#SorosLeaks: orchestration de crises migratoires, manipulation médiatique et trafics d’influence

unnamedPar Tyler Durden, le 16 août 2016

Deux jours après que le collectif DCLeaks ait piraté l’Open Society Foundation de George Soros, plusieurs révélations remarquables ont émergé de ce lot de données équivalant à plus de 2 500 documents qui exposent la stratégie interne de l’organisation, mettent en lumière certaines des tactiques employées par Soros pour peser sur la crise des réfugiés en Europe tout en en tirant des profits; le financement opportuniste de, et l’influence exercée sur des organisations médiatiques, l’octroi de liquidités pour divers groupes « pro-démocratie » dont le notoire La Raza, et la ligne financière accordée à diverses organisations prônant la « justice sociale » tout en payant pour surveiller la couverture médiatique défavorable dont celle de Pamela Geller.

Un mémorandum particulier ayant fuité, précédemment exposé en détail par le Daily Caller, avance que la crise des réfugiés en Europe devrait être acceptée comme étant la « nouvelle norme » et qu’elle offre de « nouvelles opportunités » pour la progression de l’influence de l’organisation de Soros sur les politiques d’immigration à l’échelle mondiale. L’administratrice de programme Anna Crowley et la spécialiste de programme de l’OSF Katin Rosin ont co-signé ce mémorandum daté du 12 mai, intitulé « Examen de Portefeuille de Gouvernance et d’Application Migratoire« .

Cette revue de neuf pages établit trois points: l’OSF est parvenue à influencer la politique d’immigration mondiale; la crise des réfugiés en Europe présente de « nouvelles opportunités » pour que l’organisation accroisse son influence sur la politique migratoire mondiale; et la crise des réfugiés est la « nouvelle norme ».

Comme les auteures l’écrivent lors de l’introduction, l’un des objectifs de l’examen est « d’évaluer l’efficacité des approches que nous avons utilisées pour impulser un changement au niveau international. » Une section du document intitulée « Nos Travaux » décrit comment le think-tank le moins transparent des USA a travaillé avec certains des « meilleurs dans le domaine » pour « façonner l’élaboration des politiques migratoires et peser sur les processus régionaux et mondiaux, affectant la manière dont sont gérés les flux migratoires. »

Ceci peut être d’un intérêt particulier pour les Allemands, dont la majorité s’oppose aux politiques de la « porte ouverte » de Merkel dans le sillage des récents attentats terroristes sur le territoire allemand.

Dans une section intitulée, « Nos Ambitions », les auteures expliquent: « Notre propos, en nous engageant dans un travail en rapport avec la gouvernance était que, en plus de pallier aux effets négatifs de l’application [des politiques migratoires], nous avions également à soutenir des acteurs sur le terrain cherchant pro-activement à modifier les politiques, règles et règlements qui gouvernent les flux migratoires. »

Elles écrivent que « nous pensions aussi que des progrès réalisés au niveau régional ou international pouvaient créer une impulsion en faveur d’un changement politique ou de l’application de normes existant aux niveaux nationaux. Nous avons délibérément évité le terme « gouvernance mondiale » parce qu’il n’existe aucun système unique au niveau mondial pour la gestion de la migration. »

La même section affirme plus loin que l’IMI [International Migration InstituteInstitut International sur la Migration, NdT] « a dû être sélectif et opportuniste, surtout au niveau mondial, dans son soutien aux acteurs éminents dans le domaine afin de faire progresser la réflexion sur la migration et de mieux coordonner les efforts pour sa défense et pour sa réforme. Nous avons soutenu des initiatives, des organisations et des réseaux dont les travaux sont directement en lien avec nos objectifs dans ces champs d’application. »

« Très tôt, l’IMI a identifié une poignée d’organisations capables de s’engager vis-à-vis de la migration au niveau mondial et transnational, élevant la portée du travail de l’IMI au-delà du niveau national, » explique une autre section du document intitulée « Notre Place ».

« Celles-ci comprennent des think-tanks éminents tel que le Migration Policy Institute [MPI, Institut sur la Politique Migratoire, NdT] et des réseaux de défense civique tel que l’International Detention Coalition [IDC, Coalition Internationale sur la Détention, NdT]. » (Les auteures notent plus loin que le MPI, un groupe de défense fortement engagé en faveur de l’amnistie des immigrés illégaux aux USA, « est parfois critiqué pour l’étroitesse de ses liens avec les gouvernements, [mais] un financement flexible de la part de l’OSF lui a permis de conserver une certaine indépendance vis-à-vis des gouvernements qu’il conseille. »)

Le mémo relève également que « l’IMI a joué un rôle central pour influencer et établir les objectifs des deux nouveaux financements indirects [du Programme Européen pour l’Intégration et la Migration] pour le Régime d’Asile Européen Commun [Common European Asylum System, CEAS, NdT] et pour la détention des immigrés.

Plus important, le mémorandum explique comment la crise des réfugiés en Europe ouvre des portes à l’organisation de Soros pour davantage influencer les politiques migratoires mondiales.

Les auteures notent que « la crise des actuelle des réfugiés crée un espace ou repenser la gouvernance de la migration et le régime international en faveur des réfugiés. » Une raison en est que les pays en développement qui constituent le Groupe des 77 aux Nations Unies étaient motivés par la crise des réfugiés pour conserver les thèmes relatifs à l’immigration à « l’ordre du jour au niveau mondial », affirme le mémorandum. « La crise des réfugiés et la crainte que les intérêts des migrants fuyant la pauvreté, les changements climatiques, la violence généralisée ou les catastrophes naturelles soient dédaignés dans ces fora a généré chez les pays du G77 la volonté d’assurer que d’autres thèmes autour de la migration demeurent à l’ordre du jour au niveau mondial. »

Elles expliquent aussi que la crise actuelle fournit de « nouvelles opportunités » pour peser sur les politiques migratoires à l’échelle du monde entier.

Le climat actuel offre de nouvelles opportunités pour réformer la gouvernance migratoire au niveau mondial, que ce soit par le biais du système multi-latéral existant, ou par la réunion d’un ensemble d’acteurs voués à penser de façon plus innovante. Notre intérêt de longue date et notre investissement dans le travail à l’échelle mondiale font que nous disposons de beaucoup des bons partenaires et sommes aptes à assister la navigation d’autres acteurs dans cet espace.

Le document déclare, « La crise des réfugiés offre de nouvelles opportunités » pour « la coordination et la collaboration » avec d’autres donateurs fortunés.

C’est presque comme si la crise des réfugiés en Europe avait été projetée et préparée, pas seulement par les organisations de Soros, mais par d’autres qui profiteraient d’un changement dans l’évolution de la « gouvernance migratoire » régionale, c’est-à-dire la réimposition de règles concernant la souveraineté comme la Grèce en a fait l’amère expérience voici plusieurs mois, lorsque sa souveraineté s’est vue reléguée à la disposition de la nation à participer au programme d’accueil des réfugiés de l’Union Européenne.

Cela ne surprendra personne que selon ce document, les décideurs de la politique migratoire ont besoin de considérer la crise des réfugiés comme étant la « nouvelle norme ». L’une des conclusions listées dans le mémorandum est, « Accepter la crise actuelle en tant que nouvelle norme et avancer au-delà du besoin de réagir. »

En observant nos partenaires alors qu’ils réagissent et s’adaptent à la nouvelle réalité, à la lumière de la nouvelle crise en Europe et en Méditerranée, nous constatons que peu d’attention est portée vers la planification à long terme ou vers de nouvelles approches de protection civique.

La conclusion met aussi l’accent sur le besoin de lutter contre « l’intolérance croissante envers les migrants. » Comment Soros entend « lutter » demeure incertain.

—∼—

Il va sans dire qu’afin de promouvoir son agenda européen concernant les réfugiés, l’organisation de Soros a besoin d’alliés européens qui lui soient acquis. Dans ce but, elle dispose d’un mémo conçu rien que pour ça, intitulé « Alliés fiables au Parlement Européen (2014-2019) » et dans lequel elle souligne l’importance de la construction de relations « durables et confiantes » avec des eurodéputés « susceptibles de vouloir soutenir le travail d’Open Society. »

Cette cartographie fournit à l’Open Society European Policy Institute et au réseau d’Open Society des renseignements sur les membres du 8ème Parlement Européen susceptibles de soutenir les valeurs d’Open Society pendant la législature courant de 2014 à 2019.

Elle couvre 11 comités et 26 délégations, ainsi que les plus hautes instances de prise de décisions du Parlement Européen: 226 eurodéputés qui sont des alliés avérés ou probables d’Open Society.

La présence d’un(e) eurodéputé(e) dans cette cartographie indique qu’il ou elle est susceptible de soutenir les travaux d’Open Society. Ils doivent être approchés avec un esprit ouvert: bien qu’ils désirent certainement travailler dans des domaines qui les intéressent, ils peuvent aussi accepter d’entendre parler de nouveaux thèmes.

Au-delà de la discussion sur des sujets précis, Open Society devrait chercher à construire des relations durables et confiantes avec ces législateurs européens.

Le mémorandum de 177 pages contient beaucoup plus de détails.

—∼—

Au-delà de la crise des réfugiés en Europe, la fuite de données offre d’autres importants aperçus de l’influence de Soros dans les affaires mondiales.

Un mémo, qui est un résumé du « Ukraine Media Project » [Projet Médiatique en Ukraine, NdT] expose comment Soros influence la couverture médiatique des événements en Ukraine, un fait précédemment abordé dans un article de 2015 intitulé « Des emails piratés exposent George Soros comme marionnettiste en Ukraine« .

Dans ce mémo révélant comment Soros espère « couvrir » les événements en Ukraine, les auteurs reconnaissent que « ce n’est pas du journalisme indépendant et nous pourrions nuire à notre crédibilité auprès des journalistes » et avouent que « les journalistes peuvent produire des articles n’ayant aucun rapport avec le genre de récit que nous cherchons à diffuser ou des histoires qui sont contre-productives (appuyant des discours fascistes etc.) ».

Journalisme d’investigation: Sélectionnez des journalistes venant des 5 pays ciblés (Allemagne, France, Espagne, Italie, Grèce) et offrez-leur des séjours de reportages de longue durée en Ukraine. Plutôt que de spécifier leurs sujets d’écriture ils devraient faire des suggestions pour des articles; nous conservons un droit de véto sur les histoires que nous considérons contre-productives. Il est suggéré de prendre directement contact avec les journalistes afin d’en déterminer l’intérêt.

Pours:

Approche similaire à ce que nous avons fait pour d’autres voyages de presse

Opportunité de construire des relations avec des journalistes et des officines médiatiques

Opportunité de diversifier les rapports sur l’Ukraine en contenus plus longs, examinant des angles informatifs non-exclusifs

Contres:

Crédibilité: l’approche avec « véto » implique qu’il ne s’agit pas de journalisme indépendant et nous pourrions nuire à notre crédibilité auprès des journalistes.

Contrôle: les journalistes peuvent produire des articles n’ayant aucun rapport avec le genre de récit que nous cherchons à diffuser ou des histoires qui sont contre-productives (appuyant des discours fascistes etc.).

Interférence: Quelles que soient les nuances revêtant cet ensemble, nous pourrions renforcer les soupçons de manipulation de la part de GS/OSF [George Soros/Open Society Foundation, NdT]

Placement: La publication des articles n’est pas garantie et présente une barrière significative à la réussite du projet

—∼—

Nous tournons désormais notre attention vers les USA, pour lesquels nous trouvons un mémorandum qui « fournit un bref résumé des financements locaux et nationaux par les Programmes US au cours des trois dernières années. »

Tout au long de ses quinze années d’histoire, les Programmes US ont complété leur travail au niveau national par des octrois de bourses au niveau des états ou au niveau local. Le Emma Lazarus Fund, la Southern Initiative, le Program on Reproductive Health and Rights, et la Youth Initiative ont tous eu une forte présence dans des états comme la Louisiane, la Caroline du Nord, le Texas, l’état de New York et la Californie. De cette façon, les Programmes US ont non seulement fait progresser des thèmes centraux prioritaires au niveau national, mais ils ont aussi travaillé à permettre à des acteurs locaux et au niveau des états de jouer un rôle plus déterminant dans l’orientation de la discussion autour de la justice criminelle, de la politique concernant les drogues, les droits des immigrés, la sécurité du gouvernement, ainsi que d’autres thèmes cruciaux au niveau des états.

Le mémo fait des allusions indirectes au financement de BLM (BlackLivesMatter) par Soros:

Pour fournir un soutien au Baltimore Education Research Consortium [Consortium de Recherche sur l’Éducation de Baltimore, NdT], y compris la création d’un poste de directeur exécutif/$196 000/OSI-Baltimore/2009

Pour soutenir la série d’articles de l’American Journalism Review [Revue du Journalisme US, NdT] sur la crise du journalisme aux USA avec une attention particulière à, entre autres, la couverture des agences fédérales et des gouvernements des états, y compris le Maryland/$200 000/Fonds d’Opportunités Stratégiques/2009

En outre, voici la confirmation du financement par Soros et de son soutien en faveur d’organisations de « Justice Sociale », extraite d’un mémo dévoilant le « Fonds pour la Démocratie et le Pouvoir« , qui expose son ambition de construire un « pouvoir sur des bases étatiques »:

Faire avancer la justice sociale dans les états critiques à travers une organisation et des prises de position positives reposant sur l’état, là où les opportunités de faire avancer (ou les menaces envers) la société ouverte [« open society » en anglais, NdT] sont particulièrement présentes.

C’est presque étonnant de constater combien le contrôle sur les causes des « guerriers de la justice sociale » [SWJ, « Social Justice Warriors », NdT] est peu onéreux.

democracy and power fund

[Note: les chiffres dans les colonnes représentent des unités de MILLIONS de dollars US, à l’échelle de tout le territoire des USA]

—∼—

Encore un autre mémo ajoute davantage de détails sur le financement de cinq autres organisations supplémentaires, dont la notoire La Raza [groupe de défense des droits des Latinos aux USA, NdT].

soros la raza

—∼—

Parmi les documents ayant fuité nous en trouvons aussi un sur le Center for American Progress, ou CAP, dont l’objectif est « de soutenir le Projet d’Examen de la Bigoterie Anti-Musulmane ». Nous sommes certains que diverses organisations conservatrices seront curieuses à ce sujet car le CAP, dans le cadre des ses activités, doit effectuer « des recherches et suivre les activités des avocats les plus éminents de l’Islamophobie » dont Pamela Geller, Frank Gaffney, David Horowitz, Robert Spencer, Cliff May, Liz Cheney et ainsi de suite:

Contact d’experts sur le sujet

La première étape du CAP sera d’interviwer et de rallier au Projet les journalistes, chercheurs, intellectuels et leaders du mouvement anti-haine qui étudient et écrivent sur l’Islamophobie, et de développer un pool d’experts bien informés et crédibles vers lesquels les journalistes et les décideurs politiques puissent se tourner pour des informations. Comme élément de ce processus, le CAP contactera Media Matters for America, FAIR, le Muslim Affairs Council, l’American Muslim Civic Leadership Institute, Muslim Advocates, l’Interfaith Center of New York,  le Southern Poverty Law Center, et la cohorte de leaders musulmans émergeant du Projet des Young Muslim American Voices [jeunes voix musulmanes US, NdT] du CAP, géré par le Faith and Progressive Policy Institute [institut de foi et de politique progressiste, NdT] du CAP.

Audit des activités et concertation stratégique

Le CAP effectuera des recherches et suivra les activités des avocats les plus éminents de l’Islamophobie, comprenant Stop Islamization of America dirigé par Pamela Geller; le Center for Security Policy, dirigé par Frank Gaffney; le Freedom Center de David Horowitz, qui sponsorise Jihad Watch de Robert Spencer; le Middle East Forum, dirigé par Daniel Pipes; la Foundation for Defense of Democracies, dirigée par Cliff May; et Keep America Safe, dirigé par Liz Cheney. De plus, le CAP examinera le rôle joué par les médias de droite, le mouvement du Tea Party, des politiciens de premier plan, des commentateurs et des donateurs conservateurs dans la diffusion de l’hystérie anti-musulmane. Ces recherches formeront la base d’un audit du CAP sur les activités islamophobes qui alimenteront une stratégie conçue par à peu près deux douzaines de chercheurs et de défenseurs de cette cause, comprenant des représentants d’organisations progressistes et des communautés AMEMSA [Arab, Middle East, Muslim and South Asian – Arabe, Moyen-Orientale, Musulmane et d’Asie du Sud, NdT]. Les participants devront formuler des stratégies pour combattre la bigoterie anti-musulmane. La réunion est prévue pour le premier trimestre de 2011.

Nous continuons à creuser les fichiers pour trouver davantage de liens, financiers ou autres, entre Soros et diverses branches du gouvernement US, ainsi que du quatrième pouvoir [la presse].

Source: http://www.zerohedge.com/news/2016-08-16/soros-hack-reveals-plot-behind-europes-refugee-crisis-media-funding-and-manipulation

Traduit par Lawrence Desforges



Catégories :International

Tags:, , , , , , , , , , ,

3 réponses

Rétroliens

  1. Soros, le Shelob du Nouvel Ordre Mondial - Les Observateurs
  2. Cellule44Esprit d'Elie, de Jean-BaptisteLa pieuvre Soros. Série : « Soros, le Shelob du Nouvel Ordre Mondial » (I)
  3. Révélations sur la nébuleuse de Soros : Il finance au moins 14 ONG anti-israéliennes, il est « l’artisan de toutes les révolutions des 25 dernières années  | «Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :