La pornographie, le capitalisme et le lobby sioniste

annie-sprinkle-cervix-01.jpg-2

Annie Sprinkle (Ellen Steinberg), actrice porno’ et féministe juive offrant ses tréfonds vaginaux à la vue des chalands, au travers d’un spéculum et d’une lampe-torche pour $5

Par Raphael Machado, le 24 février 2019

Parmi les diverses industries du capitalisme en phase terminale, société du spectacle, capitalisme consumériste, l’une des plus néfastes et les plus grotesques s’incarne dans l’industrie pornographique.

Créée par les sionistes et presque entièrement sous leur monopole à ce jour, l’industrie de la pornographie peut être considérée comme un véritable poison mû par des forces parasitiques dirigé contre la santé psychologique, morale et culturelle des peuples du monde. Soyons clairs, la vente du sexe, ainsi que l’esclavagisme et l’usure ont toujours été des spécialités sionistes.

Selon le directeur de l’Anti-Defamation League [ligue anti-diffamation, organisme non-gouvernemental très influent aux USA, NdT] (un éminent lobby sioniste) Abraham Foxman, « les Juifs qui sont entrés dans l’industrie pornographique l’ont fait en tant qu’individus en quête [de la réalisation] du rêve américain ». En outre, selon l’historien Nathan Abrams, « les Juifs sont la force motrice derrière l’industrie pornographique, et leur motivation se trouve en partie dans la volonté de détruire la moralité des Gentils ».

La création de l’industrie de la pornographie émergea dans le sillage du discours « libertaire » visant à rompre avec le conservatisme moral post-victorien. Bien qu’elle lui ait été antérieure, la génération des « soixante-huitards » est symptomatique de la mentalité « libertaire » à laquelle la fondation de cette industrie a contribué.

En réaction au puritanisme bourgeois émergea l’hédonisme libertaire, lui aussi bourgeois. Les normes restrictives ont été surpassées par des normes d’excès. La qualité de l’expérience sexuelle a été remplacée par sa quantité. Et l’industrie pornographique a été la protagoniste en tout cela, dès le départ.

Le « secret » et le « voile » protégeant le corps et la sexualité n’impliquent pas une castration, mais une intensification de la tension sexuelle, ce qui augmente le sens et la puissance de l’acte sexuel. Ce qui survint était donc prévisible.

La « libération » sexuelle et la vulgarisation de la pornographie ont produit une génération composée de deux types de gens : les masturbateurs sans sexe, et les esclaves sexuels se vautrant d’expérience sexuelle insipide en expérience sexuelle vide de sens.

Il est profond, le poison de la pornographie. En jouant avec la dopamine, elle est aussi addictive que n’importe quelle autre drogue. Ceci étant, elle emmène ses esclaves dans des tourbillons de dégradation fétichiste. Il en résulte des gens qui ne peuvent plus être simplement stimulés par la nudité du sexe opposé, des satyres ne pouvant plus être excités que par les bizarreries les plus extrêmes.

Oui, il a été empiriquement vérifié que la pornographie a même la capacité d’altérer l’orientation sexuelle normale, après une longue exposition.

Bien entendu, tout le monde ne verse pas du porno’ « normal » au viol en réunion, aux travestis, à la zoophilie et à la coprophagie. Il y a ceux qui tombent dans le monde de la pornographie infantile. Tout ceci est encouragé par l’industrie pornographique « normale » elle-même, qui fait l’effort de trouver des femmes particulièrement petites et fines pour les habiller de vêtements d’enfant, ou de louer pour leur première scène les services de femmes quelques jours, ou même quelques heures après leur dix-huitième anniversaire.

Parmi les adultes prétendant être des adolescents, moins que rares sont ceux qui s’activent à débusquer des photos d’adolescent(e)s nu(e)s. Dès lors, cela devient une spirale inverse du grotesque et du délabré, aboutissant dans les opérations des réseaux internationaux de pédo-criminalité, de prostitution et de trafic humain.

En ce sens, tout comme la marijuana est une porte d’entrée pouvant mener au crack et à l’héroïne à long terme, la pornographie est une porte d’entrée pouvant mener à long terme vers la pédo-criminalité. C’est la face visible de forces occultes dont les grands barons constituent l’élite pédo-criminelle mondialiste qui est aux manettes des destinées du monde d’aujourd’hui.

Avec tout ce que nous savons, réaliser que la pornographie est une arme de guerre dont l’objectif est d’aliéner les hommes, d’objectiver les femmes, d’élargir les sexes, de dissoudre la moralité traditionnelle, d’abrutir les cerveaux, de remplir les poches d’ennemis des peuples du monde et de renforcer les mafias de la pédo-criminalité, du trafic humain et de la prostitution devient limpide.

Il n’existe aucun avantage ou facteur positif dans la pornographie. Il n’y a rien qui se compare à votre existence.

C’est clairement un poison devant être banni. Et l’industrie qui produit ce poison est une chose devant être détruite, avec le lot de capitalistes qui la contrôlent, abattus ou pendus en place publique.

Traduit par Lawrence Desforges

Source : https://www.fort-russ.com/2019/02/pornography-capitalism-and-the-zionist-lobby/



Catégories :Opinion

Tags:,

4 réponses

  1. J’aime bien ça

  2. La pendaison en fin de texte c était franchement pas utile. Votre analyse est juste mais vous petez les plombs a la fin. De faite, vous donnez tous les arguments possible a l ideologie que vous combattez pour qu elle vous diabolise.
    On ne pend personne en place public, nous ne sommes pas en Iran ou en Arabie Saoudite.
    On convainc les masses qu elles seraient plus heureuse dans un monde moins sexualisé.
    Vous tombez dans l autre extreme avec un discours d autocrate voir d Ayatollah en herbe.

    • Idriss, salutations. Ce n’est pas mon texte, je n’ai fait que le traduire. Il s’agit de l’opinion de l’auteur, qui lui appartient ; en outre, il réside au Brésil qui, s’il n’applique pas la peine de mort voit régulièrement les rues de ses favelas ou les sentiers de ses jungles pleines de morts par balle.
      Tout comme la vôtre (opinion) ; de fait la société est malade du phénomène pornographique, et « les masses » d’individus qui en souffrent ont besoin de trouver le bonheur dans « un monde moins sexualisé ». Cependant l’argument ne concernait pas les victimes mais les responsables de cette maladie qui méritent assurément davantage qu’un sermon sur leurs « convictions »…
      Demandez donc à Raphael Machado s’il se prend pour un Ayatollah en herbe, cela me dépasse…! 😀

Rétroliens

  1. La pornographie, le capitalisme et le lobby sioniste | Réseau International

Répondre à Idriss Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :