L’Occupation : réflexions sur un récent voyage en Iran

Gearoid_a83b4Par Gearóid Ó Colmáin, le 30 mai 2018

L’attention émotionnelle excessive sur la brutalité des Forces de Défense Israéliennes en Palestine, bien que justifiable, sert néanmoins à masquer les forces plus profondes qui poussent le monde à la guerre : l’eschatologie juive, l’anti-Gentilisme [sic] et l’occupation israélienne de l’esprit occidental. Il est temps de briser ce tabou.

La semaine dernière, je me suis rendu en Iran pour assister à la Sixth International New Horizons Conference [sixième conférence internationale des ‘nouveaux horizons’, NdT] dans la cité religieuse de Mechhed. La conférence des « Nouveaux Horizons » est organisée par une ONG iranienne, et convie des auteurs et des intellectuels provenant du monde entier pour débattre et discuter de problèmes en lien avec les relations internationales. La conférence de cette année portait sur le récent déménagement de l’Ambassade US en « Israël » vers Jérusalem.

Pour cette conférence, j’avais rédigé une note intitulée « Les lois noachiques : fondement pour un état planétaire nommé Israël », qui plaidait que de nombreux rabbins juifs et des oligarques influents désirent voir Jérusalem être la capitale d’un gouvernement mondial, doté d’un ensemble de lois pour les Juifs et d’un autre pour les Gentils (non-Juifs). J’y décrivais comment les mécanismes légaux de la gouvernance mondiale dominée par les Juifs sont d’ores et déjà appliqués au niveau de l’ONU, à l’insu de la majorité de la population mondiale. La mondialisation est autant une affaire de fanatisme religieux particulier que de capitalisme monopolistique – une réalité que les matérialistes dialectiques ne peuvent comprendre, et qu’ils ne comprendront jamais.

C’était mon quatrième voyage en Iran, le troisième suite à une invitation officielle. Mechhed abrite la sépulture du Huitième Imam Chiite. La cité ne dort jamais, des pèlerins y affluent sans cesse de tous les coins du monde. J’ai visité l’Université de Mechhed avec Scott Bennett, un ancien analyste US des Opérations Psychologiques Anti-Terroristes, et j’y ai livré un cours sur l’histoire de l’anti-Sémitisme en Europe.

J’arguais que l’anti-Sémitisme européen était principalement dû au comportement cruel des financiers juifs qui, à répétition et avec acharnement, ont endetté les princes comme les hères à travers la pratique illicite de l’usure. Il suffit de lire la littérature exhaustive sur le sujet de la plume de Juifs tels que Bernard Lazard, Heinrich Graetz, Werner Sombart, Cecil Roth ou Gershom Sholem pour comprendre pourquoi les Gentils se méfiaient des Juifs et les méprisaient. Depuis que le Christ avait expulsé les prêteurs d’argent du Temple, l’enseignement Catholique Romain a toujours proclamé l’usure comme étant un péché mortel équivalent au meurtre.

Le Talmud encourage les Juifs à prêter aux Gentils avec intérêt : c’est la différence fondamentale entre le Juif et le Chrétien, un fait bien compris par tous les grands philosophes d’Europe depuis Saint Augustin jusqu’à Saint Thomas d’Aquin, et de Friedrich Nietzsche à Karl Marx mais dont l’absence est béante parmi la clique des lâches philosophes de pacotille contemporains.

La plupart du temps, ceux qui dénoncent l’anti-Sémitisme n’ont jamais lu la littérature qui y correspond.

Chaos multipolaire et ordre mondial chrétien

Il s’est révélé de profonds désaccords lors de cette conférence. Le philosophe russe Alexandre Douguine plaidait qu’un monde multipolaire de civilisations traditionnelles résoudrait moult problèmes criants du désordre mondial actuel. Mais l’intellectuel Catholique E. Micheal Jones, l’Islamologue vivant à Téhéran Blake Archer Williams et l’auteur de ce texte plaidèrent que l’orientation naturelle du monde tend vers l’unification.

De fait, les révolutions démocratiques nationales alimentées par le populisme sont capables d’ouvrir des avenues de résistance à la mondialisation, mais seulement sur une échelle très limitée. Dans cette veine, la présidence de Trump a permis l’ouverture et le fleurissement d’un débat sur les origines du changement climatique. Désormais, des milliers de voix dissidentes issues de la communauté scientifique peuvent enfin être audibles et écoutées et le projet d’un gouvernement mondial unitaire, qui est le moteur caché derrière la pseudo-science climatologique, s’en trouve affaibli.

Néanmoins, il me semble que nous aurons un super-état mondial que nous le voulions ou non ; la multi-polarité n’a pas apporté la paix planétaire et l’ordre multipolaire qui existait en 1913 n’a pas empêché la Première Guerre Mondiale.

Seul un retour au Catholicisme Romain traditionnel est en mesure d’offrir la perspective d’un dépassement des défis de l’Europe multiculturelle. Car, comme Alain Soral l’a sagement relevé, le socle de la civilisation occidentale est constitué du Logos grec et de la Caritas romaine qui sont réunis dans le Christianisme. Aujourd’hui le Logos est enfoui sous un fatras de pseudo-science et d’irrationalité libérale et athée, tandis que nous avons plus ou moins complètement perdu de vue la beauté, et la nécessité de la charité et de la compassion chrétiennes.

Dieu a voulu que l’Église Catholique et Apostolique Romaine soit le guide de l’humanité, un lien entre les Cieux et la Terre la guidant toute entière vers son salut. Elle devait être un gouvernement mondial sous l’autorité de Dieu. Depuis les Lumières (une révolte contre la raison plutôt qu’en sa faveur), les élites sans Dieu ont œuvré pour la création d’une République Universelle, rêve prométhéen de suprématie humaniste, un gouvernement mondial anticlérical sous l’égide de Satan.

Le Communisme est capable de délivrer l’Homme de la tyrannie mais il ne peut pas le libérer de la chute de sa condition, s’il ne s’agit pas du communisme présenté dans Ac 4: 32-35 :

La foule de ceux qui avaient cru n’était qu’un cœur et qu’une âme. Personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils mettaient tout en commun. Avec beaucoup de puissance, les apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grande grâce reposait sur eux tous.
Il n’y avait aucun nécessiteux parmi eux : tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu’ils avaient vendu et le déposaient aux pieds des apôtres ; et l’on faisait des distributions à chacun en fonction de ses besoins.

Dans l’URSS de Joseph Staline et l’Albanie d’Enver Hoxha, des efforts notables furent entrepris pour encourager l’auto-critique et l’altruisme, mais ces révolutions furent renversées. Au cours de la conférence j’ai rencontré Olsi Yazeji, un commentateur politique albanais. Il m’avisa que les réussites de la révolution socialiste de Hoxha avaient été sapées par l’athéisme d’état. Selon Bill Bland, Hoxha n’a jamais soutenu l’introduction de l’athéisme d’état. Au contraire, il soutenait la révolution iranienne de Khomeini ! Mais, ce fut la volonté démocratique populaire ultra-gauchiste de faire de l’athéisme une doctrine étatique. La démocratie devient tyrannique quand la volonté collective repose sur l’ignorance individuelle.

Comme le souligne Chesterton dans son essai « L’Homme Éternel », les Marxistes s’égarent dans l’idée que les besoins primaires de l’Homme sont matériels ; non, le besoin primaire de l’Homme est de comprendre sa raison d’être.

L’Archevêque Fulton Sheen affirmait que les Communistes, dans l’URSS de Staline, étaient beaucoup plus chrétiens que les citoyens des USA ; mais ils portaient leur croix sans le Christ tandis qu’aux USA, les gens voulaient le Christ sans la croix. La stratégie de Sheen pour vaincre le Communisme, ironiquement, ressemblait par translation aux efforts par Staline pour le répandre : construire une société chrétienne révolutionnaire dans un seul pays, et le monde entier suivrait.

Aujourd’hui, la « Gauche » est semblable aux soldats romains présents sur le Golgotha : ils raillent, moquent et tourmentent quiconque se révèle en mesure de défendre la sacralité de la vérité. Ce sont des conservateurs des classes moyennes bouffis comme des coqs en pâte n’ayant aucune théorie valable pour le changement, des couards sociétaux dégénérés inaptes à tenir à bout de bras tout ce qui revêt de la valeur, et même pas une croix !

En Iran, les théologiens chiites considèrent l’Islam comme étant le chemin vers le Christ. C’est uniquement sur cette base que les Musulmans et les Chrétiens peuvent former une alliance – quoique antagoniste – contre le désordre mondial luciférien.

Le simple fait de l’existence des New Horizons Conferences en Iran atteste d’un monde multipolaire, mais il s’agit d’un monde au bord du précipice tandis que s’accroissent les perspectives de guerre. Les Catholiques Romains ne veulent pas d’un monde multipolaire ; nous aspirons à un ordre mondial divin égal au corps mystique du Christ. La Chrétienté Orthodoxe Russe est vitale à cette unification, mais seulement si la Russie est consacrée au Sacré-Cœur de la Vierge Marie selon la vision de Fatima. Il a été rapporté qu’au cours de sa dernière visite au Vatican, le Président Vladimir Poutine s’est enquis auprès du Pape Apostat du Troisième Secret de Fatima. Si c’est vrai, cela démontre que la Russie de Poutine considère son rôle historique et eschatologique dans le cadre d’une Troisième Rome.

Selon Dom. Kramer, l’Apostat François refusa de discuter de Fatima avec le Président Poutine.

Völkerwanderung, l’errance des peuples

Les organisations juives et israéliennes ont joué un rôle crucial dans la promotion du « multiculturalisme » en Europe. Pour parler clairement, le multiculturalisme n’existe pas. Le multiculturalisme équivaut à l’assimilation culturelle. J’affirme ceci, en tant qu’individu qui a commencé sa carrière d’auteur en faisant la propagande du multiculturalisme. Les polyglottes adorent la diversité. C’est ce qui nous attire vers les langues étrangères. L’Europe multiculturelle, cependant, équivaut à une totale homogénéisation. Mais nous ne devrions pas sombrer dans les rets des ces alter-droitistes sans Dieu, qui incriminent les victimes de la mondialisation.

En Europe, nombreux sont les migrants africains qui gardent les portes de nos églises ouvertes, et ils sont beaucoup plus moraux que nombre de nos concitoyens autochtones. Les Européens et les Africains n’arriveront à une plus grande synthèse citoyenne que par la foi. La guerre actuelle au Saint-Siège, entre le Cardinal Sarah et l’Apostat François, en est symbolique.

Sarah, un Africain, semble être l’un des rares Cardinaux à prendre présentement la défense de l’Église Catholique Romaine contre les sycophantes pervertis de l’Évêque de Rome. Les Catholiques Romains traditionnels, raillés comme étant racistes par les gauchistes petits-bourgeois, prient pour l’accession de Sarah à la Papauté. Je n’intime pas qu’en Europe nous devrions nous réjouir de devenir une minorité, ce qui si l’immigration massive continue ne tardera pas à nous arriver.

Seuls les fous ou les petits-bourgeois gauchistes blancs, imbus de haine envers eux-mêmes, aspirent à l’annihilation de leur propre race. Mais nous devrions considérer notre situation en termes d’histoire mondiale. Les Goths et les Wisigoths détruisirent l’Empire Romain, mais ils contribuèrent également à l’édification d’une civilisation beaucoup plus importante : la Chrétienté.

Un retour au Christianisme apportera un retour à la loi naturelle, à la raison et à la méthode scientifique reposant sur des preuves, pas sur un consensus.

Les mouvements populistes sont un pas dans la bonne direction tant qu’ils défient la centralisation de l’UE. Mais nombre de ces mouvements sont de mèche avec les Juifs contre les Musulmans. Il faut une alliance entre les Musulmans et les Chrétiens contre les Sionistes. Cette alliance doit être léniniste dans sa forme. C’est-à-dire, les Chrétiens doivent chercher à convertir les immigrants musulmans. Il ne peut coexister plusieurs vérités. Soit le Christ est le Messie, soit il ne l’est pas. Pour les Catholiques Romains, l’Islam est une hérésie chrétienne ; c’est ce qu’ont enseigné tous les pères de l’Église. En outre, les Musulmans ont aussi le devoir de convertir les Chrétiens. Ils en ont tous les droits.

Notre alliance ne sera pas aisée. Mais nous devrions voir les Musulmans et les Chrétiens comme étant dévoués à deux versions du Christianisme. Nous devons œuvrer sur nos terrains d’entente. Les Musulmans, au travers de leur adhérence aux valeurs familiales, au mode de vie religieux, à la foi en la charité et la générosité, sont nos frères et nos sœurs. Cette alliance antagoniste est déjà à l’œuvre à Paris, cette « capitale de la subversion », où des prêtres Catholiques Romains pénètrent des communautés de travailleurs musulmans pour y prêcher l’Évangile en y recevant un accueil chaleureux.

L’Iran est-il l’allié de Trump ?

Ceux qui votèrent pour Donald Trump ont beaucoup de valeurs en commun avec ceux qui révèrent l’Imam Khomeini. À beaucoup d’égards, les deux révolutions politiques représentent un rejet du catéchisme des droits de l’homme libéraux-bourgeois et des dogmes douteux de la modernité. Le Trumpisme et le Khomeinisme représentent tous deux la résurgence du principe de réalité dans un monde de chaos post-moderne.

Assurément, Trump exécute la volonté des Juifs ultra-sionistes Sheldon Adelson et Paul Singer qui ont contribué à le financer. Mais l’aile libérale de la Juiverie internationale est beaucoup plus puissante. Le Français juif et Sataniste auto-professé Bernard Henri-Lévy a comparé Trump à l’Empereur Dioclétien qui, selon certains Rabbins, se vengea des Juifs une fois au pouvoir, parce qu’il avait subi leur brutalité quand il était jeune.

Bernard Henri-Lévy n’entretient aucun doute sur la source de l’autorité aux USA.

Il existe une loi gouvernant les relations des Juifs avec le reste du monde. Cette loi fut articulée d’une certaine façon lors du procès d’Adolf Eichmann, quand le grand penseur juif Gershom Scholem prit à défaut Hannah Arendt pour avoir failli devant « ahavat Israël » – pour avoir témoigné d’un manque « d’amour pour le peuple juif ».

Cet amour, c’est précisément ce qui est requis d’un Président américain dans ses relations qui affectent Israël.

L’amour pour « Israël » et pour les Juifs est la loi sacrée devant gouverner le « reste du monde ». Mais Bernard Henri-Lévy pense que Trump n’aime pas vraiment les Juifs. Pour Lévy, l’élection de Trump est un fortifiant :

La frange la plus myope et donc la plus suicidaire de la politique israélienne. Elle peut envoyer le mauvais message à ceux qui seraient trop heureux de voir les États-Unis donner l’exemple en appliquant des décisions unilatérales et sans négociations, ouvrant ainsi la voie à d’autres manifestations de puissance. Aux États-Unis, cela peut mener à une adhésion ouvertement enthousiaste en faveur d’un Président volatile par des Juifs pro-Israël (prompt à changer d’avis, en fonction de ses besoins), tellement impopulaire auprès de tellement d’Américains que son affection pour Israël, aussi fugace qu’elle soit, est à même de mettre en péril le fragile consensus bipartisan, qui a tellement profité à Israël par-delà les décennies.

Une nation qui en domine une autre ne peut jamais vivre en paix car elle vit dans la crainte perpétuelle d’une révolte. Dorénavant, l’ensemble de l’intelligentsia libérale européenne peut se rendre compte qu’Israël est l’idéal qui alimente réellement l’hostilité de Trump envers l’Iran ; que le Sionisme se livre à la tuerie en masse sans la moindre impunité ; que le populisme ultra-sioniste met en péril le pouvoir juif à travers le monde. Étant donnée l’image de mauvais flic de Trump, il est plus ardu pour les médias libéraux d’entériner ses choix politiques – au bénéfice des ennemis d’Israël.

Le fait que tant d’intellectuels européens et étasuniens préféraient Trump à Clinton lors de la conférence iranienne atteste que les angoisses de Bernard Henri-Lévy sont fondées. Les valeurs libérales internationalistes sont le fondement et la source de la puissance juive dans le monde entier. La rébellion des Gentils contre ces fausses valeurs, alors qu’elle est engoncée dans le discours ultra-sioniste, représente toutefois la possibilité d’une apostasie plus profonde que celle du Judaïsme politique. Quelles que soient les largesses prodiguées aux Juifs par Trump, ils ne seront en paix qu’à la chute de Rome, au triomphe de la Judée. Nous ne suggérons pas par-là que Trump soit d’une façon ou d’une autre « de notre côté », ou qu’il incarne une rupture majeure dans l’impérialisme US. Nous insistons simplement que les Sionistes entendent remplacer les USA comme état gouvernant le monde, une réalité évoquée à maintes reprises par Sheikh Imran Hosein. À cette fin, les derniers vestiges de la Chrétienté doivent sombrer. Les intellectuels juifs disposent d’un avantage considérable sur nombre de leurs critiques non-juifs : ils sont largement cités dans l’historiographie de la civilisation occidentale. Dans son livre « L’Esprit du Judaïsme », Bernard Henri-Lévy argue que l’esprit juif est l’éternel ennemi de « Rome ». Rome est l’empire mondial qui devint chrétien. Lévy désire l’avènement d’un empire mondial juif. Il ne s’en cache pas, et nous n’avons pas à le faire non plus.

Au cours de la conférence, nous avons eu l’opportunité de visionner le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou pressant le Congrès US de bombarder l’Iran par le biais d’antennes-satellite stratégiquement placées, armées des fruits de l’industrie du divertissement propriété des Juifs, afin de pervertir les valeurs de la jeunesse nationale [iranienne]. Les Juifs s’enorgueillissent du fait qu’ils se servent de l’industrie du divertissement pour dominer les Gentils. Les Gentils sont-ils trop apeurés pour évoquer de telles choses ? Une majorité craignant une minorité mérite d’être asservie.

Comme j’écris, l’historien Hervé Ryssen comparaît devant un Tribunal français pour avoir simplement décrit ce que les Juifs disent d’eux-mêmes. Il est coupable d’une « volonté malveillante », et a enfreint la loi qui stipule que vous devez aimer les Juifs plus que Dieu lui-même. Quand les imbéciles nous accusent d’antisémitisme nous devons les dénoncer pour leur anti-Gentilisme ! Car c’est ce qu’est le Judaïsme politique : une vaste conspiration dirigée contre les Gentils et contre la Chrétienté en particulier.

Chiens de garde juifs

J’ai eu l’occasion de remarquer que les Palestinophiles juifs gauchistes-libéraux ont souvent la tendance notable de dévier l’attention de l’évident nez au milieu de la figure, quand nous évoquons les territoires occupés : le rôle des lobbies juifs en Occident, des médias à la fois mainstream et « alternatifs » contrôlés par les Juifs, et de la finance juive ainsi que l’idéologie suprémaciste talmudiste.

Les chiens de garde au sein du mouvement pro-palestinien s’évertueront à vous faire croire que le lobby juif n’existe pas. Ils sont invariablement et viscéralement opposés à toute « théorie de la conspiration », et avec bonne raison ! Vous n’apprendrez rien venant d’eux sur les opérations sous faux drapeau israéliennes ; sur rôle d’Israël dans les attentats du 11 septembre 2001 et dans les attentats sous faux drapeau qui ont suivi. Mais il y a bien une théorie de la conspiration qu’ils affectionnent de propager : ceux qui désirent parler de ces problèmes sont des Nazis, et ont été infiltrés dans le mouvement pro-palestinien pour le discréditer par Israël !

Ils ne fournissent jamais de preuves pour étayer leurs allégations. J’espère simplement que tous ces versements du Mossad sur mon compte PayPal ne sont jamais découverts ! Le rôle du chien de garde juif pendant les conférences est d’interrompre et de malmener, à la Goebbels, ceux qui ont l’audace d’élargir les paramètres du débat sur la « question juive ». En ce qui les concerne la Question Juive n’existe pas, il n’y a que la Question Palestinienne. Mais ce furent deux millénaires de haine juive et d’opposition à la civilisation chrétienne qui firent des Palestiniens des réfugiés. Il n’y avait jamais eu de Question Palestinienne avant 1948. Le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas connaît bien l’histoire, et n’a pas peur de le dire.

Mais vous n’en entendrez pas parler de la part du chien de garde « pro-palestinien ». Comme le disent les Israéliens, « par la duperie nous menons la guerre ».

Pour ceux qui me traiteraient, ainsi que le Judéologue Catholique Mark Glenn de « Nazi », il est impératif de citer le livre daté de 1935 de Dom. Fahy, « Le Corps Mystique du Christ et la Réorganisation de la Société » pour bénéficier du point de vue Catholique convenable pour considérer l’exécrable idéologie nommée « national-socialisme ».

En tant que nation, les Juifs refusent d’accepter l’ordonnancement du Plan Divin. Comme les National-Socialistes, ils entendent imposer à Dieu leurs projets de gloire pour leur race et leur nation. Ils déifient leur propre nation. Par conséquent la Nation Juive comme le mouvement National-Socialiste rejettent notre authentique divinisation de par notre Seigneur Jésus-Christ. Les idéaux et les objectifs de ces deux sections de l’armée naturaliste sont opposés à l’idée Catholique, et lui sont infiniment inférieures. Et ces deux forces sont employées par Satan pour amener le désastre sur le monde. Il y a des rires en Enfer quand les êtres humains succombent une fois de plus à la tentation du jardin d’Éden et se situent à la place de Dieu, que la nouvelle divinité soit la race juive ou la race allemande.

Ce sont les Sionistes qui sont les Nazis, pas les Catholiques Romains traditionnels !

Le Déicide, crime suprême

Le soulèvement palestinien contre la tentative de l’État Juif de faire de Jérusalem la capitale d’un ordre mondial satanique doit être accompagnée d’une prise de conscience et d’un rejet des méthodes de manipulation de masse du Judaïsme politique : Hollywood et l’industrie du divertissement, les médias de masse, et la politique libérale bourgeoise consensuelle.

Il n’y a plus de solution politique à long terme à l’occupation de la Palestine ; c’est la manifestation d’une occupation psychologique mondiale qui inverse la réalité, nous faisant percevoir notre servitude comme la liberté. Le théologien français Monsignor Delasus en émit l’avertissement dans son livre « La Conjuration Anti-Chrétienne » écrit au 18ème siècle, affirmant que si les hommes devaient quitter l’Église Catholique celle-ci serait régie par les Juifs. La dépossession et le génocide des Palestiniens sont un avant-goût du destin de l’humanité extra ecclesiam.

Que le Judaïsme ait infiltré et corrompu l’Église Catholique depuis les hérésies de Vatican II ne fait aucun doute. Les Juifs se sont même vantés de leur conquête !

Jusqu’à la publication de l’encyclique hérétique Nostra Aetate en 1965, l’enseignement Catholique traditionnel concernant les Juifs était qu’ils étaient voués à errer de par le monde, jusqu’à ce qu’ils acceptent le Christ comme leur Rédempteur. Nostra Aetate ne repose pas sur la doctrine Catholique : elle ne fournit aucune preuve biblique pour étayer ses affirmations délirantes.

La doctrine Catholique est claire comme de l’eau de roche sur le fait que le suprême crime historique est le Déicide, la crucifixion du Christ ; et les Juifs se rendirent responsables de ce crime. C’est notre devoir en tant que Catholiques Romains de rappeler poliment à nos amis juifs que c’est cela, et seulement cela qui peut compter comme étant le plus grand crime de l’histoire. Il ne faut jamais faire de mal aux Juifs ; ils doivent être protégés et aimés, et nous devons prier pour leur conversion et pour que leurs âmes puissent être sauvées. Il n’y a pas de « Judéo-Chrétienté » ; le Christianisme et le Judaïsme sont contraires. Pour les Chrétiens, la crucifixion est le seul fait historique qui soit à la fois un sujet d’étude et de vénération. Les souffrances du peuple juif relèvent des annales historiques, et sont par conséquent l’objet d’études rigoureuses et d’analyses critiques ; elles ne peuvent, et ne devraient jamais être un objet d’adoration.

Depuis les années 1960, ces doctrines essentielles de l’Église Catholique ont été abandonnées. Les Catholiques Romains traditionnels ne peuvent pas soutenir ou collaborer avec le Sionisme car les Juifs n’ont aucun droit sur la Palestine. Assurément le Vatican est, comme il a été depuis un certain temps, occupé par un culte homosexuel et franc-maçon de Satanistes mais la Sainte Église Catholique Romaine, en tant que corps mystique du Christ, la seule institution du monde fondée par Dieu est divine, éternelle et indestructible ; elle est le salut de toute l’humanité. L’Église était un échec corrompu avant même sa fondation : Pierre a renié le Christ trois fois ! C’est pourquoi c’est la vérité de l’humanité. La corruption du clergé a toujours été surpassée par la doctrine.

La Perse et Rome contre la Judée !

Seule une révolution Catholique sauvera l’Europe de « l’occupation ». La cohésion sociale promue par la Révolution Islamique Iranienne ; sa forme particulière de démocratie théocratique ou de politique religieuse ; son humilité dans la quête du savoir, en ont fait le centre d’un mouvement mondial contre le Sionisme et le Judaïsme politique. Les Européens ont beaucoup à apprendre de la Perse car il faudra une révolution beaucoup plus radicale et fondamentale en Europe, pour nous libérer de « l’occupation ».

C’est la signification plus profonde de la Révolution Islamique Iranienne et la raison pour laquelle elle mène la lutte pour la libération du Moyen-Orient et du monde : l’Iran rejette l’ordre libéral bourgeois et sa fausse religion des droits de l’homme, de démocratie et de liberté – qui signifient toutes leur contraire.

C’est pourquoi la Juiverie internationale fera tout ce qui est en son pouvoir pour détruire la République Islamique d’Iran ainsi que son peuple. Nous disons Juiverie internationale car nous ne parlons pas seulement des Sionistes tels que Netanyahou, ici ; nous parlons des « internationalistes » comme George Soros et autres banksters, dont la plupart sont juifs et voient leur Judaïsme comme fondement de leur vision du monde.

L’Iran comprend qu’il s’agit d’une guerre religieuse menée par le Grand Satan contre ceux qui aiment et craignent Dieu. Soros, bien qu’ostensiblement l’ennemi d’Israël, en fait beaucoup plus pour promouvoir le pouvoir juif à travers le monde que Benjamin Netanyahou. Pendant que celui-ci appuie des terroristes en Syrie, l’ONG Human Rights Watch financée par Soros impute leurs crimes aux victimes qui les subissent tout en jouant le même rôle que le chien de garde juif : garder l’attention des critiques d’Israël sur Gaza, et loin de la question du pouvoir juif.

Les Juifs disent que l’anti-Sionisme est l’équivalent de l’anti-Sémitisme. Ils ont raison. Car le fait d’être anti-Sémite correspond à s’opposer à un système dénommé Sémitisme, et que nous traduisons par suprématie juive. Cela ne nous rend pas opposés à tous les Sémites, que ce soient des Arabes ou des Juifs. Nous voulons également souligner le fait que l’Iran, une nation majoritairement indo-européenne, dénombre beaucoup de Juifs et d’Arabes parmi ses minorités religieuses sémitiques. En fait, la communauté juive d’Iran est la plus grande du Moyen-Orient hors d’Israël, et elle soutient la République Islamique. L’année dernière, J’ai interviewé un député juif bien connu du Parlement iranien, que vous verrez dans mon documentaire à venir sur l’Iran.

Qui a peur d’être appelé anti-Sémite ? Quelle noble chose que d’être contre le Sémitisme, contre la suprématie raciste juive ! C’est un compliment d’être appelé anti-Sémite !

Les boniments libéraux lissés au sujet des droits de l’homme et du droit international ne feront rien pour mettre fin à « l’occupation ». Le problème se situe au cœur même de la civilisation occidentale qui est sur son lit de mort. La Palestine grouille d’ONGs et « d’activistes » bien-pensants qui se dressent avec bravoure en travers de chars d’assaut et de tirs à balles réelles, organisent des conférences et des événements, mais ils ne savent rien des Juifs et de leur histoire. Ces gens sont davantage mus par l’émotion que par la raison. Prenez l’exemple pathétique du Trotskiste français Olivier Besancenot, se fendant de sa petite larme à l’écran, après s’être fait traiter « d’anti-Sémite ».

Abby Martin est un autre cas d’école. Elle ahane et vitupère à propos du régime « fasciste » israélien ; et pourtant, interrogée sur le soutien que lui accorde les USA, elle répond pathétiquement « je ne sais pas. » Comment peut-elle ne pas savoir ! Il semble que tout le but de sa tirade vindicative contre Israël soit d’empêcher toute analyse factuelle calme, ouverte et honnête du problème. Les Forces de Défense Israéliennes sont un minuscule symptôme du phénomène global beaucoup plus complexe que nous évoquons.

Ce dont nous avons besoin, c’est une réponse virile à l’occupation juive de nos esprits naguère chrétiens, de nos écoles, de nos médias, de nos tribunaux et de nos universités. Nous avons besoin d’apprendre l’histoire de l’anti-Gentilisme juif. En tant que Catholiques Romains, nous devons aimer et respecter tous les Juifs individuellement. Nous ne pouvons pas succomber à la haine envers le moindre être humain.

Dans sa Bulle « Sicut Judaeis« , le Pape Alexandre II (1159-1181) écrivit :

[Les Juifs] ne doivent subir aucun préjudice. Nous, de l’humilité de notre piété chrétienne, et dans le respect de Nos prédécesseurs d’heureuse mémoire, les Pontifes Romains Calixte, Eugène, Alexandre et Clément, acceptons leur pétition et Nous leur accordons le bouclier de Notre Protection.

Car Nous rendons loi qu’aucun Chrétien les oblige, hésitants ou réfractaires, par la force à venir au Baptême. Cependant, si l’un d’entre eux devait spontanément, et sur le compte de la foi voler jusqu’aux Chrétiens, une fois son choix rendu évident, laissez-le être fait Chrétien sans autre calomnie. En effet, n’est pas reconnu posséder la vraie foi du Christianisme celui dont il n’est pas reconnu qu’il est venu au Baptême chrétien spontanément, mais sous la contrainte.

Aussi, aucun Chrétien ne devrait présumer… de blesser leurs personnes, ou de saisir leurs biens par la violence, ou de changer les bonnes coutumes dont ils ont joui jusqu’à maintenant, dans la région où ils résident.

En outre, au cours de leurs propres fêtes, personne ne devrait les perturber de quelque façon que ce soit, avec des bâtons ou avec des pierres, et personne ne devrait tenter de quémander de leur part ou de leur extorquer des services dont ils ne sont pas redevables, à l’exception de ceux qu’ils ont pris l’habitude d’accomplir depuis des temps passés.

… Nous décrétons… que personne ne doit oser mutiler ou dégrader un cimetière juif ou, afin de s’enrichir, en exhumer des corps une fois qu’ils y ont été enterrés.

Si toutefois quiconque essaye d’aller contre ce décret, une fois celui-ci appris… qu’il soit puni de la vengeance de l’excommunication, à moins qu’il ne corrige sa présomption en rendant satisfaction concordante.

La clé de la résolution de l’occupation du Moyen-Orient consiste à ce que les Européens adoptent une attitude chrétienne envers les Juifs. Il n’existe aucune autre solution à ce problème. Les laïcistes ne peuvent pas, et ne résoudront jamais le problème de l’occupation juive de la Palestine parce qu’ils ne comprennent pas l’eschatologie juive ; ils croient naïvement que le problème est celui du nationalisme juif laïc [sic, NdT] et de l’Évangélisme chrétien d’outre-Atlantique. Le problème est beaucoup plus complexe.

Selon l’oligarque français Jacques Attali, le projet du déménagement de l’Ambassade US à Jérusalem est de faire de cette cité la capitale d’un futur gouvernement mondial en préparation du retour du Messie juif. Attali croit également que les non-Juifs sont des sous-hommes ; il s’agit d’une croyance talmudique courante. Les Chrétiens ne devraient pas perdre de vue que Jérusalem est notre cité sainte à nous aussi.

Le Nouvel Ordre Mondial est le triomphe imminent du Mal sur Terre. C’est le rêve de ceux qui disent être des Juifs mais ne le sont pas, il s’agit de la Synagogue de Satan (Ap 3: 9).

L’esprit occidental est un territoire sous occupation israélienne. Nous vivons sous occupation juive. Mais en ces temps sombres de la fin, un nouvel horizon s’est ouvert en Perse où des Imams appellent au retour du Christ et à la fin de la machine de propagande satanique mondiale, un terme définitif à l’occupation.

Source: http://www.gearoidocolmain.org/occupation-reflections-recent-trip-iran/



Catégories :Opinion

Tags:, , , , , , , , , , , , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. L’Occupation : réflexions sur un récent voyage en Iran | Réseau International

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :