey Dickens MP (dans le cadre d’une affaire de pédocriminalité, ndlr) et d’avoir tenté de restreindre l’enquête sur le scandale d’abus sexuels au foyer pour garçons de Kincora. La sœur de Havers, la Baronne Butler-Sloss, fut contrainte de démissionner de la direction d’une autre enquête sur des abus sexuels à l’encontre d’enfants à une plus grande échelle, parce qu’elle était considérée comme étant « trop près du sérail ». (« too establishment », ndlr). (Pour davantage de détails sur le réseau pédocriminel de Westminster, voir plus bas, à la section 4)

2. Les documents et les allégations

Les déclarations fournies par les plaignantes – chacune ayant pris le nom de ‘Jane Doe’ – furent faites le 30 décembre 2014, résultant en celle qu’a rendue la monarchie britannique (voir section 3 plus bas). Ceci est aussi disponible au format pdf.

Voici également les copies des pièces relatives au procès d’Epstein: cliquez ici et ici.

Dans la déclaration fournie à la Cour, Virginia Roberts – listée comme ‘Jane Doe #3’ – affirme que:

  • en 1999 elle fut conditionnée à l’âge de 15 ans pour être une ‘esclave sexuelle’ pour le compte d’Epstein par Ghislaine Maxwell (la fille du défunt magnat de la presse tombé en disgrâce, Sir Robert Maxwell)
  • elle fut par la suite l’objet d’un trafic sexuel pour des politiciens US, des hommes d’affaires importants, un ‘premier ministre très connu’, des présidents étrangers et des leaders mondiaux
  • quand elle avait 17 ans (aux USA l’âge de consentement est de 18 ans), elle a eu un rapport sexuel avec le Prince Andrew à Londres, à New York et sur une île des Îles Vierges appartenant à Epstein
  • Epstein avait l’intention de faire chanter ceux qui avaient pris part aux relations sexuelles
  • Alan Dershowitz, l’avocat d’Epstein, a eu des rapports sexuels avec elle à plusieurs reprises

Le texte va plus loin pour affirmer que le Prince Andrew s’est servi de son influence sur le gouvernement US pour assister Dershowitz à négocier:

  • une courte peine pour son client de 18 mois (pour un rapport sexuel avec une fille de 14 ans), dont il n’a purgé que 13 mois
  • un accord pour que les associés d’Epstein soient exempts de poursuites (sans pour autant ne pas avoir à comparaître, en cas de citations en tant que témoins au cours de tout procès futur)
  • que les affaires comprenant plus de 40 victimes d’abus sexuels ne soient pas poursuivies plus avant

L’accord négocié pour Epstein atteste que: « Si Epstein remplit tous les termes de cet accord, les États-Unis conviennent également qu’ils n’engageront pas de poursuites criminelles contre tout potentiel co-consiprateur d’Epstein, y compris mais pas seulement [quatre individus cités, ni le Prince Andrew ni Dershowitz]. » En d’autres termes, si le Prince Andrew est considéré comme co-conspirateur il pourrait échapper à des poursuites criminelles (mais pas forcément en cas d’accusations soulevées lors d’un procès civil).

Après qu’Epstein ait été relâché de prison, le Prince Andrew et lui se sont rencontrés et ont été photographiés ensemble à Central Park, à New York. Toutefois, à cause de son association avec Epstein, il a été contraint d’abandonner son rôle d’émissaire commercial du Royaume-Uni.

3. Les dénégations

Au cours du week-end, Buckingham Palace a rendu publique une dénégation inhabituellement phrasée de façon très ferme, sur toute liaison entre le prince et la fille. La déclaration affirmait initialement que « toute suggestion d’inconvenance envers des mineurs » de la part du duc était « catégoriquement fausse ». Dans une deuxième déclaration ferme samedi soir, un porte-parole de Buckingham Palace a dit: « Il est énergiquement nié que le Duc de York ait eu quelque forme de contact ou de relation sexuelle avec [la femme]. Les allégations sont fausses et sans aucun fondement. »

Maxwell et Dershowitz ont aussi fermement nié toutes les allégations, et Dershowitz a menacé les plaignantes de poursuites judiciaires.

Que le Prince Andrew soit contraint ou non de fournir un témoignage lors d’une audition au Tribunal concernant Epstein ou Virginia Roberts, Buckingham Palace pourrait se voir obligé d’adopter des mesures plus défensives, pour protéger la réputation de la ‘Firme’ contre ces allégations, et d’autres.

Ce qui nous ramène à l’enquête en cours sur le réseau pédocriminel basé à Londres dans les années ’70/’80 et au meurtre de trois enfants…

4. L’autre scandale sexuel royal

Le réseau pédocriminel des années ’70/’80 était lié aux orgies sexuelles à Elm Guest House et dans un appartement à Dolphin Square. L’intérêt récent et renouvelé pour les faits qui s’y sont déroulés est en partie la conséquence du fait que le sujet ait été abordé par les députés travaillistes Tom Watson et John Mann; il est actuellement sous investigation par une section de la Metropolitan Police. Voici quelques détails de fond sur le scandale…

La réseau pédocriminel a initialement fait l’objet d’une enquête à la suite de la présentation d’un dossier par la défunte ministre travailliste, la Baronne Barbara Castle. Le dossier alléguait que Sir Keith Joseph et Sir Rhodes Boyson, d’autres députés, des policiers haut-gradés, des enseignants éminents et des membres du clergé étaient impliqués dans le réseau et qu’il y avait aussi des « liens avec la maison royale ». L’activiste conservateur Anthony Gilberthorpe a déclaré qu’il avait fourni 40 pages de preuves sur des membres du gouvernement abusant de garçons mineurs à Margaret Thatcher et que Joseph, Boyson, le Dr. Alastair Smith et Michael Havers étaient impliqués. Gilberthorpe affirma aussi qu’il avait fourni des garçons mineurs prostitués pour des fêtes sexuelles privées lors de conférences du party Tory (conservateur, ndlr), et qu’il était prêt à en témoigner au cours de n’importe quelle enquête.

Après que Castle ait compilé le dossier, elle le remit à Don Hale, l’éditeur respecté de son journal local, le Bury Messenger. M. Hale affirma plus tard qu’une ‘sombre meute’ d’officiers de la Special Branch avait fouillé son bureau et confisqué le dossier, un jour après que le député Libéral (centriste, ndlr) Cyril Smith lui ait rendu visite pour lui demander d’enterrer l’histoire. Le député Labour (travailliste, ndlr) Geoffrey Dickens présenta plus tard le dossier Castle au ministre du gouvernement Tory Sir Leon Brittain (qui a récemment déclaré qu’il avait été ‘perdu’ par le Home Office (ministère de l’intérieur britannique, ndlr)).

Plus récemment, l’affaire a pris de la vitesse quand la police a reçu un autre dossier de la main de John Mann MP, qui nomme 22 individus: ceux-ci comprennent six parlementaires en exercice dans un dossier antérieur (trois députés et trois sénateurs), 14 politiciens conservateurs, 5 politiciens travaillistes et 3 politiciens d’autres partis. Encore, deux des politiciens nommés dans ce dossier sont Sir Keith Joseph et Sir Rhodes Boyson.

Il est accrédité que l’appartement de Dolphin Square (et peut-être Elm Guest House) ait été le lieu où trois enfants ont été assassinés: un garçon a été étranglé par un député conservateur, un deuxième garçon a été assassiné par deux hommes devant un autre député conservateur, et un troisième garçon fut délibérément renversé par une voiture.

Note…

Les allégations d’inconvenances sexuelles impliquant des membres de la famille royale remontent à des décennies – les plus récentes dans l’histoire récente incluent l’Affaire Profumo, où il fut largement entendu que l’une des figures de l’establishment assistant aux orgies sexuelles organisées par Lord Astor et qui y arrivait en portant un masque de fer était un membre d’un rang très élevé dans la famille royale. Une autre personnalité éminente qui a eu des rapports sexuels avec la mondaine Christine Keeler était John Profumo, ministre de la guerre. Cependant, Keeler avait aussi des relations sexuelles avec l’attaché naval russe, le Capitaine Yevgueny Ivanov. Le scandale qui en résulta vit la mise en accusation de l’ostéopathe Stephen Ward – qui fut faussement accusé de vivre des gains immoraux engrangés par Keeler et son amie, Mandy Rice-Davies. Le procès de Ward qui suivit mena à sa condamnation. Après avoir écouté les conclusions accablantes du Juge Ward aurait fait une overdose de somnifères, et fut emmené à l’hôpital. Le jour suivant il fut déclaré coupable in abstentia des charges relevant de Keeler et Rice-Davies. La sentence fut repoussée jusqu’à ce que Ward soit en mesure de se présenter, mais quelques jours plus tard il succomba à l’overdose (bien qu’il ait été suggéré que Ward ait été tué par un ou des agents agissant pour le MI6). Dans les retombées, où Profumo fut contraint de démissionner de son poste, il devint évident qu’il avait menti au Parlement; peu de temps après, le gouvernement conservateur s’effondra. Mais le détail du ‘membre de haut rang de la famille royale’ fut, certains pourraient dire, commodément ‘oublié’.

Source: http://undercoverinfo.wordpress.com/2015/01/05/westminster-child-abuse-inquiry-link-to-prince-andrew-paedophile-associate/



Catégories :Société

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :