Élections françaises : pour qui voter si l’on est de gauche ?

serveimagePar Gearóid Ó Colmáin, le 10 avril 2017

Tandis qu’approchent les élections présidentielles en France, nombreux sont les gens qui désirent savoir quels sont les candidats qui s’engagent à rompre clairement avec l’impérialisme atlantiste. Les électeurs doivent interroger la droite et la gauche, à cet important carrefour de l’histoire de France.

Le candidat à la présidence François Asselineau de l’Union Populaire Républicaine (UPR), le mouvement populaire à la croissance la plus rapide en France, a condamné sans équivoque le bombardement US d’une base aérienne en Syrie la semaine dernière. Il a décrit le Président Trump comme étant le « Tsipras américain ».

La dirigeante du Front National Marine Le Pen, qui était jusque-là très favorable à Donald Trump, a également condamné le bombardement US en Syrie. Elle a pris la défense de la souveraineté nationale de la Syrie et du droit de sa population à l’auto-détermination. Le Pen a appelé au lancement d’une enquête internationale indépendante sur les allégations faites à l’encontre du gouvernement syrien.

Jean-Luc Mélenchon, tête de file de la « France Insoumise », a été – sans surprise – plus ambigu dans ses déclarations. Il a condamné l’usage d’armes chimiques, de la part de n’importe qui. Cependant, il n’a pas condamné le fait de bombarder une nation souveraine au nom des « droits de l’homme ».

Il a choisi plutôt de critiquer la méthode unilatérale des États-Unis pour bombarder la Syrie: le Président Hollande et la Chancelière Merkel sont responsables d’avoir laissé les États-Unis s’engager dans une action unilatérale sans aval de l’ONU.

Traduction: « Hollande et Merkel portent toute la responsabilité de laisser à Trump seul le pouvoir de frapper qui il veut quand il veut. »

Mélenchon est-il de gauche?

Il y a beaucoup de gens en France qui vous diront que Jean-Luc Mélenchon est un authentique candidat « de gauche ». De fait, certaines organisations affirmant être « marxistes-léninistes » ont donné leur soutien à l’ancien député trotskyste du PS! Nous sommes en train de parler d’un homme qui a toujours été un ardent soutien de l’ultra-capitaliste Union Européenne; un soutien de François Hollande, d’extrême droite, au cours de sa déplorable campagne de 2012, et un défenseur du bombardement « humanitaire » de la Libye en 2011 – l’une des guerres les plus atroces du dernier demi-siècle.

Jean-Luc Mélenchon est un impérialiste, un belliciste et un traître de classe. Mais il parle bien, et cache sa nature réactionnaire avec une phraséologie éloquente qui anime les foules. Par conséquent, je ne suis pas surpris de voir le Pôle de Renaissance Communiste Français (PRCF), un groupe dissident brejneviste, le soutenir; ils ont échoué à faire une analyse scientifique concrète de l’URSS pendant trente ans de révisionnisme catastrophique, et désormais la même pose politique anti-dialectique est évidente chez eux, de par leur soutien pour Mélenchon.

La condamnation de Trump par Le Pen est un geste avisé, en ce qui concerne ses chances électorales. Le Pen jouit d’un soutien croissant parmi la classe laborieuse et, bien qu’elle ne soit pas une anti-impérialiste, elle a été régulière dans son opposition aux guerres d’agression de l’OTAN déguisées en interventions humanitaires. Alors que Mélenchon avait approuvé le bombardement massif de la Libye en 2011, Le Pen s’y était sagement opposée. Dans le cadre de ce débat-là, c’est clairement Mélenchon qui était fasciste.

Et comme il fallait s’y attendre, les déclarations de Mélenchon sur le bombardement de la Syrie par Trump fournissent la preuve de tout ce que j’ai pu dire de lui depuis plus de 6 ans. Mélenchon et ses adeptes ne sont pas contre le bombardement de la Syrie, ils sont contre le bombardement emmené unilatéralement par les USA. Ils préfèrent un bombardement mandaté par l’ONU et dirigé par la France, comme pour la Libye en 2011.

Au contraire de Le Pen, Jean-Luc Mélenchon a profité d’un appui considérable de la part des agences de presse libérales de l’oligarchie. Ils proclament maintenant qu’il pourrait devenir l’adversaire principal de Le Pen au deuxième tour de l’élection présidentielle. Pour les gauchistes peu conscients de la théorie marxiste et encore moins de l’histoire de la gauche, les ostentations verbeuses de Mélenchon critiquant la politique française en Syrie semblent anti-impérialistes. Mais creusez un peu sous la surface, et vous découvrirez vite que Mélenchon n’est qu’un emballage sans contenu. Désormais, il pérore que la guerre en Syrie n’est qu’une affaire de « pipe-lines ». C’est ce que nous avons dit depuis 6 ans!

Maintenant, quand la foule des supporters de Mélenchon – dont certains sont d’authentiques gauchistes – pose des questions gênantes pendant ses rassemblements, il concède que la guerre en Syrie n’est pas tout à fait une « révolution ». Puis il enchaîne avec le tropisme petit-bourgeois classique: c’est la faute des Amerloques! La France devrait former une politique indépendante au Moyen-Orient, s’exclame-t-il. Pour autant, ce qu’il entend vraiment par là c’est que c’est la France qui devrait ouvrir la route dans les campagnes humanitaires de bombardement, et qu’elle devrait le faire sous l’égide des Nations Unies – des phrases de gauche et un front uni avec la droite, comme aurait dit le vieux Lénine.

Aucune quantité de paroles pontifiantes en louange de la révolution bolivarienne ou du progressisme latino-américain ne changera le fait que Mélenchon est un chauviniste national.

Il est beaucoup plus proche du fascisme que Le Pen. Nous définissons le fascisme comme le règne de l’oligarchie financière. L’oligarchie financière est plus favorable à Mélenchon qu’à Le Pen. Le maire de Janvry, Christian Schoettl, a récemment accusé Mélenchon d’abus de biens sociaux. Les allégations contre le leader de la France Insoumise sont plus sérieuses que celles portées contre le candidat des « Républicains », François Fillon. Pourtant, et comme si cela prouvait la véracité des allégations de Schoettl, Le Monde a promptement pris la défense de Mélenchon.

Dans une vidéo sur YouTube, Schoettl affirme que Mélenchon est protégé par l’oligarque, fabricant d’armes et patron de presse Serge Dassault, parce que Mélenchon est précisément le genre « d’anti-capitaliste » dont a besoin le capitalisme pour empêcher sa déchéance, et entretenir l’illusion de la démocratie et de la liberté.

Démagogie de gauche

Mélenchon est le candidat de l’intellectuel lecteur de Bourdieu, du fonctionnaire amer, de l’écologiste bien intentionné; de l’anti-raciste théorique; du syndicaliste désespéré, de l’étudiant rebelle et de l’arrogant libéral de gauche. En bref, Mélenchon est le reflet parfait de toutes les raisons, de toutes les raisons lugubres qui font que nous vivons dans un régime qui impose l’austérité à nos travailleurs tout en cherchant à les remplacer par des esclaves importés, qui encourage l’avortement, le mariage gay et l’euthanasie ou quoi que ce soit qui nie les forces productives vitales, ou qui distrait les masses laborieuses des vrais problèmes – tout ce qui peut plaire à l’oligarchie. De quoi Mélenchon est-il le nom? C’est le nom de la mort, de la mort de l’espoir en un avenir socialiste, le cadavre du capitalisme préservé dans la cire.

Dans le débat présidentiel à 11, il a fallu trois candidats trotskystes pour créer l’impression que les pauvres étaient représentés dans les élections. Philippe Poutou, du Nouveau Parti Anti-Capitaliste (NPA), est apparu vêtu d’un jean et d’un pull. Voyez-vous, si vous êtes un travailleur et que vous les représentez, vous devez leur ressembler! Le déguisement théâtral des politiciens de gauche, c’est à peu près ce qui ce fait de mieux pour les pauvres de nos jours.

Mélenchon porte souvent une espèce de version débraillée d’un costume et aime enlever la cravate. La cravate est de droite! Tout cela fait partie de l’infantilisation de la politique: tout n’est qu’une affaire de forme, d’image et de simplification idéologique – toujours le signifiant, jamais le signifié.

Aucun des Trotskystes ne propose vraiment la propriété collective des moyens de production et la planification étatique centralisée, en dépit du fait que les forces productives des économies avancées ont toutes posé les fondations techniques d’une transition réussie vers le socialisme/communisme.

Ceci étant dit, nous ne devons pas nous faire d’illusions sur le Front National non plus; ils ont soutenu des criminels fascistes comme Augusto Pinochet et Francisco Franco. Ils ont reçu de l’argent du milliardaire coréen Sung Myung Moon, mécène généreux d’escadrons de la mort en Amérique Latine.

Cependant, il importe également de reconnaître que l’anti-communiste Moon était encensé par le dirigeant nord-coréen Kim Il Jun, pour ses efforts dans la promotion de la paix dans la péninsule coréenne et pour l’unification nationale. Oscar Wilde disait que la vérité n’est jamais pure et rarement simple. La maxime de Wilde correspond, à fortiori, à l’état du monde de la politique.

Il serait mal avisé de ne pas s’intéresser au populisme sous sa forme actuelle. Si Jean-Marie Le Pen, un ancien travailleur, déteste la gauche, les communistes authentiques devraient comprendre son point de vue. Si je croyais qu’un seul des candidats trotskystes de l’élection présidentielle était vraiment de gauche, je serais détenteur d’une carte du parti du Front National! Mais ils ne sont pas de gauche. Depuis la collaboration de Léon Trotsky avec l’Allemagne nazie dans les années 1930, cette forme de gauchisme a toujours été, dans les termes de Gramsci, « la puttana del fascismo » – la putain du fascisme.

Ma thèse d’avril

Les Marxistes-Léninistes ont toujours formulé une analyse dialectique de la révolution prolétarienne. La France est sur le point de s’enflammer en guerre civile. L’impérialisme US, profondément divisé, pousse le monde à la guerre. Nous devons être capables de distinguer les contradictions primaires des contradictions secondaires. Aujourd’hui, la contradiction primaire se situe entre la mondialisation et la révolution démocratique nationale.

La révolution démocratique nationale ne résoudra pas la crise du capitalisme mais elle peut aiguillonner la classe laborieuse de toute l’Europe. Le retour de l’état-nation westphalien dans les relations internationales doit être appuyé. Asselineau et Le Pen défendent ces principes.

Asselineau est de loin le seul authentique candidat du peuple. Il a constamment exposé les mensonges médiatiques employés pour justifier des guerres d’agression. Il propose une rupture totale avec l’UE et l’OTAN. Tous les gauchistes devraient voter pour lui, et au diable Mélenchon!

Il est difficile de savoir si Asselineau soutiendra Le Pen au deuxième tour. J’en doute. Asselineau ne croit pas Le Pen sincère; bien qu’elle ait critiqué l’agression de Trump, elle est capable de revenir sur de nombreux sujets. Asselineau défend les médias indépendants.

Même s’il n’est pas de gauche, il a exprimé un intérêt pour le Marxisme, a partagé une plateforme avec mon ami et intellectuel marxiste intrépide Bruno Drweski, et a même fait la promotion du travail d’Annie Lacroix-Riz, sans doute l’historienne communiste la plus importante en France de nos jours. Elle est membre du PRCF, et pourtant le PRCF entend voter pour le Trotskyste Mélenchon!!!

Les réactionnaires gauchistes petits-bourgeois sont le plus grand obstacle à la libération du travail face au capital. Le fait que des segments significatifs de la classe laborieuse européenne votent désormais en faveur du populisme d’extrême droite signifie qu’ils commencent à briser les chaînes imposées par la sociale-démocratie pendant le siècle passé; ils commencent à voir la fonction de classe du multi-culturalisme post-industriel. Mais il est important de se rendre compte que le populisme de droite est un mouvement dissident au sein de l’oligarchie.

En France, il existe un réel mouvement populaire qui est en train de créer la plateforme pour un front populaire contre l’oligarchie financière, contre le Nouvel Ordre Mondial, contre le fascisme – le Mouvement Populaire Républicain. Avec François Asselineau comme président, la France ne redeviendrait pas seulement une nation, mais une force pour un changement radical et progressif dans le monde.

Source: http://ahtribune.com/world/europe/french-election/1607-french-election.html

Traduit par Lawrence Desforges



Catégories :Opinion

Tags:, , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :