Gene Sharp: le père des « Révolutions de Couleur » est mort, mais son héritage perdure

sharpePar Inessa Sinchougova, le 4 février 2018

Ce 31 janvier, le Professeur Gene Sharp, de Boston, est mort à l’âge de 91 ans. Dans sa jeunesse, il avait refusé de servir dans l’armée US et de combattre en Corée. Il fut emprisonné pendant 9 mois, puis quitta les USA pour l’Europe où il vécut pendant neuf ans.

Sharp s’est fait connaître pour avoir rédigé des instructions pour la destruction politique des états. Il était décrit comme un philosophe moderne, mais apparaissait rarement dans les réunions philosophiques. Il était défini comme un technologue de la politique, mais n’a jamais dirigé le moindre groupe et participait rarement à quoi que ce soit en lien avec des révolutions. C’est si nous ignorons que le pouvoir des gouvernements de nombreux pays a été renversé par l’application de ses manuels.

9782296108721r

Son œuvre la plus connue s’intitule « De la Dictature à la Démocratie » ; 198 méthodes d’action non-violente. Prenons par exemple le numéro 22 – se déshabiller pendant les manifestations ; le numéro 124 – le boycott des élections ; ou le numéro 161 – l’épuisement psychologique non-violent de l’adversaire. Bien que tout ne soit pas non-violent dans les écrits de Sharp – le numéro 148 prône la rébellion.

La « Révolution Orange » de 2004 en Ukraine est une application classique des recommandations de Gene Sharp. Sans aucun effort additionnel d’imagination. Antérieurement, le savoir-faire du Professeur Sharp avait été mis au service de la « révolution au bulldozer » de Yougoslavie, où des manifestants juchés sur un engin de chantier avaient pris d’assaut les locaux d’une chaîne de télévision.

Plus tard, les idées de Sharp furent appliquées à la « Révolution des Tulipes » au Kirghizistan, à la « Révolution des Roses » en Géorgie, ou encore à la « Révolution du Jasmin » en Tunisie. Le « Printemps Arabe » de 2010-2011 en Égypte employait également ce genre de technologie.

Pour généraliser, l’objectif principal de toute « révolution de couleur » est de susciter un point focal de mécontentement public dans un espace restreint pour affirmer ensuite que cette foule constituée représente « le peuple » dans sa globalité, sorti dans la rue pour se révolter dans un mouvement « populaire » issu « de la base ».

Une tentative de révolution de couleur fut aussi lancée en Russie au cours de l’hiver 2011-2012, affublée de rubans blancs, dans le temps précédant les élections présidentielles. Sharp en personne fit la remarque aux « élèves négligents » que « c’était vraiment un faux-départ, les organisateurs du rassemblement sont allés trop vite. Vous ne pouvez pas faire çà avant que les élections aient lieu, » livra Sharp lors d’une interview.

Par la suite, Sharp s’en alla fonder la Boston Einstein Institution, qui possédait très peu d’employés. Elle était pourtant très grassement financée – ces fonds alimentaient des mouvements contestataires dans ces pays où les États-Unis désiraient un changement de régime. L’argent de Sharp provenait principalement du National Endowment for Democracy (NED) qui est administré par le Congrès US, et de l’International Republican Institute (dont le directeur est John McCain).

Pourquoi les USA trempent-ils dans les « révolutions de couleur »? C’est simple – elles résolvent des problèmes militaires par des moyens non-militaires, détruisent les états et placent les ressources du pays à la disposition des États-Unis. La situation du peuple, à l’issue de la révolution, est généralement pire qu’avant le soulèvement.

« C’est une technologie militaire, mais par un substitut à la guerre et à d’autres violences, » disait Sharp.

Le travail de Sharp s’est aussi attaqué à l’Union Soviétique – les technologies d’effondrement étaient similaires. Tel que nous le comprenons maintenant, les mêmes méthodes ont été utilisées en Europe de l’Est – songez à cet égard au mouvement « Solidarność » en Pologne, à la fin des années ’80.

Désormais, alors que les États-Unis désirent à nouveau détruire la Russie, les tactiques de Sharp s’avèrent utiles. Penchons-nous derechef sur ses points numérotés: 89 – resserrement des crédits/prêts ; 96 – embargo commercial international ; 154 – détérioration des relations diplomatiques internationales.

Mais les recommandations originales de Sharp sont elles aussi en train de devenir obsolètes – il n’aurait jamais pu imaginer les nouvelles opportunités subversives offertes par le pouvoir d’Internet, des technologies capables de traiter de grandes bases de données – le big data, des sanctions et toutes sortes de « listes d’ennemis » des USA, de l’emploi d’armées de terroristes pour renverser un dirigeant honni. Pour les États-Unis, ce n’est pas encore une fois « la guerre », ce qui signifie qu’il s’agit encore une fois de méthode « non-violente » de réalisation de tâches militaires.

Sharp est mort, mais son héritage perdure et drageonne en de nouvelles méthodes.

Source: http://www.fort-russ.com/2018/02/gene-sharpe-father-of-colour.html

Traduit par Lawrence Desforges



Catégories :International

Tags:,

2 réponses

  1. Tristement vrai!

Rétroliens

  1. Gene Sharp: le père des « Révolutions de Couleur » est mort, mais son héritage perdure - Meta TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :